Extension Factory Builder
26/09/2012 à 09:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants du collectif 'Sauvons le Togo', le 25 septembre 2012 à Lomé. Des manifestants du collectif "Sauvons le Togo", le 25 septembre 2012 à Lomé. © AFP

C'est assez rare pour être noté : plusieurs milliers de Togolais ont battu le pavé dans le calme, mardi 25 septembre, à Lomé. De nouvelles marches sont prévues mercredi et jeudi à l'appel du collectif "Sauvons le Togo".

Cette fois, pas d'incidents ni d'arrestations musclées, de provocations ni de gaz lacrymogène. Mardi, plusieurs milliers de personnes ont défilé à Lomé, entamant une nouvelle série de manifestations à l'approche des élections législatives togolaises.

Les organisateurs de la manifestation et les autorités avaient convenu du parcours avant que la marche ne débute pour éviter toute intervention policière. Depuis début du mois d'août, plusieurs marches similaires ont été violemment dispersées par les forces de l'ordre.

Deux autres marches sont prévues mercredi et jeudi, organisées par le collectif « Sauvons le Togo », un regroupement de mouvements politiques de l'opposition et d'organisations de la société civile. Le collectif réclame le départ du président Faure Gnassingbé ainsi que l'abrogation de réformes électorales récentes.

L'ex-Premier ministre, Agbéyomé Kodjo, un homme clé de l'opposition, a indiqué que le collectif avait rencontré une délégation gouvernementale dans la soirée de lundi, afin de s'accorder sur l'itinéraire de la manifestation. « Nous n'avons jamais prévu de provoquer (les autorités) », a-t-il expliqué. « Au sein de Sauvons le Togo, nous avons toujours été responsables. À l'occasion d'une rencontre, hier soir tard, des officiels du gouvernement ont fait valoir certains arguments. Nous avons finalement décidé d'accepter la proposition d'itinéraire faite par le gouvernement.»

Retard probable pour les législatives

Les manifestants ont donc défilé pacifiquement dans les rues de Lomé, tout en scandant des slogans contre le gouvernement. « Cette manifestation est une démonstration de force. Le pays est mal gouverné. Faure doit quitter le pouvoir. Nous sommes prêts à négocier son départ, car nous voulons une transition pacifique », a estimé l'un des membres de la coalition, Pedro Amuzu.

Les élections législatives sont prévues en octobre, mais elles seront probablement retardées, la date n'ayant pas encore été arrêtée et les préparatifs avançant lentement. Le gouvernement a interdit toute manifestation dans les lieux à forte activité commerciale de la capitale, invoquant des risques pour la sécurité publique et le maintien de l'ordre. L'opposition affirme qu'il s'agit d'étouffer les critiques à l'encontre du régime.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Grèves au Togo : 22 blessés dans des affrontements entre forces de l'ordre et élèves à Gleï

Grèves au Togo : 22 blessés dans des affrontements entre forces de l'ordre et élèves à Gleï

Plusieurs personnes ont été blessés mercredi à Gleï (160 km au nord de Lomé) dans de violents affrontements entre gendarmes et manifestants - essentiellement des élèves - qui r[...]

Togo : vers un report de l'élection présidentielle ?

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) a proposé mardi que la présidentielle togolaise soit reportée de 10 jours. Initialement prévu le 15 avril, le[...]

Togo : Gogué, Taama et Traoré... Qui sont les trois outsiders de la présidentielle ?

Cinq candidats s’affronteront dans les urnes le 15 avril pour l’élection présidentielle au Togo. Si le président sortant Faure Gnassingbé et son principal opposant Jean-Pierre Fabre font[...]

Togo : la campagne présidentielle s'empare du web

Les Togolais iront voter le 15 avril. Les cinq candidats en lice pour la présidentielle affûtent leurs programmes, leurs argumentaires et leur image. Cette année, pour la première fois, c'est aussi sur[...]

Togo : quand la microfinance s'invite dans la campagne présidentielle

En pleins préparatifs pour l’élection présidentielle, le président togolais Faure Gnassingbé n’a pas attendu longtemps pour dresser le bilan de l’un des projets phares de son[...]

Opposition togolaise : Alberto Olympio, Cauris et les 5 millions d'euros disparus

Brillant informaticien devenu opposant au Togo, Alberto Olympio a été inculpé par la justice togolaise le 25 février pour plusieurs chefs d'accusation, dont celui de faux en écriture bancaire.[...]

Grèves au Togo : les syndicats de la fonction publique durcissent le ton

Les fonctionnaires togolais poursuivent les mouvements entamés depuis quelques semaines pour obtenir une amélioration de leurs conditions de vie. Une assemblée générale devrait décider en[...]

Opposition togolaise : chacun pour soi et tous pour lui ?

L'union fait la force, c'est bien connu. Pourtant, l'opposition ira une fois encore en ordre dispersé à la présidentielle du mois d'avril. Et cela ne peut qu'arranger le chef de l'État sortant.[...]

Togo : cinq candidats à la conquête du fauteuil présidentiel

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a clôturé dimanche le dépôt de candidatures pour l’élection présidentielle. Quatre candidats, dont le leader[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120926085414 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120926085414 from 172.16.0.100