Extension Factory Builder
19/09/2012 à 18:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, le 18 septembre 2012 à Paris. Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, le 18 septembre 2012 à Paris. © Bertrand Langlois/AFP

Blaise Compaoré n'est décidément pas sur la même longueur d'onde que les autorités maliennes, qui refusent de voir le moindre soldat étranger à Bamako. Du coup, le président burkinabè et médiateur de la Cedeao dans la crise malienne juge qu'une intervention de l'organisation ouest-africaine pour libérer le Nord-Mali n'est pas possible.

Interrogé par la chaîne France 24 lors de son séjour à Paris, mercredi 19 septembre, le président burkinabè Blaise Compaoré estime que les conditions posées par le Mali pour une intervention militaire de la Cedeao ne sont pas réalistes. « Les conditions qui accompagnent cette requête [de Bamako, NDLR] font qu'il est impossible pour la Cedeao aujourd'hui d'être de façon efficace sur le terrain », a-t-il déclaré.

Le président malien par intérim, Dioncounda Traoré a demandé officiellement l’intervention de l’organisation ouest-africaine, le 4 septembre, mais en excluant formellement l’envoi de troupes « combattantes ».

« Bamako souhaite avoir des troupes de la Cedeao mais ne souhaite pas les avoir dans le sud du pays, par exemple à Bamako, ce qui est impossible », a réagi Blaise Compaoré, au lendemain d’un entretien avec son homologue français François Hollande.

Manque de clarté

Pour justifier sa position, celui qui est aussi médiateur de la Cedeao dans la crise malienne met en avant « la nécessité pour une éventuelle force d'intervention de disposer d'un aéroport, d'une antenne médicale, de transmissions mais aussi d'un dispositif qui permette d'éviter que les mouvements armés puissent par des infiltrations déstabiliser Bamako ».

Et de fustiger le manque de clarté de la part de son allié malien. « On peut regretter que malgré l'engagement et la détermination de la communauté internationale et l'entière disponibilité de la Cedeao, le processus de sortie de crise au Mali manque de souffle. Il manque un leader actuellement dans ce processus du côté du Mali », a ajouté Compaoré.

Cavalier solitaire

Dans son viseur, la difficile entente entre les politiques et les leaders du putsch du 22 avril à Bamako, dont le capitaine Amadou Haya Sanogo, qui contrôlent l’armée et veulent garder la main sur le processus de reconquête du Nord. Et engranger la popularité qui lui serait lié… Ainsi, dans leur reqête, les autorités maliennes ont invité les troupes ouest-africaines à ne leur apporter qu’un soutien logistique et aérien, ainsi qu'une participation au maintien de l'ordre, une fois les villes du Nord reconquises.

De Bamako, Compaoré est vu comme un cavalier solitaire, qui mène de manière unilatérale sa médiation avec certains groupes armés, notamment les Touaregs indépendantistes du MNLA et les islamistes d'Ansar Dine. « Il y a des Maliens qui demandent l'indépendance, il y a des Maliens qui veulent la charia. Comme ailleurs, on discute d'abord pour voir si on peut les intégrer dans la République, si on peut limiter ces revendications extrêmes, parfois extrémistes », a expliqué le président burkinabè. Qui prône toutefois une attitude de fermeté immédiate envers les autres groupes armés comme Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao).

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Abdoulaye Diop : 'La paix pour le Mali passe par l'accord d'Alger'

Abdoulaye Diop : "La paix pour le Mali passe par l'accord d'Alger"

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, revient sur le préaccord d'Alger que la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) refuse toujours de s[...]

Mali : quand les mausolées des saints de Tombouctou ressuscitent

Trois ans après la destruction des mausolées de Tombouctou, classés au patrimoine mondial de l'Unesco, la "Ville aux 333 saints" a entamé leur reconstruction. Et renoué avec une[...]

Mali : remue-ménage onusien autour du préaccord de paix

À l'issue de sa réunion consacrée au Mali, le 9 avril, le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé les groupes rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA)[...]

Deux morts dans une attaque contre un convoi de l'ONU dans le nord du Mali

Deux personnes ont été tuées par balles près de Gao, au nord du Mali, dans une attaque contre un convoi de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) vendredi soir, trois jours après un[...]

Sahel : l'armée française multiplie les opérations contre les jihadistes

Les militaires français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane multiplient ces dernières semaines les frappes contre des bases jihadistes entre le Niger et le Mali. [...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Attaque suicide dans le nord du Mali : trois civils tués et des blessés dont neuf Casques bleus

Trois civils ont été tués et plus d'une dizaine de personnes ont été blessées dont neuf Casques bleus, dans une attaque-suicide dans le Nord, à Ansango.[...]

Crise au Mali : nouvelle réunion à Alger, la médiation internationale dans l'impasse

Menée par l'Algérie, la médiation internationale sur la crise dans le nord du Mali pensait avoir trouvé un accord de paix. Mais si celui-ci a été paraphé par Bamako depuis le 1er[...]

Mali : la France annule pour 64,8 millions d'euros de dette

Le ministre français des Finances Michel Sapin a informé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta l'annulation de 43 milliards de francs CFA, soit 64,8 millions d'euros, de la dette du Mali, ont[...]

Faut-il avoir peur du retour de la grippe aviaire en Afrique de l'Ouest ?

L'Afrique de l'Ouest est sur un pied d'alerte depuis que le Burkina Faso a déclaré début avril une épidémie de grippe aviaire sur son territoire. Le virus H5N1, hautement pathogène,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120919182548 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120919182548 from 172.16.0.100