Extension Factory Builder
24/09/2012 à 13:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hassen Brik lors de son passage sur les ondes de Shems FM. Hassen Brik lors de son passage sur les ondes de Shems FM. © Shem FM

Le responsable de la prédication d'Ansar al-Charia, Hassen Brik, a été arrêté à la Cité El-Khadhra, près de Tunis, en début de soirée, dimanche 23 septembre. Comme son chef Abou Iyadh, il est accusé d'être derrière la manifestation meurtrière du 14 septembre devant l'ambassade des États-Unis.

Les autorités tunisiennes n'ont toujours pas mis la main sur Abou Iyadh mais ont réussi à arrêter son bras droit. Dimanche soir, Hassen Brik, responsable de la prédication au sein du mouvement salafiste et jihadiste Ansar al-Charia, a été arrêté à Tunis dans le cadre de l'enquête sur l'attaque meurtrière de l'ambassade américaine le 14 septembre.

Le lieutenant d'Abou Iyadh a été arrêté par la police en début de soirée, après la prière d'Al-icha, alors qu'il sortait de la mosquée de la Cité El-Khadhra. D'abord interpellé pour un simple contrôle d'identité, il a ensuite été appréhendé avec sept autres personnes.

Abou Iyadh toujours en fuite

Vendredi dernier, Hassen Brik était invité à l’émission Hadith Tounes sur la radio Shems FM. D'après le site d'information tunisien Kapitalis, il était resté deux heures dans les studios, menacé d'arrestation par des policiers qui l'attendaient à l'extérieur du bâtiment. Il avait fallu l’intervention de cinq avocats, plaidant l'absence de mandat d’arrêt contre leur client, pour que le leader salafiste radical quitte le siège de la radio sans être inquiété.

L'arrestation de ce haut responsable d'Ansar al-Charia s'ajoute à celles de 96 manifestants interpellés à la suite des émeutes autour de l'ambassade des États-Unis, qui avaient fait quatre morts et des dizaines de blessés. Depuis cette date, la police est à la recherche de dirigeants jihadistes d'Ansar al-Charia, dont leur chef, Seif Allah Ibn Hussein alias Abou Iyadh. Accusé d'être derrière la violente manifestation anti-américaine par les autorités tunisiennes, ce dernier a déjà échappé plusieurs fois à la police.

___

Benjamin Roger (@benja_roger)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
yseult - 24/09/2012 à 18h:09

c'est pas trop tot ! et c'est quand qu'on arrete le chef ?[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Tunisie : haro sur les médias français

Tropisme pro-islamiste, racolage, sensationnalisme... Les griefs du camp moderniste contre les journalistes de l'Hexagone sont symptomatiques.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120924125338 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120924125338 from 172.16.0.100