Extension Factory Builder
20/09/2012 à 12:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Claude Le Roy : 'Un entraîneur est aussi un éducateur.' Claude Le Roy : "Un entraîneur est aussi un éducateur." © DR

Fin connaisseur du continent et des joueurs africains, le sélectionneur de la RDC, Claude Le Roy, en est convaincu : l’intégration au club est déterminante pour la carrière du joueur. Mais aussi pour éviter que ce dernier ne fasse davantage parler de lui à travers ses frasques que grâce à ses actions sur le terrain. Interview.

Jeune Afrique : Comment expliquez-vous les frasques de certains joueurs africains ou d’origine africaine ?

Claude Le Roy : D’abord, ces cas sont de plus en plus rares, car les joueurs sont de plus en plus vigilants. Bien sûr – et cela ne concerne pas uniquement les Africains –, ils ont tendance à s’acheter de grosses voitures, des montres hors de prix… Mais ils sont plus prudents qu’avant, parce qu’ils savent que le football est un vecteur de réussite sociale après la carrière. C’est la même chose pour les joueurs européens de milieu très modeste. Ils ont en tête les exemples de ceux qui se sont retrouvés sans rien après avoir quitté les terrains. Autre aspect, ils se savent observés par leur famille.

L’accueil du club peut-il dicter la suite de la carrière ?

Oui. Mais parfois, les clubs veulent trop bien faire. Je me souviens du Camerounais Emile Mbouh. Au Havre, il avait été installé dans un très bel appartement. Il aurait été préférable de le loger au centre de formation. Il se serait senti plus entouré. Au lieu de cela, Mbouh s’est mis à déprimer. Ce n’est pas facile pour un Africain d’arriver en Europe. Il se retrouve souvent seul, face à une autre culture, parfois une autre langue, un climat différent, des habitudes alimentaires nouvelles. Sans parler des règles imposées aux professionnels en Europe, qui ne sont pas les mêmes que chez lui.

Mario Balotelli doit faire attention à ne pas gâcher sa carrière à cause de ses frasques. Il est arrivé à un âge, 22 ans, où il doit faire très attention…

Cela peut donc conduire à des échecs et à des dérapages ?

Bien sûr ! Si un joueur se sent mal, il va déprimer seul dans son coin, se couper du groupe ou multiplier les « conneries ». C’est pour cela qu’un entraîneur, qui est aussi un éducateur, ne peut pas tenir un discours uniforme. Prenez quelqu’un comme El Hadji Diouf. Il faut lui parler, tout lui expliquer, le responsabiliser, mais se montrer intransigeant. Et il peut vous emmener très loin. Idem avec Trésor Mputu [TP Mazembe de Lubumbashi, NDLR]. On m’avait dit qu’il était ingérable, or cela se passe très bien ! J’en ai fait mon capitaine en sélection, pour lui montrer qu’il est important… Mais il doit respecter les règles collectives. C’est une condition non négociable !

Que pensez-vous du cas Mario Balotelli ?

Quand j’étais sélectionneur du Ghana, j’avais tenté de le convaincre de jouer pour son pays. Mais pour lui, il en était hors de question. Il a été abandonné très jeune, puis adopté… Il n’a pas eu une enfance facile, et je crois que cela explique en partie son comportement. Balotelli a un talent immense. Cesare Prandelli, le sélectionneur de l’Italie, semble savoir le gérer. Mais ce joueur doit faire attention à ne pas gâcher sa carrière à cause de ses frasques. Il est arrivé à un âge, 22 ans, où il doit faire très attention…

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Lire aussi, dans Jeune Afrique N° 2697, en kiosques du 16 au 22 septembre : "Foot, fric et frasques"

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin d'[...]

RDC : le camp militaire Tshatshi attaqué, Kinshasa appelle au calme

Des tirs ont été entendus mardi après-midi au camp militaire Colonel Tshatshi dans la ville de Kinshasa. Selon nos informations, il s'agirait d'une attaque à la machette d'un groupe de personnes qui[...]

RDC : Tshisekedi toujours "pas actif"

L'opposant historique Étienne Tshisekedi, leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), était toujours hospitalisé mi-juillet. Les détails sur son état de[...]

RDC : Cour constitutionnelle, mode d'emploi

Le président Kabila a nommé, le 7 juillet dernier, les neuf membres de la Cour constitutionnelle de RDC. Juge pénal du président de la République et du Premier ministre, cette juridiction est[...]

Festival d'Avignon : tous en choeur avec Serge Kakudji

Le contre-ténor congolais a fait l'unanimité au Festival d'Avignon. Il y présentait une oeuvre à la croisée du baroque et des sonorités africaines.[...]

RDC : une coalition de l'opposition veut voir Kabila à la CPI

La coalition des forces politiques et sociales de l’opposition a lancé mercredi une pétition pour que le président congolais, Joseph Kabila, soit traduit devant la CPI pour crimes contre[...]

RDC 

"Esclavage sexuel" et "travail forcé" en RDC, MSF tire la sonnette d'alarme

MSF a dénoncé mercredi les violences que les milices armées des régions minières de l'est de la République démocratique du Congo infligent aux civils. Selon l'ONG, les exploitants[...]

RDC - Me Kapiamba : "Le clientélisme a totalement détruit la justice congolaise"

Après le scandale autour de la mort d'une petite fille d'un an et demi en détention à Kinshasa, le président de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ), Georges Kapiamba,[...]

RDC : le désarmement des FDLR expliqué à ceux qui ont raté le début

Les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) ont commencé fin mai à se rendre. Une reddition jusqu'ici timide mais suffisante pour obtenir la suspension des[...]

RDC : Lubumbashi en proie à de vives tensions pour l'anniversaire de la sécession katangaise

La ville de Lubumbashi est sous tension vendredi pour l'anniversaire de la sécession katangaise. Des forces de sécurité ont été déployées en prévention d'une attaque des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers