Extension Factory Builder
27/09/2012 à 14:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jean-Marie Runiga, leader politique du M23. Jean-Marie Runiga, leader politique du M23. © AFP

De loin ou de près, le "bishop" Jean-Marie Runiga a côtoyé tous les anciens mouvements rebelles congolais : Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD)... Aujourd’hui leader politique du Mouvement du 23 Mars (M23), il est en première ligne pour négocier avec Kinshasa, comme il l’était autrefois lors des tractations du CNDP de Ntanganda avec Kabila, en 2009. Portrait d'un homme de l’ombre passé à la lumière.

Du prédicateur au chef rebelle : Jean-Marie Runiga n'a pas hésité à franchir le pas. L’« homme de Dieu » a pris au début de juillet les rênes politiques du M23, le principal mouvement insurrectionnel congolais qui défie depuis cinq mois l’armée à l’est de la RDC. Une posture qui propulse au-devant de la scène un homme habitué à œuvrer, bible en main, dans l’ombre de différents groupes rebelles. « Pendant l’époque de l’AFDL [Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo, rébellion qui a mis fin aux 32 ans de règne de Mobutu, NDLR], je me limitais à apporter mes bons offices pour régler des différends internes », précise-t-il fièrement.

Dans une société où la religion occupe une place prépondérante, Jean-Marie Runiga a gravi les échelons grâce à son statut d’évangélisateur. Tout est parti de Kisangani, au nord-est de la RDC. À la fin des années 80, il y débarque pour poursuivre ses études universitaires après avoir décroché son diplôme d’État à Bukavu, capitale du Sud-Kivu, sa province natale. Il est accueilli par son beau-frère Safari, infirmier dans un centre de santé de la place.

« Faute des moyens financiers, Runiga n’a pas pu terminer sa formation, raconte Jean-Marie Mbundu, un commerçant qui a recueilli le jeune étudiant en difficulté pour lui proposer de devenir le gérant d’un des magasins "Mbundu et Frères" à Kisangani. On s’est connu parce que son hôte était le "médecin" de mes enfants », précise-t-il.

Montée en puissance

La rencontre des deux hommes ne se limite pas au mercantile. Le patron et son employé évoluent également ensemble dans les groupes de prière. Jusqu’à fonder leur propre église, « Jésus seul sauveur » (JSS), implantée aujourd’hui dans plusieurs villes de RDC. Après une brève direction du culte par son « frère en Christ », Runiga prend la commande. Et les titres se succèdent : pasteur, apôtre, "bishop", … Sa montée en puissance dans le milieu des « églises de réveil » coïncide avec la rébellion du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), soutenu par le Rwanda en 1998. Jean-Marie Runiga joue le jeu mais ne s’affiche pas. « J’étais devenu le conseiller spécial d’Azarias Ruberwa [le président du RCD, NDLR], mais je n’assumais aucune fonction officielle dans le mouvement », avance-t-il.

En 2003, lorsqu’un accord de partage de pouvoir est conclu entre Kinshasa et les différents groupes rebelles, le prédicateur est gratifié d’un poste de troisième rapporteur de la Commission d’éthique et de lutte contre la corruption. Deux ans plus tard, Joseph Kabila, le chef de l’État congolais, le nomme président du conseil d’administration du Fonds pour la promotion de l’industrie (FPI), pour le compte du RCD. Fonction qu’il occupa jusqu’en 2007, avant de rejoindre la rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) dirigée par le général déchu Laurent Nkunda.

"Fin opportuniste"

À l’éclatement du CNDP, Jean-Marie Runiga soutient le camp de Bosco Ntaganda qui s’est rapproché du gouvernement congolais pour mettre hors-jeu Laurent Nkunda. « C’est un fin opportuniste », résume Jean-Cornelis Nlandu, auteur de l'essai Les nouveaux cadres congolais – Figures d’aujourd’hui et de demain. Et de renchérir : « Runiga est un personnage qui émerge d’une nébuleuse, profitant de la force des armes pour peser sur l’échiquier politique ». Fort de ce poids politique, il négocie l’entrée du CNDP – devenu parti politique – dans la Majorité présidentielle, plateforme qui a soutenu Joseph Kabila à la dernière présidentielle. Aujourd’hui, six mois plus tard, le divorce est consommé : Runiga a repris les armes. Avec le M 23, il réclame désormais de nouvelles négociations avec Kabila.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

RDC : face aux rebelles rwandais, l'armée progresse sans vrai combat

"Une guerre sans combattants?" L'armée congolaise progresse au Sud-Kivu face à des rebelles rwandais des FDLR qui préfèrent fuir, faisant craindre que les problèmes causés par[...]

RDC - Football : Florent Ibenge, le plafond de verre et le tremplin chinois

En moins de deux ans, Florent Ibenge s’est construit une belle notoriété internationale, en qualifiant l’AS Vita Club pour la finale de la Ligue des champions 2014, puis en installant la RDC sur la[...]

RDC : pourquoi dix militants congolais sont-ils toujours sous les verrous ?

Arrêtés le 15 mars à Kinshasa, à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, dix militants congolais[...]

Nations unies : les Casques bleus auraient commis près de 80 abus sexuels en 2014

Près de 80 nouveaux cas d’abus sexuels par des agents des Nations Unies ont été recensés en 2014. Des crimes perpétrés en grande majorité dans des missions de paix, là[...]

"Y'en a marre", "Balai citoyen", "Filimbi"... : l'essor des sentinelles de la démocratie

Apparu au Sénégal en 2011, "Y'en a marre" a inspiré plusieurs mouvements citoyens dans différents pays d'Afrique francophone. Du Sénégal à la RDC en passant par le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120926111437 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120926111437 from 172.16.0.100