Extension Factory Builder
21/09/2012 à 09:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste Ennahdha. Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste Ennahdha. © AFP

Paroles en l'air ou changement d'attitude d'Ennahdha vis-à-vis des radicaux flirtant avec Al-Qaïda ? "Les salafistes jihadistes sont un danger pour la Tunisie, et après l'attaque de l'ambassade américaine, l'État tunisien doit serrer la vis", a décalré Rached Ghannouchi, le chef du parti islamiste au pouvoir.

« À chaque fois que des partis, ou des groupes outrepassent d'une façon flagrante la liberté il faut être ferme, serrer la vis et insister sur l'ordre », a déclaré le chef du parti tunisien islamiste Ennahdha (au pouvoir), Rached Ghannouchi, avant d'ajouter que  « ces gens là représentent un danger non seulement pour Ennahda mais pour les libertés publiques dans le pays et pour sa sécurité, c'est pour cela que tous nous faisons face à ces groupes mais avec des outils respectueux de la loi ».

Ces déclarations interviennent alors que l'action politique du pouvoir a été vivement critiquée par Béji Caïd Essebsi. S’exprimant lors d’une conférence de presse à Tunis, jeudi 20 septembre, le fondateur du parti d’opposition Nidaa Tounès (l’Appel de la Tunisie) a violemment fustigé les ambiguités et les contradictions de la coalition au pouvoir, composée des islamistes d’Ennahdha et de deux partis de centre gauche, Ettakatol et le Congrès pour la république (CPR). « Les violences anti-américaines que la Tunisie a connues sont le résultat de la politique de tolérance envers des groupes prônant la violence », a-t-il déclaré. « Si ce gouvernement devait poursuivre cette politique, il nous conduira vers l'abîme. (…) Il a échoué et n'est plus en mesure de diriger le pays, c'en est fini de la troïka ».

Virage difficile

Le gouvernement doit négocier un virage difficile : la prolongation de ses fonctions après un an de pouvoir, qui est la limite théorique. De son côté Rached Ghannouchi a par ailleurs rejeté ces accusations de laxisme à l'encontre du gouvernement tunisien, qui n'a pas arrêté, alors qu'il en avait la possibilité cette semaine, le chef jihadiste Abou Iyad soupçonné d'être derrière l'attaque du 14 septembre contre l'ambassade des États-Unis et une école américaine.

« Le chef d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden est resté beaucoup d'années libres et les services secrets internationaux sont restés longtemps sans l'arrêter donc ce n'est pas étonnant que quelqu'un disparaisse (...) mais la police va le poursuivre jusqu'à ce qu'il soit arrêté », a déclaré Rached Ghannouchi.

Deux jours après la publication, le 19 septembre, de nouvelles caricatures du prophète Mohammed par le journal satirique français « Charlie Hebdo », le pays redoute des violences contre les intérêts de la France en Tunisie. Selon Rached Ghannouchi, les forces de l'ordre sauront désormais empêcher tout débordement. « La police a bien retenu sa leçon et je ne pense pas que cela (les violences, NDLR) va se reproduire vendredi », a-t-il assuré. 

Film anti-islam : les Occidentaux redoutent de nouvelles protestations

La journée du vendredi 21 septembre pourrait être marquée par de nouvelles protestations dans les pays musulmans contre le film anti-islam et les caricatures du Prophète publiées dans l’hebdomadaire satirique français, Charlie hebdo. Depuis dix jours, plus de 30 personnes ont péri dans des manifestations.

Jeudi 20 septembre, ils étaient un millier d’étudiants, armés de bâtons, à défiler dans les rues d’Islamabad pour protester contre « L'innocence des musulmans », film produit aux États-Unis et dont un extrait circule sur Internet.  Au cours des échauffourées qui ont éclaté avec la police, cinq policiers et six manifestants ont été blessés.

À Kaboul et Téhéran, des manifestants ont protesté à la fois contre le film et contre la publication mercredi par l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo de caricatures du prophète Mohammed.
À Téhéran, une centaine de manifestants se sont rassemblés devant l'ambassade de France en criant « mort à l'Amérique », « mort à Israël » et « mort à la France ».

Appels à la prudence

Les Occidentaux, Paris en tête, craignent que la publication des caricatures en France n'accroisse les tensions et n'entraîne de nouveaux débordements vendredi 21 septembre.

Dans la soirée du 21 septembre, Paris a invité les ressortissants français dans les pays musulmans à la prudence. Il leur a été conseillé de rester chez eux vendredi. Autre sujets d’inquiétude pour les autorités françaises, la sécurité des soldats français en Afghanistan et au Liban.

La France a ordonné la fermeture vendredi des ambassades, consulats et écoles françaises dans une vingtaine de pays musulmans. De leurs côtés, les États-Unis ont eux annoncé avoir acheté des espaces publicitaires sur des chaînes de télévision pakistanaises pour diffuser des spots destinés à calmer la colère des musulmans contre le film.

À Paris, la sécurité est toujours renforcée autour de l'immeuble abritant la rédaction de Charlie Hebdo, et, comme à Tunis, toute manifestation de protestation contre le film ou les caricatures interdite.

.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex