Extension Factory Builder
19/09/2012 à 08:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président guinéen Alpha Condé, le 23 mars 2011 à l'Elysée, à Paris. Le président guinéen Alpha Condé, le 23 mars 2011 à l'Elysée, à Paris. © Johanna Pyneeandee

En marge du forum économique guinéen, organisé les 14 et 15 septembre 2012 à Conakry, le "professeur" Alpha Condé a reçu trois journalistes (du Guardian, de RFI et de Jeune Afrique) à Sékoutoureya, le palais présidentiel. Tensions avec l’opposition sur l’organisation des législatives, difficultés à répondre rapidement aux attentes des Guinéens, situation économique... Le président guinéen a répondu à nos questions, 18 mois après son accès au pouvoir. Interview.

Jeune Afrique : le basculement de la Guinée vers la démocratie et la stabilité est-il irréversible ?

Alpha Condé : Nous l’espérons. Notre pays a connu 50 années de dictatures, il était temps que cela finisse. Maintenant, pour consolider l’édifice, il faut un véritable changement des mentalités. Il ne peut être que progressif. Je compte beaucoup sur la jeunesse, qui ne prendra pas les mêmes mauvaises habitudes que ses aînés, pour sortir le pays des difficultés. De nouveaux cadres doivent faire émerger la Guinée.

Comment réussir ce changement des mentalités – qui va prendre nécessairement du temps – et répondre aux attentes les plus pressantes ?

Chez nous on dit « ventre qui a faim n’a pas d’oreille ». Quand j’ai été élu, en décembre 2010, la population était à 70% analphabète. Il faut de la pédagogie pour gérer les attentes des Guinéens. Il leur est difficile de comprendre qu’il faut d’abord des changements macro-économiques - comme l’allègement de la dette publique - avant qu’ils en ressentent les impacts concrets. Une partie de mon travail consiste à gérer ces attentes du mieux possible.

J’ai eu le temps de réfléchir, en exil et en prison, avant d’être président. Cela fait moins de deux années que je suis là, pas 30 ans ! Je n’ai aucune velléité de m’accrocher au pouvoir. Je suis persuadé qu’on peut gouverner l’Afrique autrement…

L’histoire a montré que certains leaders africains, arrivés au pouvoir après une lutte difficile et un soutien populaire, adoptaient ensuite des pratiques antidémocratiques… Comment pouvez-vous nous garantir que ce n’est pas votre cas ?

Je ne suis pas un jeune homme. J’ai lutté pendant 50 ans avant d’être élu président. J’ai eu le temps de réfléchir, en exil et en prison, avant d’être président. Cela fait moins de deux années que je suis là, pas 30 ans ! Je n’ai aucune velléité de m’accrocher au pouvoir. Je suis persuadé qu’on peut gouverner l’Afrique autrement…

On vous accuse de marginaliser l’opposition…

Je ne marginalise personne ! Les manifestations pacifiques sont autorisées, mais je ne peux pas accepter le vandalisme et la violence. Mon élection a consacré un changement de régime. Les leaders de l’opposition étaient au pouvoir auparavant, ils représentent le passé [les principaux opposants, Celou Dalein Diallo, Lansana Kouyaté et Sydia Touré, sont tous trois anciens Premiers ministres de l’ancien président Lansana Conté, NDLR]. Je n’ai pas été élu pour gouverner avec eux.

Il y a eu, l’année dernière, une tentative d’assassinat à votre encontre. Un rapport de Human Rights Watch suggère que les brutalités militaires ont toujours cours. Y a-t-il un risque de retour à la violence, notamment de l’armée ?

On est loin des brutalités du passé. L’armée est casernée. Aucun militaire ne sort plus avec son arme dans les rues de Conakry. C’est la gendarmerie – et non l’armée – qui assure la sécurité. Et elle est, dans sa majorité, dépourvue d’armes à feu ! Je connais les rumeurs qui courent à l’étranger. Il est facile de critiquer quand on est loin... Que les ONG viennent voir sur le terrain comment se déroulent les manifestations de l’opposition, où certains éléments sont armés. Face à eux, ils ont des gendarmes démunis. Ils sont comme David contre Goliath ! Nous n’avons pas le temps à perdre à communiquer sur la question. Mais je n’ai pas d’inquiétude : je sais que la vérité finira par triompher.

Où en est l’organisation des élections législatives, constamment reportées depuis 2011 ?

J’ai fait tout ce que j’ai pu pour que les élections se tiennent d’ici la fin de l’année 2012. Nous avons accepté toutes les revendications de l’opposition, intégrées dans un projet de loi déposé au Conseil national de la transition [CNT, qui l’a voté le 17 septembre, NDLR]. L’ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a démissionné [le syndicaliste Louncény Camara, accusé de proximité avec le pouvoir, NDLR]. L’opposition aura la moitié des membres de la Ceni. Les marches de protestations pacifiques sont autorisées. Je ne vois plus d’obstacle à ces élections. Nous attendons maintenant que la Francophonie fasse les transferts des données alphanumériques et biométriques, et qu’elle nous propose une date.

