Extension Factory Builder
20/09/2012 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le fondateur de Nidaa Tounès, Béji Caïd Essebsi, ici le 18 juin 2009 à Tunis. Le fondateur de Nidaa Tounès, Béji Caïd Essebsi, ici le 18 juin 2009 à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

Béji Caïd Essebsi, fondateur du parti d'opposition Nidaa Tounès, considère que le gouvernement tunisien, mené par Ennahdha, entraîne le pays "vers l'abîme". Et qu'il ne sera plus légitime après le 23 octobre, un an après les élections à la Constituante.

Pour l’ancien Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi, la coupe est pleine. S’exprimant lors d’une conférence de presse à Tunis, jeudi 20 septembre, le fondateur du parti d’opposition Nidaa Tounès (l’Appel de la Tunisie) a violemment fustigé les ambiguités et les contradictions de la coalition au pouvoir, composée des islamistes d’Ennahdha et de deux partis de centre gauche, Ettakatol et le Congrès pour la république (CPR).

« Les violences anti-américaines que la Tunisie a connues sont le résultat de la politique de tolérance envers des groupes prônant la violence », a-t-il déclaré. « Si ce gouvernement devait poursuivre cette politique, il nous conduira vers l'abîme. (…) Il a échoué et n'est plus en mesure de diriger le pays, c'en est fini de la troïka ».

Béji Caïd Essebsi faisait référence aux violentes manifestations salafistes contre l’ambassade américaine, qui ont fait quatre morts et des dizaines ont été blessés, le 14 septembre, dans le cadre des protestations contre la diffusion d’un film islamophobe réalisé aux États-unis, « Innocence of Muslims ».

Conséquences économiques

Un long-métrage présentant les musulmans et le Prophète comme des êtres violents et déviants, qui visait à discréditer le président Barak Obama en pleine campagne électorale, affirme l’ancien Premier ministre. Qui ajoute que, de son côté, Ennahda possède une idéologie parente de celle des salafistes et cherche à bouleverser le modèle social des Tunisiens, « le peuple arabe le plus ouvert sur l'Occident ».

Mais le résultat de la tolérance manifeste des autorités face aux radicaux – illustrée encore par l’impunité régnant autour du cas Abou Iyhab – a aussi des conséquences dramatiques pour l’économie tunisienne, poursuit Béji Caïd Essebsi.

« L'attaque de l'ambassade américaine à Tunis a écorné l'image de la Tunisie et aura des conséquences négatives pour le tourisme et l'investissement », a-t-il expliqué, indiquant qu'un financement de 20 milliards de dollars promis par le G8 n’avait pas été réalisé à cause de l'insécurité dans le pays.

Béji Caïd Essebsi, 85 ans, écarte enfin toute participation de son parti à un gouvernement élargi. Et affirme que le 23 octobre prochain marquerait la fin de la légitimité du gouvernement issu des élections d'octobre 2011. Celui-ci n’est en poste pour un an. En théorie.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

La Tunisie vote pour sa première présidentielle de l'après-révolution

La Tunisie vote pour sa première présidentielle de l'après-révolution

La Tunisie organise dimanche sa première élection présidentielle pluraliste et espère franchir sans accroc cette nouvelle étape de sa transition vers la démocratie, jusqu'ici érig&e[...]

Fin de campagne présidentielle tendue en Tunisie

La campagne pour le scrutin présidentiel du dimanche 23 novembre s'est achevée en Tunisie dans un climat délétère. Pourtant, selon la Constitution, les prérogatives du chef de[...]

Tunisie : Ben Ali, Leïla et le 14 janvier

Depuis son exil en Arabie saoudite, le président tunisien déchu Zine el-Abidine Ben Ali finalise la rédaction de ses Mémoires. Sa version de la journée du 14 janvier 2011 est attendue avec[...]

Tunisie : Abdelfattah Mourou au Perchoir ?

Pendant que la Tunisie se focalise sur le premier tour de l'élection présidentielle du 23 novembre et que l'ultime séance de l'Assemblée nationale constituante (ANC) mettra un terme le[...]

Tunisie : Slim Chiboub, le gendre de Ben Ali, placé sous mandat de dépôt et écroué

Slim Chiboub, le gendre du président tunisien déchu Zine el-Abidine Ben Ali, est arrivé en Tunisie mardi matin pour s'expliquer devant la justice de son pays. Il a finalement été[...]

Tunisie - Larbi Chouikha : "Nida Tounes n'a pas gagné"

Au-delà des résultats du scrutin, ce politologue, membre de la Ligue tunisienne des droits de l'homme, se projette dans l'après-présidentielle et esquisse les différents scénarios[...]

Tunisie : un scrutin historique !

Remportées par les modernistes de Nida Tounes, les élections législatives du 26 octobre auront scellé la seconde alternance politique en trois ans. Et confirmé l'enracinement de la[...]

CAN 2015 : la Tunisie qualifiée, la Côte d'Ivoire se relance

La Tunisie, en faisant match nul contre le Botswana (0-0) à Gaborone, s'est qualifiée vendredi pour la CAN-2015, rejoignant ainsi l'Algérie et le Cap-Vert qui avaient obtenu leurs billets le mois dernier.[...]

Mehdi Jomâa : "La confiance a été restaurée" en Tunisie

Pour le Premier ministre sortant, le bon déroulement des élections prouve que le pays est dans une dynamique positive.[...]

Tunisie : au milieu du gué...

Parlons cette semaine de la Tunisie. C'est mon pays ; je crois savoir ce qui s'y passe, où il en est et dans quelle direction il va. Je me dois donc de partager mon sentiment avec l'ensemble de mes lecteurs, [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers