Extension Factory Builder
24/09/2012 à 08:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Aboudou Touré Cheaka, le 8 septembre à Bamako. Aboudou Touré Cheaka, le 8 septembre à Bamako. © Baba Ahmed

Grâce à l'accord entre Bamako et la Cedeao, rendu public le 23 septembre, une opération militaire ouest-africaine au Nord-Mali se dessine enfin à l'horizon. Mais sous quelle forme ? Le représentant spécial d'Alassane Ouattara (président en exercice de la Cedeao) au Mali, Aboudou Touré Cheaka, a accepté de recevoir Jeune Afrique durant plus d’une heure à son hôtel bamakois, pour nous dévoiler en exclusivité les détails de la future Mission de la Cedeao au Mali (Micema). Interview.

Jeune Afrique : Quelles troupes la Cedeao a-t-elle prévu de déployer à Bamako ?

Aboudou Touré Cheaka : Nous avons retenu le déploiement d’un dispositif de sécurité formé d’une unité mixte de police et de gendarmerie comptant entre 128 et 135 personnes, au maximum, pour assurer la sécurité de la représentation spéciale de la Cedeao à Bamako, mais aussi celle de l’équipe de la coordination stratégique de la Micema qui devrait s’installer à Bamako.

Mais elle devra aussi s’occuper de la sécurité du personnel international qui pourra être sollicité dans le cadre de l’intervention de la Micema et, de manière ponctuelle, des vols qui seraient organisés pour le transport d’équipement, l’approvisionnement…

Qu’en est-il de la force spécialisée pour former les soldats maliens ?

C’est une unité formée là aussi de policiers et de gendarmes spécialisés qui répond exactement à la demande d’aide malienne. Elle sera également basée à Bamako et comprendra l’ensemble des techniciens et experts pour la formation en matière de police scientifique, de détection de métaux, de déminage.…

Pourquoi la Cedeao a-t-elle insisté pour baser la Micema à Bamako ?

Qu’on se dise la vérité. S’il n’y avait pas de base à Bamako, la Cedeao n’aurait aucun moyen de mobiliser de l’équipement ou l’expertise nécessaire pour appuyer ses dispositifs au front. On ne peut pas demander à une mission qui vient dans un pays de ne pas s’installer près de la capitale où se trouvent tous les centres des décisions politiques, financiers et tous les dispositifs de communications, de gestion des relations avec les partenaires…

Il est clair que les bataillons demandés par la partie malienne ne viendront pas à Bamako, ils iront directement sur le champ de bataille. Mais avant tout engagement sur le terrain, la Micema doit s’installer au niveau de la capitale pour mieux coordonner ses activités avec les responsables maliens.

Mais une force combattante de la Cedeao pourrait être basée à Koulikoro...

C’est l'un des détails qu’il faudra sans doute discuter. Il s’agirait d’une compagnie légère qui serait basée à Koulikoro, c'est-à-dire à 60 km hors de la ville de Bamako, puisque la partie malienne soutient toujours que la présence de combattants de la Cedeao dans la capitale peut choquer la population, etc.

Si les hostilités sont déclenchées au Nord, Bamako va être en ébullition. Des cellules terroristes dormantes peuvent exister, des tentatives de déstabilisation peuvent survenir.

C’est sur la proposition du chef de l’état-major malien que Koulikoro a été retenu comme point à la fois suffisamment éloigné de Bamako pour ne pas brusquer les esprits mais également assez proche. Car si les hostilités sont déclenchées (au Nord), Bamako va être en ébullition. Des cellules dormantes [terroristes, NDLR] peuvent exister, des tentatives de déstabilisation peuvent survenir. Et au-delà des institutions maliennes, il y a beaucoup d'institutions internationales, comme les ambassades étrangères, qui peuvent faire l’objet d’attaques.

Comment les bataillons de la Micema vont-ils évoluer aux côtés de l’armée malienne ?

Le déploiement de la Micema va se faire de manière séquentielle. L’installation de son siège à Bamako, le renforcement des capacités miliaires maliennes, la mise en place des bataillons de sécurisation entre la ligne de front et le sud du pays… Tout cela peut être prêt en cinq à six semaines. L’intervention proprement dite se fera en fonction des renseignements provenant du terrain. Le principe est que les soldats maliens seront devant et les cinq bataillons ouest-africains derrière, en appui. En ce qui concerne la couverture aérienne, on a besoin de la communauté internationale. Mais avec la future résolution des Nations unies, nous n’aurons pas de souci pour cela.

En plus des avions du Nigeria et du Niger, il y a la possibilité que des pays comme la France et d'autres puissances aériennes aident l’opération. Mais tous les détails seront définis au moment opportun. Le scénario de l’intervention est, lui, déjà établi. Le jour où le Conseil de sécurité de l’ONU donnera mandat d’intervenir au Mali, les chefs des pays de la Cedeao se réuniront pour donner l’ordre à leurs armées d’entrer en action.

Quelle sera la place de la médiation à ce moment ?

La médiation avait pour rôle de faire comprendre au MNLA que l’intégrité territoriale du Mali n’est pas négociable, et à Ansar Eddine que la laïcité du pays n’est pas discutable. Maintenant, même pendant les combats, le dialogue reste toujours valable. On peut revenir à de meilleurs sentiments et suspendre les combats pour trouver des solutions par le dialogue.

________

Propos recueillis par Baba Ahmed, à Bamako
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Lutte contre Ebola : le Mali sera-t-il le 'troisième bon élève' ?

Lutte contre Ebola : le Mali sera-t-il le "troisième bon élève" ?

À en croire un expert français de retour de Bamako, les dix à quinze jours prochains détermineront si le Mali est capable de stopper l'épidémie d'Ebola. Ce qui fera de lui le "troisi&[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

En raison de la chute de Blaise Compaoré, les groupes rebelles maliens se sont retrouvés à Niamey avant la reprise des négociations à Alger.[...]

Nord-Mali : deux soldats tués et cinq autres blessés par une mine

Une voiture de l'escorte du ministre malien du Développement rural a sauté mardi sur une mine dans le nord du pays. Deux militaires ont été tués et cinq autres grièvement blessés,[...]

Ebola au Mali : nouveau cas positif, 310 personnes sous surveillance sanitaire

Un nouveau cas d'Ebola a été déclaré samedi au Mali et cette personne a été admise dans une unité de soins intensifs à Bamako, a indiqué un communiqué du[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Mali : IBK et le Boeingate, suite

Ibrahim Boubacar Keïta ne s'est toujours pas exprimé sur les soupçons de fraude qui le visent après la publication du rapport du Vérificateur général sur l'achat de l'avion[...]

Mali : en déplacement, IBK montre l'exemple dans la lutte contre Ebola

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s'est rendu lundi à Kourémalé, dans le sud du pays, près de la frontière avec la Guinée, pour une visite symbolique consacrée[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : précautions et inquiétude chez les Français du Mali

Depuis l'annonce d'un cinquième cas d'Ebola au Mali, la communauté française, forte de 6.000 ressortissants et de 1.400 militaires, y observe avec inquiétude l'arrivée de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces