Extension Factory Builder
24/09/2012 à 13:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hassen Brik lors de son passage sur les ondes de Shems FM. Hassen Brik lors de son passage sur les ondes de Shems FM. © Shem FM

Le responsable de la prédication d'Ansar al-Charia, Hassen Brik, a été arrêté à la Cité El-Khadhra, près de Tunis, en début de soirée, dimanche 23 septembre. Comme son chef Abou Iyadh, il est accusé d'être derrière la manifestation meurtrière du 14 septembre devant l'ambassade des États-Unis.

Les autorités tunisiennes n'ont toujours pas mis la main sur Abou Iyadh mais ont réussi à arrêter son bras droit. Dimanche soir, Hassen Brik, responsable de la prédication au sein du mouvement salafiste et jihadiste Ansar al-Charia, a été arrêté à Tunis dans le cadre de l'enquête sur l'attaque meurtrière de l'ambassade américaine le 14 septembre.

Le lieutenant d'Abou Iyadh a été arrêté par la police en début de soirée, après la prière d'Al-icha, alors qu'il sortait de la mosquée de la Cité El-Khadhra. D'abord interpellé pour un simple contrôle d'identité, il a ensuite été appréhendé avec sept autres personnes.

Abou Iyadh toujours en fuite

Vendredi dernier, Hassen Brik était invité à l’émission Hadith Tounes sur la radio Shems FM. D'après le site d'information tunisien Kapitalis, il était resté deux heures dans les studios, menacé d'arrestation par des policiers qui l'attendaient à l'extérieur du bâtiment. Il avait fallu l’intervention de cinq avocats, plaidant l'absence de mandat d’arrêt contre leur client, pour que le leader salafiste radical quitte le siège de la radio sans être inquiété.

L'arrestation de ce haut responsable d'Ansar al-Charia s'ajoute à celles de 96 manifestants interpellés à la suite des émeutes autour de l'ambassade des États-Unis, qui avaient fait quatre morts et des dizaines de blessés. Depuis cette date, la police est à la recherche de dirigeants jihadistes d'Ansar al-Charia, dont leur chef, Seif Allah Ibn Hussein alias Abou Iyadh. Accusé d'être derrière la violente manifestation anti-américaine par les autorités tunisiennes, ce dernier a déjà échappé plusieurs fois à la police.

___

Benjamin Roger (@benja_roger)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
yseult - 24/09/2012 à 18h:09

c'est pas trop tot ! et c'est quand qu'on arrete le chef ?[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Tunisie

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport condu[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Adel Fekih : "En Tunisie, il faut dépasser les polémiques"

"Affaire du salon d'honneur", allégeance à Ettakatol... Vivement critiqué malgré un bilan plus que satisfaisant, le diplomate Adel Fekih défend son action à la tête[...]

Tunisie : craintes de "benalisation" de l'État qui durcit la lutte contre le terrorisme

La sanglante attaque qui a tué 15 militaire tunisiens mi-juillet a poussé l'État à prendre des mesures fortes contre les appels au jihad, comme la fermeture de mosquées et de médias. Entre[...]

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Adoptées au dernier trimestre de l'année 2013, les premières mesures pour pallier les carences des armées de terre et de l'air ont été mises en oeuvre par le nouveau gouvernement tunisien[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa, en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire

Mehdi Jomâa, le chef du gouvernement tunisien, se trouvait mardi en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire face aux groupes terroristes, quelques jours après une attaque qui[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa et les leçons de Henchir Talla

L'attaque terroriste de Henchir Talla, qui a fait au moins 15 morts dans la région du mont Chaambi le 16 juillet, a laissé des traces. Le Premier ministre assure en avoir tiré toutes les conséquences.[...]

Mohamed Talbi, l'homme qui éclaire l'islam

Nous avons pourtant essayé... De vous proposer cette semaine des sujets sympas pour les vacances, ceux que l'on aime lire au bord d'une plage de sable fin ou tranquillement assis dans son jardin en sirotant un [...]

Tunisie : fermeture de mosquées et de médias après la mort d'au moins 15 soldats

Le gouvernement tunisien a annoncé une série de mesures, dont la fermeture de mosquées et celle de médias "appelant au jihad", suite à la mort d'au moins 15 soldats dans une attaque[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

À 93 ans, le doyen de la pensée critique musulmane s'est livré à "Jeune Afrique" dans une grande interview où il dévoile la face avant-gardiste de l'islam et dénonce le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers