Extension Factory Builder
24/09/2012 à 16:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hosni Moubarak, le raïs déchu, lors de la conférence annuelle du PND en 2008. Hosni Moubarak, le raïs déchu, lors de la conférence annuelle du PND en 2008. © AFP/Archives - Khaled Desouki

La Haute cour administrative a autorisé, le 23 septembre, les anciens hauts membres du PND d’Hosni Moubarak à se porter candidats aux prochaines élections législatives. L’instance a également confirmé la dissolution du Parlement, majoritairement islamiste, prononcée par la Cour suprême constitutionnelle en juin dernier.

Les anciens membres du Parti national démocrate (le PND d’Hosni Moubarak, dissous), pourront briguer des postes de députés lors des prochaines élections législatives, conformément à une décision rendue en ce sens par la Haute cour administrative d'Égypte, le 23 septembre, ont indiqué des sources judiciaires, lundi 24 septembre.

Pour motiver son choix, la cour a argué que tout citoyen égyptien remplissant les critères de candidature pour une élection donnée devait être en mesure de bénéficier de l’intégralité de ces droits civiques, « y compris le droit de se présenter pour des institutions législatives ».

Cette décision ouvre la voie à des candidatures émanant d’anciens hauts responsables du défunt PND, alors que des élections législatives sont attendues début 2013.

"Isolement politique"

En avril 2011, dans les premières semaines suivant la chute de Moubarak, la Haute cour administrative avait satisfait les demandes de la rue égyptienne et prononcé le transfert au gouvernement des fonds et des biens du PND, principal parti d’Égypte pendant trois décennies.

Un an plus tard, le Parlement égyptien avait adopté une loi dite d’« isolement politique », ratifiée ensuite par le Conseil militaire, qui rendait inéligibles pendant dix ans les plus hauts responsables du régime déchu et du PND. Deux jours avant le second tour de la présidentielle égyptienne, la Haute cour constitutionnelle avait finalement invalidé cette loi, permettant à Ahmed Chafiq, dernier Premier ministre du raïs déchu, de disputer le second tour de la présidentielle, remporté par Mohamed Morsi, le candidat des Frères Musulmans.

Nouvelle Constitution

De nouvelles élections législatives doivent se tenir deux mois après l'adoption d'une nouvelle Constitution. Cette dernière est actuellement rédigée par un comité dominé par les islamistes. Si le délai initial est respecté, elle devrait être terminée à la fin de l’année.

Le 22 septembre, l’instance administrative a également confirmé le jugement rendu en juin par la Cour suprême constitutionnelle. Polémique, cette décision invalidait le résultat de l’élection de la chambre basse du Parlement, au sein de laquelle les islamistes étaient majoritaires.

Suite à cet arrêté, la récupération du pouvoir législatif par Conseil suprême des forces armées (CSFA) avait suscité l’inquiétude chez les nombreux Égyptiens qui espéraient voir l'armée s'effacer au profit d’un pouvoir civil.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Gaza : vers un accord a minima entre Israël et les Palestiniens ?

Gaza : vers un accord a minima entre Israël et les Palestiniens ?

Israéliens et Palestiniens se sont mis d'accord lundi soir sur la prolongation de vingt-quatre heures du cessez-le-feu en vigueur à Gaza. Cette décision adoptée in extremis, peu avant l'expiration de la[...]

Égypte : trois morts dans des heurts en marge de manifestations pro-Morsi

Trois personnes ont péri vendredi en Égypte dans des heurts en marge de manifestations des partisans du président déchu Mohamed Morsi, a affirmé un responsable de la sécurité, au[...]

Égypte : trois morts dans la répression de la commémoration des massacres de 2013

Au moins trois personnes ont été tuées jeudi au Caire en marge de manifestations des partisans du président déchu Mohamed Morsi qui ont peiné à mobiliser à l'occasion du[...]

Fatma, survivante de Rabaa : "Il y avait du sang partout"

Il y a un an, les autorités égyptiennes dispersaient dans le sang deux sit-ins en soutien à Mohamed Morsi, sur les places Nahda et Rabaa. Une répression d’une rare violence que HRW a[...]

Sissi et le massacre de Rabaa al-Adawiya, le Tian'anmen égyptien

Selon l’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, la tuerie de Rabaa al-Adawiya, perpétrée il y a tout juste un an contre des partisans des Frères musulmans, est[...]

Gaza : prolongation de la trêve pendant cinq jours

Après de nouveaux raids aériens sur Gaza en riposte à des tirs de roquettes, l'Égypte a annoncé mercredi soir la prolongation pour une durée de cinq jours de la trêve entre[...]

Égypte : un an après, Sissi veut tourner la page des massacres d'août 2013

Le 14 août 2013, une répression terrible s’est abattue sur les partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi. Un an après, le maréchal au pouvoir, Abdel Fattah al-Sissi, veut[...]

Répression des Frères musulmans : deux dirigeants de HRW interdits de séjour en Égypte

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a annoncé lundi que deux de ses directeurs ont été interdits d'entrer en Égypte où ils devaient présenter un rapport sur la sanglante répression[...]

DP World en pleine tourmente sur le continent

Alors qu'il aligne les bonnes performances à travers le monde, en Afrique, le troisième opérateur portuaire mondial collectionne les ennuis et les scandales. Le dernier en date, à Djibouti,[...]

L'Égypte finit d'éradiquer les Frères musulmans de la scène politique

L'Égypte a achevé samedi d'éradiquer les Frères musulmans de la scène politique en prononçant la dissolution de leur branche politique plus d'un an après que l'armée a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers