Extension Factory Builder
21/09/2012 à 12:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des policiers se déploient pendant une manifestation de l'opposition le 27 août 2012 à Conakry. Des policiers se déploient pendant une manifestation de l'opposition le 27 août 2012 à Conakry. © AFP

La marche organisée par l’opposition dans les rues de Conakry a été très suivie, jeudi 20 septembre. La tenue d’élections législatives libres et transparentes est toujours au centre des préoccupations.

Une grande marche dans les rues de Conakry a été organisée, jeudi 20 septembre, par l'opposition guinéenne. Celle-ci manifestait pour réclamer des élections législatives libres, crédibles et transparentes, alors qu’aucune élection parlementaire n’a eu lieu en Guinée depuis dix ans.

La marche avait reçu le feu vert des autorités. Elle est partie du sud de la capitale en fin de matinée, sous la pluie, pour s’achever sur l'esplanade du Stade du 28-septembre, en fin d’après-midi. Alors que les forces de l’ordre n’ont fourni aucune estimation sur le nombre de manifestants, l'opposant Sidya Touré avance, pour sa part, le chiffre de 200 000 personnes. La foule s’étendait sur plusieurs kilomètres le long de l'autoroute Fidel Castro, d'après le correspondant de l'AFP.

La mobilisation s’est déroulée dans un calme relatif, seuls quelques accrochages sporadiques se produisant entre des sympathisants du pouvoir et des manifestants. Des jets de pierre ont fait quelques blessés légers dans les rangs de l’opposition.

 

En tête du défilé, on retrouvait les leaders de l'opposition à bord de 4x4 décapotables. L'ancien Premier ministre Lansana Kouyaté du PEDN (Parti de l’espoir pour le développement national), Aboubacar Sylla de l'UFC (Union des Forces du changement) ou encore Fodé Mohamed Soumah du Geci (Génération citoyenne) étaient notamment présents.

Revendications partiellement satisfaites

Cellou Dalein Diallo, candidat malheureux à la présidentielle de 2010, était radieux. « C'est une manifestation grandiose qui démontre encore une fois que nous sommes majoritaires dans ce pays. Le peuple s'est mobilisé pour désavouer le président Alpha (Condé) dans ses velléités, son obstination, à violer les règles et principes démocratiques. Les Guinéens veulent dire qu'ils ne sont plus prêts à accepter une mascarade d'élections ».

Pour M. Dalein Diallo, il est impératif de choisir dans la transparence un opérateur technique pour la révision du fichier électoral et de s’assurer que l’opérateur ne fera pas l’objet de manipulation par une des parties en compétition.

Ces derniers temps, l’opposition a vu plusieurs de ses revendications satisfaites, notamment l'instauration d'une parité pouvoir-opposition à la Commission électorale indépendante de Guinée (Ceni) et le départ annoncé du président de cette commission. Cependant, l’opposition exige que la révision du fichier électoral ne soit pas confiée à la société sud-africaine Waymark.

En Guinée, les dernières élections de parlementaires se sont tenues en juin 2002, lors du règne du général-président Lansana Conté, décédé en 2008 au terme de 24 ans de règne. Les militaires putschistes, qui s’étaient emparés du pouvoir à sa mort, avaient alors dissout l’Assemblée nationale. Depuis sa création, en  février 2010, le Conseil national de transition (CNT) fait office de Parlement.

Initialement prévues au premier semestre 2011, les élections législatives ont été repoussées à plusieurs reprises par la Ceni. Le président Alpha Condé, ancien opposant élu en 2010, a lui-même appelé, le 14 septembre, à l'organisation rapide des élections législatives, qu’il perçoit comme un « test majeur pour la jeune démocratie » guinéenne.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique. Par[...]

Guinée : au coeur du "ground zero" de l'épidémie d'Ebola

C'est ici, quelque part entre Nzérékoré et Macenta, en pleine forêt, qu'Ebola est apparu il y a bientôt un an. Une région difficile d'accès, qui a payé un lourd tribut[...]

Ebola : François Hollande se rendra en Guinée la semaine prochaine

Le président français, François Hollande, a annoncé vendredi qu'il se rendrait en Guinée "la semaine prochaine", afin d'évoquer l'épidémie de virus Ebola qui[...]

Lutte conte Ebola : qui donne, combien et à qui ?

Depuis le mois de mars, le virus Ebola a déjà fait officiellement plus de 5 400 morts en Afrique de l'Ouest. Qui, à travers le monde, se mobilise financièrement pour stopper l'épidémie ?[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : six souches, pas moins

Il existe actuellement six espèces différentes de virus Ebola, à la sévérité variable.[...]

CAN 2015 et Ebola : psychose et stigmatisation dans les stades

Les footballeurs originaires des pays touchés par l'épidémie sont durement stigmatisés lors des rencontres qualificatives pour la Coupe d'Afrique des nations. Témoignages.[...]

Ebola : la moitié des morts non comptabilisés ?

Jeudi, un expert de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que des milliers de victimes d'Ebola, enterrées sans être déclarées, n'étaient pas prises en compte[...]

Ebola : un arsenal thérapeutique balbutiant

S'il n'existe aucun traitement ni vaccin homologué contre le virus, la recherche scientifique progresse.[...]

Ebola : où sont passés les milliardaires africains ?

Seuls des milliardaires occidentaux tels Bill Gates ou Mark Zuckerberg se sont faits mécènes de la lutte contre Ebola. Leurs homologues africains, Aliko Dangote ou Nassef Sawiris,  pour ne citer qu'eux, sont aux[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces