Extension Factory Builder
20/09/2012 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le fondateur de Nidaa Tounès, Béji Caïd Essebsi, ici le 18 juin 2009 à Tunis. Le fondateur de Nidaa Tounès, Béji Caïd Essebsi, ici le 18 juin 2009 à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

Béji Caïd Essebsi, fondateur du parti d'opposition Nidaa Tounès, considère que le gouvernement tunisien, mené par Ennahdha, entraîne le pays "vers l'abîme". Et qu'il ne sera plus légitime après le 23 octobre, un an après les élections à la Constituante.

Pour l’ancien Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi, la coupe est pleine. S’exprimant lors d’une conférence de presse à Tunis, jeudi 20 septembre, le fondateur du parti d’opposition Nidaa Tounès (l’Appel de la Tunisie) a violemment fustigé les ambiguités et les contradictions de la coalition au pouvoir, composée des islamistes d’Ennahdha et de deux partis de centre gauche, Ettakatol et le Congrès pour la république (CPR).

« Les violences anti-américaines que la Tunisie a connues sont le résultat de la politique de tolérance envers des groupes prônant la violence », a-t-il déclaré. « Si ce gouvernement devait poursuivre cette politique, il nous conduira vers l'abîme. (…) Il a échoué et n'est plus en mesure de diriger le pays, c'en est fini de la troïka ».

Béji Caïd Essebsi faisait référence aux violentes manifestations salafistes contre l’ambassade américaine, qui ont fait quatre morts et des dizaines ont été blessés, le 14 septembre, dans le cadre des protestations contre la diffusion d’un film islamophobe réalisé aux États-unis, « Innocence of Muslims ».

Conséquences économiques

Un long-métrage présentant les musulmans et le Prophète comme des êtres violents et déviants, qui visait à discréditer le président Barak Obama en pleine campagne électorale, affirme l’ancien Premier ministre. Qui ajoute que, de son côté, Ennahda possède une idéologie parente de celle des salafistes et cherche à bouleverser le modèle social des Tunisiens, « le peuple arabe le plus ouvert sur l'Occident ».

Mais le résultat de la tolérance manifeste des autorités face aux radicaux – illustrée encore par l’impunité régnant autour du cas Abou Iyhab – a aussi des conséquences dramatiques pour l’économie tunisienne, poursuit Béji Caïd Essebsi.

« L'attaque de l'ambassade américaine à Tunis a écorné l'image de la Tunisie et aura des conséquences négatives pour le tourisme et l'investissement », a-t-il expliqué, indiquant qu'un financement de 20 milliards de dollars promis par le G8 n’avait pas été réalisé à cause de l'insécurité dans le pays.

Béji Caïd Essebsi, 85 ans, écarte enfin toute participation de son parti à un gouvernement élargi. Et affirme que le 23 octobre prochain marquerait la fin de la légitimité du gouvernement issu des élections d'octobre 2011. Celui-ci n’est en poste pour un an. En théorie.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : soixante-dix candidats déclarés pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : soixante-dix candidats déclarés pour la présidentielle du 23 novembre

Soixante-dix personnes ont d'ores et déjà déposé un dossier de candidature à la présidentielle tunisienne, qui aura lieu le 23 novembre. La liste définitive des participants ne se[...]

L'AKP de Recep Tayyip Erdogan, un modèle pour Ennahdha ?

Depuis sa légalisation, en 2011, Ennahdha invoque le référentiel turc à l'envi. Comme pour lisser un peu plus son image.[...]

Vivants !

Dimanche 14 septembre, 14 h 30, aéroport de Tunis-Carthage. Massées dans le hall, des centaines de personnes attendent le retour après trois ans d'exil parisien de Mondher Zenaïdi, ancien[...]

Tunisie : le président Marzouki candidat à sa réélection

Le chef de l'État tunisien Moncef Marzouki a déposé samedi sa candidature à l'élection présidentielle du 23 novembre, un scrutin crucial pour la Tunisie près de quatre ans[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

Tunisie - Philippe Troussier : avec Sfax, "nous voulons remporter la Ligue des champions"

Dimanche à Kinshasa (RDC), Sfax se présentera avec l’étiquette de favori, lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions face à l’AS Vita Club. Philippe Troussier,[...]

La Tunisie face à la menace terroriste à l'approche des élections

Faisant état de "menaces terroristes sérieuses" à l'approche des élections législatives et présidentielle (26 octobre et 23 novembre), le Premier ministre Mehdi Jomaa[...]

Tunisie : jasmin fané...

J'ai failli manquer à mon devoir de vous emmener faire un petit tour du côté de Hammamet, comme chaque été. Puis-je me rattraper ? Voici donc la ville symbole du tourisme tunisien et[...]

Religion : le pape François reçoit le président tunisien Marzouki

Le pape François a reçu jeudi dans la matinée en audience privée au Vatican le président tunisien, Moncef Marzouki. Les deux hommes se sont engagés en faveur du dialogue interreligieux,[...]

En Tunisie, Syphax vote Blanc

La compagnie aérienne Syphax Airlines a choisi comme nouveau patron Christian Blanc, ancien PDG d'Air France de 1993 à 1997.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex