Extension Factory Builder
21/09/2012 à 10:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des islamistes du groupe Ansar Eddine près de Tombouctou dans le nord du Mali, en avril 2012. Des islamistes du groupe Ansar Eddine près de Tombouctou dans le nord du Mali, en avril 2012. © AFP

À Tombouctou, la chasse aux femmes non voilées est ouverte. Selon des habitants de la "Ville aux 333 saints", les islamistes d'Ansar Eddine ont commencé à arrêter, jeudi 20 septembre, toutes les habitantes qui ne dissimulent pas intégralement leur corps sous des habits. Et un couvre-feu d'un genre particulier a également été instauré.

L'obscurantisme frappe chaque jour un peu plus la population du Nord-Mali. D'après des habitants de Tombouctou, les islamistes qui contrôlent la « Ville aux 333 saints » ont commencé, jeudi 20 septembre, à arrêter et à punir les femmes qui ne portent pas le voile, ou celles rencontrées tard dans les rues.

« Les islamistes sillonnent aujourd'hui (jeudi) le marché de la ville et arrêtent les filles qui ne portent pas le voile », a déclaré un habitant du quartier de Djinguerey Ber, El Mehdi Cissé, joint par téléphone depuis Bamako. « Toute fille ou femme rencontrée dans la rue à partir de 23 heures sera conduite en prison et paiera une contravention », a ajouté El Mehdi Cissé, citant une des directives édictées par les islamistes d'Ansar Eddine. « Depuis hier soir, ils rendent visite à des imams pour leur dire que, désormais, toutes les filles doivent s'habiller décemment », a confirmé un habitant du quartier Bellah Farandi, Boubacar Yattara.

Les imams ont également été informés de la création d'une « prison pour femmes » et des différents montants d'amendes que les « contrevenants à la loi islamique » doivent payer, a précisé un religieux d'une des mosquées de la ville.

Châtiments corporels

Dans la foulée du putsch militaire du 22 mars à Bamako, le nord du Mali est entièrement tombé sous le contrôle des groupes islamistes Ansar Eddine (Défense de l'islam) et Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Amnesty International a dénoncé jeudi la multiplication des violences et châtiments corporels infligés par les islamistes dans le Nord du Mali, « au nom de leur interprétation de la charia » : exécution par lapidation d'un couple non marié, amputations de présumés voleurs, à la suite de « parodies de procès », flagellations de buveurs d'alcool ou de fumeurs.

Les islamistes d'Ansar Eddine ont également démoli la majorité des mausolées des saints musulmans de la cité de Tombouctou, qui était aux XVe et XVIe siècles une capitale intellectuelle et spirituelle, haut lieu de la diffusion de la culture islamique en Afrique.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : marche à Bamako pour soutenir la libération de Ménaka, reprise aux rebelles

Mali : marche à Bamako pour soutenir la libération de Ménaka, reprise aux rebelles

Plusieurs centaines de personnes ont marché samedi à Bamako pour soutenir la libération de Ménaka, ville du nord-est du Mali reprise le 27 avril à la rébellion par un groupe armé pr[...]

Mali : au moins 10 rebelles et 9 militaires tués dans les combats à Léré

Les violents combats qui ont opposé l'armée malienne à des rebelles, mercredi à Léré, dans le centre du pays, ont fait 19 morts et une vingtaine de blessés, selon un bilan[...]

Crise malienne : affrontements meurtriers entre armée et rebelles près de la frontière mauritanienne

Des combats ont opposé mercredi, pour la première fois depuis 2014, rebelles et armée malienne près de la frontière mauritanienne. Quelques heures plus tôt, une attaque surprise[...]

Nord du Mali : deux soldats et un enfant tués dans une attaque à Goundam

Des sources concordantes ont annoncé mercredi la mort de deux membres de la garde nationale malienne et d'un enfant à la suite d'une attaque perpétrée par des hommes armés à Goundam, dans[...]

Mali - Fahad Ag Almahmoud (Gatia) : "Notre occupation de Ménaka n'a pas été préparée"

Le Gatia a repris lundi la ville de Ménaka aux rebelles du MNLA qui la contrôlaient depuis près d'un an. Joint par téléphone, Fahad Ag Almahmoud, le secrétaire général de[...]

Mali : le Gatia prend le contrôle de Ménaka

Le Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia) - proche du pouvoir malien - a pris lundi le contrôle de Ménaka, dans le nord du Mali, selon l'AFP. Une localité jusqu'ici partiellement[...]

Les mystères de la Corsafrique

Feliciaggi, Tomi, Pasqua, Foccart, Bongo Ondimba, Sassou Nguesso, IBK... Bienvenue en Corsafrique ! Dans son numéro double, "Jeune Afrique" consacre une enquête à l'ascension des Corses en Afrique,[...]

Abdoulaye Diop : "La paix pour le Mali passe par l'accord d'Alger"

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, revient sur le préaccord d'Alger que la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) refuse toujours de[...]

Mali : quand les mausolées des saints de Tombouctou ressuscitent

Trois ans après la destruction des mausolées de Tombouctou, classés au patrimoine mondial de l'Unesco, la "Ville aux 333 saints" a entamé leur reconstruction. Et renoué avec une[...]

Mali : remue-ménage onusien autour du préaccord de paix

À l'issue de sa réunion consacrée au Mali, le 9 avril, le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé les groupes rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA)[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120921095514 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120921095514 from 172.16.0.100