Extension Factory Builder
21/09/2012 à 16:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abou Zeid presse la France de payer une rançon pour faire libérer ses otages. Abou Zeid presse la France de payer une rançon pour faire libérer ses otages. © Sipa

Enrôlement de jeunes au point mort, camp d'entraînement fermé... La katiba de l'émir d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Abdelhamid Abou Zeid, connaît apparemment des petits problèmes de trésorererie. D'où une pression accentuée de la part du groupe terroriste sur les autorités françaises pour qu'elles négocient la libération de leurs otages en échange d'une rançon.

L’émir d’Aqmi Abdelhamid Abou Zeid manquerait-il d’argent ? Plusieurs indices le laissent à penser. D’abord, la katiba Tarek Ibn Zayad qu’il dirige n’a plus les moyens de financer convenablement ses activités. Pour preuve : « L’enrôlement des jeunes à Tombouctou est au point mort et le camp d’entraînement est fermé », affirme une source sécuritaire à Bamako, sous le couvert de l’anonymat. Une information confirmée par des habitants de la « Ville aux 333 saints ».

Depuis qu’Aqmi a pris le contrôle de la ville, en avril dernier, Abou Zeid - de son vrai nom Mohamed Ghadir (version algérienne) ou Abid Hamadou (version Interpol) - a dépensé beaucoup d’argent. À commencer par les subsides versés aux chefs de brigades qui lui ont fait allégeance, notamment ceux d'Ansar Eddine et certains leaders communautaires.

Gesticulations

À chaque fois qu’un nouveau groupe se place sous son autorité, Abou Zeid met la main à la poche (carburant, salaire des hommes, entretien des véhicules…). À cela s’ajoutent les autres dépenses journalières que le groupe jihadiste fait pour prendre en charge ses propres éléments à Tombouctou.

On comprend mieux pourquoi, ces derniers temps, Aqmi multiplie les gesticulations afin d'obtenir des rançons pour ses otages français, notamment, détenus au Nord-Mali. Après les vidéos publiés dans la presse et les messages menaçants à l'égard de Paris, le groupe terroriste a adressé une lettre aux familles des otages incriminant le gouvernement français. « C’est l’attitude irresponsable de leur gouvernement et son refus d’entrer en contact avec nous qui constitue le principal obstacle à la libération de vos proches », est-il écrit dans cette missive publiée le 20 septembre par un journal mauritanien.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Indépendance du Mali : que reste-t-il de Modibo Keïta, cent ans après sa naissance ?

Indépendance du Mali : que reste-t-il de Modibo Keïta, cent ans après sa naissance ?

Modibo Keïta, premier président de la République du Mali, aurait été centenaire le 4 juin 2015. Retour sur la vie de ce leader panafricain qui a marqué l'histoire de son pays et du continent[...]

Mali : 3 Casques bleus blessés dans l'explosion d'une mine, le chef de la Minusma indemne

Trois Casques bleus ont été blessés au Mali, jeudi, dans l'explosion d'une mine au passage de leur convoi dans lequel avait pris place le commandant en chef de la Minusma, le général danois[...]

Terrorisme : quand Hollande joue les cow-boys au Mali

Au Mali, le président français n'hésite plus à ordonner des assassinats ciblés contre les chefs jihadistes. Une "neutralisation" sans autre forme de procès.[...]

"O Ka" : Souleymane Cissé le justicier

À partir de l'expulsion de ses soeurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.[...]

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers