Extension Factory Builder
19/09/2012 à 15:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Charb, directeur de Charlie Hebdo, avec un exemplaire du journal, le 19 septembre 2012. Charb, directeur de Charlie Hebdo, avec un exemplaire du journal, le 19 septembre 2012. © Fred Dufour/AFP

Charlie Hebdo n’en est plus à son coup d’essai. Pour la seconde fois, l’hebdomadaire satirique français publie une série de caricatures du prophète Mohammed. Les réactions, parfois gênées, souvent indignées, ne se sont pas fait attendre. Alors, "Charlie Hebdo", cynique stratége de la vente ou défenseur courageux de la défense de la liberté d’expression ? Exprimez-vous dans les commentaires.

Ce n’est pas une surprise. L'annonce de la publication par Charlie Hebdo (couverture "Intouchables 2" disponible ici) de nouvelles caricatures du prophète Mahomet, a fait mouche. Et on peut supposer, après l’épisode de « Charia Hedbo » en 2011, que l’hebdomadaire satirique français n’en attendait pas moins. Alors que la publication sur Youtube d'un extrait du film américain anti-islam « Innocence of Muslims » a provoqué une vague de violence dans le monde arabe et la mort de l'ambassadeur américain à Benghazi, on peut s'interroger sur les raisons qui ont motivé un tel choix éditorial.

Charlie Hebdo, rempart contre « une poignée d’extrémistes qui s’agitent » ?

Comme l’an dernier, à la suite de la publication de la première série de caricatures, le directeur de publication de Charlie Hebdo, Charb, s’est posé en défenseur de la liberté d’expression. « Si on commence à se poser la question de savoir si on a le droit de dessiner ou pas Mahomet, si c'est dangereux ou pas de le faire, la question d'après, ça va être "est-ce qu'on peut représenter des musulmans dans le journal ?", puis la question d'après, ça va être "est-ce qu'on peut représenter des êtres humains dans le journal ?" », a tenté d’expliquer à la presse le dessinateur.

Toujours sous protection judiciaire, depuis l’attentat qui a touché sa rédaction suite à la publication de « Charia Hebdo », il conclut : « Et à la fin, on ne représentera plus rien, et la poignée d'extrémistes qui s'agitent dans le monde et en France aura gagné. »

Charlie Hebdo, l’irresponsable ?

Débattez également sur Facebook

Vous pouvez également donner votre avis sur ce débat sur notre page Facebook.

Reste que, dans le contexte actuel, la publication fait, au mieux grincer des dents. Notamment au niveau du gouvernement français. Le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, a déclaré sur France Info, « avoir envoyé des instructions pour que, dans tous les pays où cela peut poser des problèmes, on prenne des précautions de sécurité particulières ». Résultat, vendredi 21 septembre, jour de prière, les ambassades, consulats et écoles françaises resteront fermés, dans une vingtaine de pays*.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a quant à lui annoncé le renforcement de la sécurité autour des locaux de l'hebdomadaire tandis que le chef du gouvernement, Jean-Marc Ayrault, a désapprouvé « tout excès dans le contexte actuel » et appelé à « l'esprit de responsabilité de chacun ». Le premier Ministre souligne également l'existence en France du « principe de laïcité qui est, avec les valeurs de tolérance et de respect des convictions religieuses, au cœur de [son] pacte républicain ».

Ce journal sait que quand on tape sur l'islam, on vend du papier.

Pascal Boniface, Directeur de l'IRIS

De la culture libertaire à la culture pub ?

Reste la thèse la plus répandue, notamment sur Internet : le coup de publicité. Dans le contexte actuel, Charlie Hebdo flirte avec une pure provocation, qui peut s’avérer dangereuse. Pascal Boniface, directeur de l’Institut de Recherches Internationales et Stratégiques (IRIS) écrit ainsi, sur un blog du Nouvel Observateur : « Il joue à la fois sur la peur des Français non musulmans et sur celle des musulmans, qui craignent la stigmatisation et la prise à partie. » Et d’ajouter : « Ce journal sait que quand on tape sur l'islam, on vend du papier. »

Lors de la première publication, en 2011, des caricatures du Prophète, l’hebdomadaire avait en effet épuisé 160 000 exemplaires en quelques jours, avant d’en réimprimer 480 000. La meilleure vente de leur histoire. Depuis, Charlie tourne autour de 60 à 70 000 exemplaires vendus chaque semaine. Loin d’un lustre symbolisé par la couverture de 1969, au sujet de la mort du Général de Gaulle.

Faute de dernier ilot libertaire résistants aux vagues intégristes, Charlie n’est-il donc plus qu’un journal satirique au passé glorieux et au présent difficile ? Le débat est ouvert. Pascal Boniface a, lui, déjà tranché : « Il est très différent de se moquer de la mort de De Gaulle dans une France gaulliste, où l'opposition était faible et la liberté de la presse pas aussi conséquente qu'aujourd'hui, et se moquer de nos jours  des musulmans, qui ne sont pas en position de pouvoir en France, n'ont pas d'appuis dans la presse, sont montrés du doigt et connaissent des difficultés d'intégration. Autrement dit, ce n'est pas la même chose de taper sur le fort ou sur le faible. Le premier cas de figure relève du courage, pas le second.»

*Afghanistan, Bahreïn, Bangladesh, Comores, Egypte, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Kenya, Libye, Liban, Malaisie, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Pakistan, Soudan, Tchad, Tunisie, Yémen.

Par Mathieu Olivier (@MathieuOlivier)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces