Extension Factory Builder
26/09/2012 à 09:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants du collectif 'Sauvons le Togo', le 25 septembre 2012 à Lomé. Des manifestants du collectif "Sauvons le Togo", le 25 septembre 2012 à Lomé. © AFP

C'est assez rare pour être noté : plusieurs milliers de Togolais ont battu le pavé dans le calme, mardi 25 septembre, à Lomé. De nouvelles marches sont prévues mercredi et jeudi à l'appel du collectif "Sauvons le Togo".

Cette fois, pas d'incidents ni d'arrestations musclées, de provocations ni de gaz lacrymogène. Mardi, plusieurs milliers de personnes ont défilé à Lomé, entamant une nouvelle série de manifestations à l'approche des élections législatives togolaises.

Les organisateurs de la manifestation et les autorités avaient convenu du parcours avant que la marche ne débute pour éviter toute intervention policière. Depuis début du mois d'août, plusieurs marches similaires ont été violemment dispersées par les forces de l'ordre.

Deux autres marches sont prévues mercredi et jeudi, organisées par le collectif « Sauvons le Togo », un regroupement de mouvements politiques de l'opposition et d'organisations de la société civile. Le collectif réclame le départ du président Faure Gnassingbé ainsi que l'abrogation de réformes électorales récentes.

L'ex-Premier ministre, Agbéyomé Kodjo, un homme clé de l'opposition, a indiqué que le collectif avait rencontré une délégation gouvernementale dans la soirée de lundi, afin de s'accorder sur l'itinéraire de la manifestation. « Nous n'avons jamais prévu de provoquer (les autorités) », a-t-il expliqué. « Au sein de Sauvons le Togo, nous avons toujours été responsables. À l'occasion d'une rencontre, hier soir tard, des officiels du gouvernement ont fait valoir certains arguments. Nous avons finalement décidé d'accepter la proposition d'itinéraire faite par le gouvernement.»

Retard probable pour les législatives

Les manifestants ont donc défilé pacifiquement dans les rues de Lomé, tout en scandant des slogans contre le gouvernement. « Cette manifestation est une démonstration de force. Le pays est mal gouverné. Faure doit quitter le pouvoir. Nous sommes prêts à négocier son départ, car nous voulons une transition pacifique », a estimé l'un des membres de la coalition, Pedro Amuzu.

Les élections législatives sont prévues en octobre, mais elles seront probablement retardées, la date n'ayant pas encore été arrêtée et les préparatifs avançant lentement. Le gouvernement a interdit toute manifestation dans les lieux à forte activité commerciale de la capitale, invoquant des risques pour la sécurité publique et le maintien de l'ordre. L'opposition affirme qu'il s'agit d'étouffer les critiques à l'encontre du régime.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Togo : Faure Gnassingbé officiellement en lice pour un troisième mandat

Les délégués de l'Unir (parti au pouvoir au Togo) ont officiellement investi mercredi le président Faure Gnassingbé comme candidat à l’élection présidentielle. Un[...]

Togo : l'élection présidentielle, c'est pour le 15 avril

Au Togo, l’élection présidentielle se tiendra le 15 avril. C'est ce qu'a annoncé le gouvernement mardi lors du Conseil des ministres.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Togo : et le candidat du parti au pouvoir pour la présidentielle est...

Les délégués du parti au pouvoir, l'Union pour la République (Unir), doivent se retrouver mercredi à Kara (nord du Togo) pour désigner leur candidat à la présidentielle qui[...]

Togo : grogne des agents de la fonction publique à deux mois de la présidentielle

Le front social est tendu au Togo à quelques semaines de l’élection présidentielle. Des mouvements d'humeurs, principalement dans les secteurs clés de la santé et de l'éducation, ont[...]

Décès d'André Brink : aîné, tu peux dormir

André Brink, je l'évoquerai en cinq lieux, dans le désordre voulu.[...]

Togo : le parti au pouvoir remplace ses membres à la Commission électorale

L’Union pour la république (Unir), parti au pouvoir, a remplacé ce vendredi ses cinq délégués à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Cette annonce[...]

Togo : les avocats de Kpatcha Gnassingbé réclament sa libération

Bientôt six ans que Kpatcha Gnassingbé, demi-frère du chef de l’État togolais, est détenu dans le cadre d'une affaire de "complot contre la sûreté de l'État".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120926085414 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120926085414 from 172.16.0.100