L’ancien Premier ministre britannique Tony Blair intervient en Guinée via sa fondation Africa Governance Initiative. Joue-t-il un rôle important ?

La Guinée est le premier pays francophone dans laquelle l’ONG de Tony Blair intervient. Comme au Rwanda et au Liberia, Tony Blair nous a envoyé des jeunes gens compétents pour renforcer les capacités de nos cadres pour une meilleure gouvernance. Ils nous aident à ce qu’il n’y ait pas de décalage entre la vision des leaders du pays et la mise en pratique des réformes.

Pour attirer et garder nos investisseurs, il nous faut lutter contre l’insécurité et la corruption. Nous avons déjà lancé dans la réforme de l’armée. Nous préparons maintenant le chantier de la réforme de la justice, crucial pour tous.

L‘économie guinéenne est encore bien fragile et peu structurée. Quelles sont les réformes urgentes en ce domaine ?

Nous avons fait des progrès importants au niveau de notre politique monétaire et dans la rigueur budgétaire. L’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE [Pays pauvres très endettés, NDLR], qui doit être validée à la fin de ce mois, va nous permettre l’allègement de notre dette [de 2,4 milliards de dollars, NDLR]. Nous avons réussi à remplir les critères de la Banque mondiale et du FMI pour valider cette étape en seulement 18 mois, alors que les précédentes tentatives avaient toutes échoué depuis 12 ans. C’est une étape importante, mais ce n’est pas une fin en soit. Nous devons continuer à rester rigoureux. Les ressources gagnées par l’allègement de la dette iront à des dépenses d’investissement pour accroître le bien-être de la population.

Mais il reste encore un long chemin à faire. Pour attirer et garder nos investisseurs, il nous faut lutter contre l’insécurité et la corruption. Nous avons déjà lancé dans la réforme de l’armée. Nous préparons maintenant le chantier de la réforme de la justice, crucial pour tous.

Le secteur minier est le principal moteur de l’économie guinéenne. Où en est l’audit des grands contrats miniers du pays ?

On a mis du temps à le lancer. Mais nous devions nous préparer, avec l’appui de cabinets internationaux, pour être prêts à négocier sur un pied d’égalité avec les groupes miniers. C’est désormais chose faite. Nous disposons d’un comité d’audit technique, composé de consultants et experts guinéens et internationaux, mais aussi d’un comité stratégique que je préside en personne. Cet audit ne concerne pas la convention signée par Rio Tinto pour le gisement du Simandou, qui en détient les droits d’exploitation (le 1er gisement de fer du continent, NDLR]. Avec lui, il nous reste seulement à statuer la question des infrastructures ferroviaires et portuaires. Les choses vont dorénavant aller plus vite, et nous permettre de mieux tirer profit de notre sous-sol.

________

Propos recueillis à Conakry par Christophe Le Bec

Lire aussi :

- Alpha Condé défend son bilan au forum économique guinéen

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Ebola : la Côte d'Ivoire annonce l'ouverture de couloirs humanitaires avec la Guinée et le Liberia

Ebola : la Côte d'Ivoire annonce l'ouverture de couloirs humanitaires avec la Guinée et le Liberia

La Côte d’Ivoire, épargnée par l'épidémie d'Ebola, a annoncé lundi soir l’ouverture de couloirs humanitaires avec la Guinée et le Liberia. Ses frontières avec ces [...]

Ebola : ZMapp, remède miracle ?

Tout juste arrivé au Liberia, le cocktail d'anticorps non homologué ZMapp donne des premiers résultats encourageants.[...]

Ebola - François Lounceny Fall : "Nous en appelons à plus de solidarité de la part des pays-frères africains"

Alors que l'Afrique de l'Ouest est frappée par une épidémie d'Ebola sans précédent, le ministre guinéen des Affaires étrangères, François Lounceny Fall, a fait le[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de[...]

Ebola : un médecin libérien traité avec le sérum ZMapp décède

Un médecin libérien contaminé par Ebola, qui avait reçu une dose du sérum expérimental ZMapp, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi. Le ministre de la[...]

Ebola : pour la première fois, un expert de l'OMS touché par la maladie

Un expert de l'Organisation mondiale de la santé, opérant en Sierra Leone pour lutter contre l'épidémie d'Ebola, a contracté le virus à l'origine de la fièvre hémorragique,[...]

Ebola : ONU et OMS promettent des moyens sans précédent contre une épidémie "exceptionnelle"

L'ONU et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont promis samedi des moyens "sans précédent" au Liberia pour faire face à la propagation foudroyante du virus Ebola, qui menace les acquis[...]

Ebola : stopper la progression de l'épidémie "prendra 6 à 9 mois", selon l'OMS

L'épidémie d'Ebola a atteint une telle vitesse de propagation qu'il faudra de six à neuf mois pour l'arrêter, a prévenu vendredi un haut responsable de l'Organisation mondiale de la santé[...]

Ebola : le Sénégal ferme sa frontière avec la Guinée, 13 décès suspects en RDC

Alors que commence la tournée du coordinateur de l'ONU contre le virus Ebola dans les pays les plus touchés par l'épidémie, le Sénégal a décidé jeudi de fermer ses[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex