Extension Factory Builder
27/09/2012 à 14:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jean-Marie Runiga, leader politique du M23. Jean-Marie Runiga, leader politique du M23. © AFP

De loin ou de près, le "bishop" Jean-Marie Runiga a côtoyé tous les anciens mouvements rebelles congolais : Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD)... Aujourd’hui leader politique du Mouvement du 23 Mars (M23), il est en première ligne pour négocier avec Kinshasa, comme il l’était autrefois lors des tractations du CNDP de Ntanganda avec Kabila, en 2009. Portrait d'un homme de l’ombre passé à la lumière.

Du prédicateur au chef rebelle : Jean-Marie Runiga n'a pas hésité à franchir le pas. L’« homme de Dieu » a pris au début de juillet les rênes politiques du M23, le principal mouvement insurrectionnel congolais qui défie depuis cinq mois l’armée à l’est de la RDC. Une posture qui propulse au-devant de la scène un homme habitué à œuvrer, bible en main, dans l’ombre de différents groupes rebelles. « Pendant l’époque de l’AFDL [Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo, rébellion qui a mis fin aux 32 ans de règne de Mobutu, NDLR], je me limitais à apporter mes bons offices pour régler des différends internes », précise-t-il fièrement.

Dans une société où la religion occupe une place prépondérante, Jean-Marie Runiga a gravi les échelons grâce à son statut d’évangélisateur. Tout est parti de Kisangani, au nord-est de la RDC. À la fin des années 80, il y débarque pour poursuivre ses études universitaires après avoir décroché son diplôme d’État à Bukavu, capitale du Sud-Kivu, sa province natale. Il est accueilli par son beau-frère Safari, infirmier dans un centre de santé de la place.

« Faute des moyens financiers, Runiga n’a pas pu terminer sa formation, raconte Jean-Marie Mbundu, un commerçant qui a recueilli le jeune étudiant en difficulté pour lui proposer de devenir le gérant d’un des magasins "Mbundu et Frères" à Kisangani. On s’est connu parce que son hôte était le "médecin" de mes enfants », précise-t-il.

Montée en puissance

La rencontre des deux hommes ne se limite pas au mercantile. Le patron et son employé évoluent également ensemble dans les groupes de prière. Jusqu’à fonder leur propre église, « Jésus seul sauveur » (JSS), implantée aujourd’hui dans plusieurs villes de RDC. Après une brève direction du culte par son « frère en Christ », Runiga prend la commande. Et les titres se succèdent : pasteur, apôtre, "bishop", … Sa montée en puissance dans le milieu des « églises de réveil » coïncide avec la rébellion du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), soutenu par le Rwanda en 1998. Jean-Marie Runiga joue le jeu mais ne s’affiche pas. « J’étais devenu le conseiller spécial d’Azarias Ruberwa [le président du RCD, NDLR], mais je n’assumais aucune fonction officielle dans le mouvement », avance-t-il.

En 2003, lorsqu’un accord de partage de pouvoir est conclu entre Kinshasa et les différents groupes rebelles, le prédicateur est gratifié d’un poste de troisième rapporteur de la Commission d’éthique et de lutte contre la corruption. Deux ans plus tard, Joseph Kabila, le chef de l’État congolais, le nomme président du conseil d’administration du Fonds pour la promotion de l’industrie (FPI), pour le compte du RCD. Fonction qu’il occupa jusqu’en 2007, avant de rejoindre la rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) dirigée par le général déchu Laurent Nkunda.

"Fin opportuniste"

À l’éclatement du CNDP, Jean-Marie Runiga soutient le camp de Bosco Ntaganda qui s’est rapproché du gouvernement congolais pour mettre hors-jeu Laurent Nkunda. « C’est un fin opportuniste », résume Jean-Cornelis Nlandu, auteur de l'essai Les nouveaux cadres congolais – Figures d’aujourd’hui et de demain. Et de renchérir : « Runiga est un personnage qui émerge d’une nébuleuse, profitant de la force des armes pour peser sur l’échiquier politique ». Fort de ce poids politique, il négocie l’entrée du CNDP – devenu parti politique – dans la Majorité présidentielle, plateforme qui a soutenu Joseph Kabila à la dernière présidentielle. Aujourd’hui, six mois plus tard, le divorce est consommé : Runiga a repris les armes. Avec le M 23, il réclame désormais de nouvelles négociations avec Kabila.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin d'[...]

RDC : le camp militaire Tshatshi attaqué, Kinshasa appelle au calme

Des tirs ont été entendus mardi après-midi au camp militaire Colonel Tshatshi dans la ville de Kinshasa. Selon nos informations, il s'agirait d'une attaque à la machette d'un groupe de personnes qui[...]

RDC : Tshisekedi toujours "pas actif"

L'opposant historique Étienne Tshisekedi, leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), était toujours hospitalisé mi-juillet. Les détails sur son état de[...]

RDC : Cour constitutionnelle, mode d'emploi

Le président Kabila a nommé, le 7 juillet dernier, les neuf membres de la Cour constitutionnelle de RDC. Juge pénal du président de la République et du Premier ministre, cette juridiction est[...]

Festival d'Avignon : tous en choeur avec Serge Kakudji

Le contre-ténor congolais a fait l'unanimité au Festival d'Avignon. Il y présentait une oeuvre à la croisée du baroque et des sonorités africaines.[...]

RDC : une coalition de l'opposition veut voir Kabila à la CPI

La coalition des forces politiques et sociales de l’opposition a lancé mercredi une pétition pour que le président congolais, Joseph Kabila, soit traduit devant la CPI pour crimes contre[...]

RDC 

"Esclavage sexuel" et "travail forcé" en RDC, MSF tire la sonnette d'alarme

MSF a dénoncé mercredi les violences que les milices armées des régions minières de l'est de la République démocratique du Congo infligent aux civils. Selon l'ONG, les exploitants[...]

RDC - Me Kapiamba : "Le clientélisme a totalement détruit la justice congolaise"

Après le scandale autour de la mort d'une petite fille d'un an et demi en détention à Kinshasa, le président de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ), Georges Kapiamba,[...]

RDC : le désarmement des FDLR expliqué à ceux qui ont raté le début

Les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) ont commencé fin mai à se rendre. Une reddition jusqu'ici timide mais suffisante pour obtenir la suspension des[...]

RDC : Lubumbashi en proie à de vives tensions pour l'anniversaire de la sécession katangaise

La ville de Lubumbashi est sous tension vendredi pour l'anniversaire de la sécession katangaise. Des forces de sécurité ont été déployées en prévention d'une attaque des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers