Extension Factory Builder
19/09/2012 à 15:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Charb, directeur de Charlie Hebdo, avec un exemplaire du journal, le 19 septembre 2012. Charb, directeur de Charlie Hebdo, avec un exemplaire du journal, le 19 septembre 2012. © Fred Dufour/AFP

Charlie Hebdo n’en est plus à son coup d’essai. Pour la seconde fois, l’hebdomadaire satirique français publie une série de caricatures du prophète Mohammed. Les réactions, parfois gênées, souvent indignées, ne se sont pas fait attendre. Alors, "Charlie Hebdo", cynique stratége de la vente ou défenseur courageux de la défense de la liberté d’expression ? Exprimez-vous dans les commentaires.

Ce n’est pas une surprise. L'annonce de la publication par Charlie Hebdo (couverture "Intouchables 2" disponible ici) de nouvelles caricatures du prophète Mahomet, a fait mouche. Et on peut supposer, après l’épisode de « Charia Hedbo » en 2011, que l’hebdomadaire satirique français n’en attendait pas moins. Alors que la publication sur Youtube d'un extrait du film américain anti-islam « Innocence of Muslims » a provoqué une vague de violence dans le monde arabe et la mort de l'ambassadeur américain à Benghazi, on peut s'interroger sur les raisons qui ont motivé un tel choix éditorial.

Charlie Hebdo, rempart contre « une poignée d’extrémistes qui s’agitent » ?

Comme l’an dernier, à la suite de la publication de la première série de caricatures, le directeur de publication de Charlie Hebdo, Charb, s’est posé en défenseur de la liberté d’expression. « Si on commence à se poser la question de savoir si on a le droit de dessiner ou pas Mahomet, si c'est dangereux ou pas de le faire, la question d'après, ça va être "est-ce qu'on peut représenter des musulmans dans le journal ?", puis la question d'après, ça va être "est-ce qu'on peut représenter des êtres humains dans le journal ?" », a tenté d’expliquer à la presse le dessinateur.

Toujours sous protection judiciaire, depuis l’attentat qui a touché sa rédaction suite à la publication de « Charia Hebdo », il conclut : « Et à la fin, on ne représentera plus rien, et la poignée d'extrémistes qui s'agitent dans le monde et en France aura gagné. »

Charlie Hebdo, l’irresponsable ?

Débattez également sur Facebook

Vous pouvez également donner votre avis sur ce débat sur notre page Facebook.

Reste que, dans le contexte actuel, la publication fait, au mieux grincer des dents. Notamment au niveau du gouvernement français. Le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, a déclaré sur France Info, « avoir envoyé des instructions pour que, dans tous les pays où cela peut poser des problèmes, on prenne des précautions de sécurité particulières ». Résultat, vendredi 21 septembre, jour de prière, les ambassades, consulats et écoles françaises resteront fermés, dans une vingtaine de pays*.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a quant à lui annoncé le renforcement de la sécurité autour des locaux de l'hebdomadaire tandis que le chef du gouvernement, Jean-Marc Ayrault, a désapprouvé « tout excès dans le contexte actuel » et appelé à « l'esprit de responsabilité de chacun ». Le premier Ministre souligne également l'existence en France du « principe de laïcité qui est, avec les valeurs de tolérance et de respect des convictions religieuses, au cœur de [son] pacte républicain ».

Ce journal sait que quand on tape sur l'islam, on vend du papier.

Pascal Boniface, Directeur de l'IRIS

De la culture libertaire à la culture pub ?

Reste la thèse la plus répandue, notamment sur Internet : le coup de publicité. Dans le contexte actuel, Charlie Hebdo flirte avec une pure provocation, qui peut s’avérer dangereuse. Pascal Boniface, directeur de l’Institut de Recherches Internationales et Stratégiques (IRIS) écrit ainsi, sur un blog du Nouvel Observateur : « Il joue à la fois sur la peur des Français non musulmans et sur celle des musulmans, qui craignent la stigmatisation et la prise à partie. » Et d’ajouter : « Ce journal sait que quand on tape sur l'islam, on vend du papier. »

Lors de la première publication, en 2011, des caricatures du Prophète, l’hebdomadaire avait en effet épuisé 160 000 exemplaires en quelques jours, avant d’en réimprimer 480 000. La meilleure vente de leur histoire. Depuis, Charlie tourne autour de 60 à 70 000 exemplaires vendus chaque semaine. Loin d’un lustre symbolisé par la couverture de 1969, au sujet de la mort du Général de Gaulle.

Faute de dernier ilot libertaire résistants aux vagues intégristes, Charlie n’est-il donc plus qu’un journal satirique au passé glorieux et au présent difficile ? Le débat est ouvert. Pascal Boniface a, lui, déjà tranché : « Il est très différent de se moquer de la mort de De Gaulle dans une France gaulliste, où l'opposition était faible et la liberté de la presse pas aussi conséquente qu'aujourd'hui, et se moquer de nos jours  des musulmans, qui ne sont pas en position de pouvoir en France, n'ont pas d'appuis dans la presse, sont montrés du doigt et connaissent des difficultés d'intégration. Autrement dit, ce n'est pas la même chose de taper sur le fort ou sur le faible. Le premier cas de figure relève du courage, pas le second.»

*Afghanistan, Bahreïn, Bangladesh, Comores, Egypte, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Kenya, Libye, Liban, Malaisie, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Pakistan, Soudan, Tchad, Tunisie, Yémen.

Par Mathieu Olivier (@MathieuOlivier)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Génocide des Tutsis au Rwanda : déjà condamné en Allemagne, Rwabukombe sera rejugé

L'ancien maire rwandais Onesphore Rwabukombe, condamné l'an passé pour "complicité" dans le génocide des Tutsis en 1994, encourt désormais la perpétuité. Il est[...]

Union européenne : Brexit* or not Brexit ?

Après son succès aux législatives du 7 mai, David Cameron va devoir organiser l'an prochain un référendum sur l'éventuel retrait de son pays de l'Union européenne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers