Extension Factory Builder
19/09/2012 à 09:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Badou Zaki a déjà été à la tête des Lions de l'Atlas, entre 2002 et 2006. Badou Zaki a déjà été à la tête des Lions de l'Atlas, entre 2002 et 2006. © DR

Eric Gerets remercié, les Lions de l’Atlas se cherchent un nouveau sélectionneur, qui sera probablement marocain. Badou Zaki est pour l’instant favori, même si la Fédération marocaine de Football (FMF) reste très discrète sur le sujet.

Depuis la résiliation du contrat de l’entraîneur belge Éric Gerets, samedi dernier, les Marocains cherchent à savoir qui s’installera sur le banc des Lions de l’Atlas pour tenter de les qualifier pour la phase finale de la CAN 2012 le 13 ou le 14 octobre, après l’échec au Mozambique le 8 septembre dernier (0-2).

Ce ne sera pas Dominique Cuperly, l’adjoint français de Gerets, dont le nom revenait avec insistance la semaine dernière. Cuperly a lui aussi été remercié, et la FMF privilégie donc la piste locale. Badou Zaki serait le mieux placé, malgré des relations souvent compliquées avec la maison mère. À 53 ans, l’ancien gardien de but des Lions, qu’il a ensuite dirigés de 2002 à 2006, incarne aux yeux de la majorité de l’opinion publique la solution idéale pour redresser une situation compromise. Celui qui a conduit le Maroc en finale de la CAN 2004 contre la Tunisie (1-2), il y a encore quelques jours proche d’Al-Ahly Benghazi (Libye), passe désormais l’essentiel de son temps à se déclarer « disponible » pour redevenir sélectionneur national. « Ceux qui réclament sa venue sont les mêmes que ceux qui avaient demandé sa démission », ironise, sous couvert d’anonymat, un ancien international marocain qui a joué sous les ordres de Zaki.

"Question discipline, il est très fort"

« Revenir diriger une sélection, ce n’est jamais simple. Zaki a eu la chance de disposer d’une très belle génération entre 2002 et 2006, mais je ne suis pas persuadé qu’il soit l’homme idéal. Il était là au bon endroit et au bon moment. Je sais qu’il ne faisait pas l’unanimité au sein du groupe. Question discipline, il est très fort. Mais suivez son parcours depuis 2006, et vous verrez que partout où il est passé (Kawkab Marrakech, WAC Casablanca), il n’a pas obtenu de résultats. »

La probable nomination de Zaki – dont le salaire mensuel n’aura évidemment rien de comparable avec celui que percevait Gerets (250 000 euros) – semble enterrer la piste menant à Mohamed Fakhir, sélectionneur en 2006-2007, et plusieurs fois évoquée ces derniers jours.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Maroc : les régularisations à l'heure du bilan

Un premier bilan de l'opération de régularisation des migrants clandestins au Maroc a été présenté par le CNDH à Rabat, le 7 février.[...]

Maroc, Tunisie : le bras de fer avec la CAF ne fait que commencer

Durement sanctionné après son refus d'organiser la CAN Orange 2015, le Maroc n'a pas l'intention de se laisser faire. Tout comme la Tunisie, elle aussi visée.[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120919092203 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120919092203 from 172.16.0.100