Extension Factory Builder
19/09/2012 à 09:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Badou Zaki a déjà été à la tête des Lions de l'Atlas, entre 2002 et 2006. Badou Zaki a déjà été à la tête des Lions de l'Atlas, entre 2002 et 2006. © DR

Eric Gerets remercié, les Lions de l’Atlas se cherchent un nouveau sélectionneur, qui sera probablement marocain. Badou Zaki est pour l’instant favori, même si la Fédération marocaine de Football (FMF) reste très discrète sur le sujet.

Depuis la résiliation du contrat de l’entraîneur belge Éric Gerets, samedi dernier, les Marocains cherchent à savoir qui s’installera sur le banc des Lions de l’Atlas pour tenter de les qualifier pour la phase finale de la CAN 2012 le 13 ou le 14 octobre, après l’échec au Mozambique le 8 septembre dernier (0-2).

Ce ne sera pas Dominique Cuperly, l’adjoint français de Gerets, dont le nom revenait avec insistance la semaine dernière. Cuperly a lui aussi été remercié, et la FMF privilégie donc la piste locale. Badou Zaki serait le mieux placé, malgré des relations souvent compliquées avec la maison mère. À 53 ans, l’ancien gardien de but des Lions, qu’il a ensuite dirigés de 2002 à 2006, incarne aux yeux de la majorité de l’opinion publique la solution idéale pour redresser une situation compromise. Celui qui a conduit le Maroc en finale de la CAN 2004 contre la Tunisie (1-2), il y a encore quelques jours proche d’Al-Ahly Benghazi (Libye), passe désormais l’essentiel de son temps à se déclarer « disponible » pour redevenir sélectionneur national. « Ceux qui réclament sa venue sont les mêmes que ceux qui avaient demandé sa démission », ironise, sous couvert d’anonymat, un ancien international marocain qui a joué sous les ordres de Zaki.

"Question discipline, il est très fort"

« Revenir diriger une sélection, ce n’est jamais simple. Zaki a eu la chance de disposer d’une très belle génération entre 2002 et 2006, mais je ne suis pas persuadé qu’il soit l’homme idéal. Il était là au bon endroit et au bon moment. Je sais qu’il ne faisait pas l’unanimité au sein du groupe. Question discipline, il est très fort. Mais suivez son parcours depuis 2006, et vous verrez que partout où il est passé (Kawkab Marrakech, WAC Casablanca), il n’a pas obtenu de résultats. »

La probable nomination de Zaki – dont le salaire mensuel n’aura évidemment rien de comparable avec celui que percevait Gerets (250 000 euros) – semble enterrer la piste menant à Mohamed Fakhir, sélectionneur en 2006-2007, et plusieurs fois évoquée ces derniers jours.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

France : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité d'un jihadiste franco-marocain

France : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité d'un jihadiste franco-marocain

Le Conseil constitutionnel a validé vendredi la déchéance de la nationalité française d'un jihadiste franco-marocain condamné pour terrorisme. Une décision qui était tr&egr[...]

France-Maroc : Salaheddine Mezouar reporte sa visite à Paris

Prévue vendredi prochain, la visite en France du ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, censée débloquer la crise diplomatique entre Paris et Rabat, a été[...]

Six ans de prison requis en France à l'encontre d'un "cyberjihadiste" marocain

Devant le tribunal correctionnel de Paris, le procureur a requis mardi six ans de prison et une interdiction définitive du territoire français à l'encontre de Fahd Jobrani, un "cyberjihadiste"[...]

Pour Carlos Ghosn, le "Nigeria est le Brésil de demain"

Pour Carlos Ghosn, le décollage du marché automobile nigérian n'est qu'une question de temps. Et l'alliance Renault-Nissan dont il est le patron se positionne déjà pour être[...]

Mezouar à Paris : réconciliation en vue entre le Maroc et la France ?

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, sera à Paris vendredi 23 janvier. Objectif : "Surmonter définitivement et durablement les obstacles qui entravent la[...]

Le Maroc répond à l'appel du large

Le littoral marocain, c'est 3 500 km de côtes cernées par le désert et les montagnes. Un espace stratégique pour le royaume, qui, en développant la pêche et le commerce[...]

Laurent Fabius ira à Rabat pour tenter de résoudre la crise diplomatique franco-marocaine

Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a déclaré jeudi qu'il se rendrait "prochainement" à Rabat. Objectif : tenter d'apaiser les relations[...]

Sahara occidental : les offensives diplomatiques du Polisario

Près de quarante ans après la Marche verte, les partisans de la RASD se replient sur le terrain militant en jouant à fond la carte des droits de l'homme. Mais le Maroc n'entend pas se laisser faire.[...]

Maroc : Touria El Glaoui, fondatrice de la foire 1:54

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Maroc : Ghislane Guedira, la finance et les phosphates

Cette femme discrète est "une workaholic, passionnée d'ingénierie financière", disent ses collègues. Diplômée de l'ESCP Europe en 1992, Ghislane Guedira a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120919092203 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120919092203 from 172.16.0.100