Extension Factory Builder
20/09/2012 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le fondateur de Nidaa Tounès, Béji Caïd Essebsi, ici le 18 juin 2009 à Tunis. Le fondateur de Nidaa Tounès, Béji Caïd Essebsi, ici le 18 juin 2009 à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

Béji Caïd Essebsi, fondateur du parti d'opposition Nidaa Tounès, considère que le gouvernement tunisien, mené par Ennahdha, entraîne le pays "vers l'abîme". Et qu'il ne sera plus légitime après le 23 octobre, un an après les élections à la Constituante.

Pour l’ancien Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi, la coupe est pleine. S’exprimant lors d’une conférence de presse à Tunis, jeudi 20 septembre, le fondateur du parti d’opposition Nidaa Tounès (l’Appel de la Tunisie) a violemment fustigé les ambiguités et les contradictions de la coalition au pouvoir, composée des islamistes d’Ennahdha et de deux partis de centre gauche, Ettakatol et le Congrès pour la république (CPR).

« Les violences anti-américaines que la Tunisie a connues sont le résultat de la politique de tolérance envers des groupes prônant la violence », a-t-il déclaré. « Si ce gouvernement devait poursuivre cette politique, il nous conduira vers l'abîme. (…) Il a échoué et n'est plus en mesure de diriger le pays, c'en est fini de la troïka ».

Béji Caïd Essebsi faisait référence aux violentes manifestations salafistes contre l’ambassade américaine, qui ont fait quatre morts et des dizaines ont été blessés, le 14 septembre, dans le cadre des protestations contre la diffusion d’un film islamophobe réalisé aux États-unis, « Innocence of Muslims ».

Conséquences économiques

Un long-métrage présentant les musulmans et le Prophète comme des êtres violents et déviants, qui visait à discréditer le président Barak Obama en pleine campagne électorale, affirme l’ancien Premier ministre. Qui ajoute que, de son côté, Ennahda possède une idéologie parente de celle des salafistes et cherche à bouleverser le modèle social des Tunisiens, « le peuple arabe le plus ouvert sur l'Occident ».

Mais le résultat de la tolérance manifeste des autorités face aux radicaux – illustrée encore par l’impunité régnant autour du cas Abou Iyhab – a aussi des conséquences dramatiques pour l’économie tunisienne, poursuit Béji Caïd Essebsi.

« L'attaque de l'ambassade américaine à Tunis a écorné l'image de la Tunisie et aura des conséquences négatives pour le tourisme et l'investissement », a-t-il expliqué, indiquant qu'un financement de 20 milliards de dollars promis par le G8 n’avait pas été réalisé à cause de l'insécurité dans le pays.

Béji Caïd Essebsi, 85 ans, écarte enfin toute participation de son parti à un gouvernement élargi. Et affirme que le 23 octobre prochain marquerait la fin de la légitimité du gouvernement issu des élections d'octobre 2011. Celui-ci n’est en poste pour un an. En théorie.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : que sait-on de Lokmane Abou Sakhr, le cerveau de l'attentat du Bardo ?

Accusé d’avoir dirigé les attentats du Bardo à Tunis, le jihadiste algérien Lokmane Abou Sakhr a été abattu samedi 29 mars par l’armée tunisienne. Le terroriste[...]

"Notre pays est plus fort que vous !" : quand le peuple tunisien dit "non au terrorisme"

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche dans les rues de Tunis "contre le terrorisme", après l'attentat qui a touché le musée du Bardo, le 18 mars. Parmi elles, des[...]

Tunisie : grande marche "contre le terrorisme" à Tunis

Une importante foule rejointe par des dirigeants étrangers a défilé dimanche à Tunis "contre le terrorisme" en réaction à l'attentat sanglant du musée du Bardo, juste[...]

François Hollande : nous allons "marcher pour les valeurs que la Tunisie représente"

Après avoir voté pour le second tour des départementales, le président français s'est envolé dimanche matin pour Tunis, où il participera à la marche contre le terrorisme.[...]

Tunisie : neuf hommes du principal groupe jihadiste tunisien tués

Neuf hommes armés appartenant au principal groupe jihadiste tunisien, la brigade Okba Ibn Nafaa accusée par les autorités de l'attentat du musée du Bardo, ont été tués par les[...]

Tunisie : marche contre le terrorisme avec des responsables étrangers

La Tunisie organise dimanche une marche contre le terrorisme à laquelle des dizaines de milliers de personnes et des personnalités étrangères, dont le président français François[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120920164554 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120920164554 from 172.16.0.100