Extension Factory Builder
21/09/2012 à 18:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les poupées Rooti Creations sont multilingues. Les poupées Rooti Creations sont multilingues. © AFP

Elles ne sont pas vaudou. Encore moins gonflables. Les poupées de la société britannique Rooti Creations sont en revanche fières de leurs origines. Les charmantes Keza, Ama ou encore Simbi ne se contentent pas de refléter l’identité africaine : elles sont de vraies ambassadrices de la richesse linguistique du continent.

Loin de la pauvreté de vocabulaire d’une poupée Barbie désespérément muette, « Gorgeous Ama » a tout d'une intellectuelle. Sous son épaisse chevelure noire : une tête bien faite capable de s’exprimer en quatre langues ghanéennes : le Twi, le Ga, le Ewe ou encore le Krobo. Une prouesse peu commune dans le monde très occidental de l'industrie des jouets pour enfants.

Et Ama n’est pas la seule. Dans sa maison de poupées, elle ne s’entoure que de quadrilingues. Sa colocataire, « Lovely Nubya », robe à poids, bas rayés de rouge, dont les parents sont originaires du Cap, en Afrique du Sud, a ainsi pour panoplie le Zoulou, le Thoxa, le Twana et le Swati. Shiroh, d’origine kényanne et éthiopienne et Simbi, aux racines nigérianes, sont toutes deux aussi douées dans leurs langues respectives. Sans parler de Keza, à la robe à fleurs et aux couettes disproportionnées, dont les parents ont émigré vers Londres depuis le Zimbabwe et la Zambie.

Poupées de sons

Objectif de cette panoplie linguistique quelque peu inabituelle pour de simples poupées destinées à des enfants de plus de trois ans : « préserver l’identité et la culture africaines ». C'est l'entreprise britannique Rooti Creations, lancée en 2011, qui commercialise ces jeunes professeures en plastique. Elle explique que ses créations sont nées de la simple envie de donner aux enfants de la diaspora africaine la possibilité d’apprendre au plus tôt les langues de leurs ancêtres. Un coup marketing, certes, mais plutôt rafraîchissant.

Au regard du prix de l’heure d’enseignement linguistique, celui d'une poupée de Rooti Creations (40 livres sterling, hors frais de transport), n’est pas forcément démesuré. Mais après un certain âge, les parents seront obligés de prendre le relais. Car le vocabulaire de la poupée zoulou, par exemple, reste relativement limité. Nubya peut certes éveiller un enfant de trois ans, mais les poèmes de Mazisi Kunene seront sans doute plus stimulants par la suite. Chaque chose en son temps...
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

RDC : Tshisekedi, Kamerhe et Fayulu appellent au rassemblement le 4 août contre la révision constitutionnelle

RDC : Tshisekedi, Kamerhe et Fayulu appellent au rassemblement le 4 août contre la révision constitutionnelle

Dans une lettre commune publiée mardi, l'UDPS d'Étienne Tshisekedi, l'UNC de Vital Kamerhe et Ecide de Martin Fayulu appellent les Congolais à se réunir le 4 août sur une grande place de Kinshasa [...]

Togo : 2030 à l'horizon

Kako NUBUKPO est ministre togolais de la Prospective et de l'Évaluation des politiques publiques.[...]

Gabon : les caisses de l'État sous surveillance rapprochée

Un audit a révèlé l'ampleur de la disparition des fonds publics au Gabon au cours des dix dernières années. Pour reprendre la main, le gouvernement doit agir vite.[...]

Sénégal : dans l'affaire Karim Wade, Bibo Bourgi plaide malade

La détérioration de l'état de santé de l'homme d'affaires, soupçonné de complicité dans l'affaire Karim Wade, hypothèque la tenue du procès, le[...]

Gambie : Yahya Jammeh, vingt ans d'impunité

Arrivé au pouvoir par un putsch en 1994, le jeune lieutenant avait suscité bien des espoirs. Mais il a vite imposé sa loi par la violence et la terreur.[...]

Centrafrique : la suite de l'accord de Brazzaville

Après le cessez-le-feu entre groupes armés centrafricains conclu à Brazzaville le 23 juillet, reste à mettre en musique cet accord pour éviter qu'il ne reste lettre morte.[...]

Christopher Fomunyoh : "Les Africains aspirent à une gouvernance moderne"

Directeur Afrique du National Democratic Institute, basé à Washington, le juriste et politologue camerounais décrypte la vision de l'Afrique selon Obama.[...]

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9[...]

Côte d'Ivoire : le duo Renard-Beaumelle à la tête des Éléphants ?

De cinq noms, la short-list de la fédération ivoirienne est passée à trois, après que les Français Francis Gillot et Luiz Fernandez ont été écartés. Et selon[...]

Mali : au Nord, c'est le far west

À Alger, on négocie depuis le 16 juillet, mais dans le Septentrion, on se bat. Entre l'armée, les milices et les rebelles touaregs, rien ne va plus... Seuls les jihadistes et les trafiquants[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers