Extension Factory Builder
18/09/2012 à 16:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Blaise Compaoré s'est entrenu avec François Hollande le 18 septembre. Blaise Compaoré s'est entrenu avec François Hollande le 18 septembre. © Ahmed Ouaba/AFM

Lors de sa visite en France du 17 au 20 septembre, Blaise Compaoré multiplie les rencontres. Après Abdou Diouf et François Hollande, le président burkinabè doit s'entretenir avec Vincent Bolloré, Nicolas Sarkozy et Michel Rocard, entre autres.

Arrivé lundi 17 septembre à Paris, le président burkinabè Blaise Compaoré a entamé une visite d’amitié de trois jours en France par un entretien, mardi matin, au siège de l’Agence de la francophonie, avec le Sénégalais Abdou Diouf, le secrétaire général de l’organisation.

Accompagné de son ministre des Affaires étrangères, Djibril Bassolé, il s’est rendu ensuite à l’Elysée vers 16 heures pour une rencontre de 45 minutes avec son homologue français, François Hollande, où il devait être essentiellement question des relations bilatérales et de l’évolution de la situation au Sahel.

Critiques

Les deux hommes, qui ne se sont jamais rencontrés, ont déjà eu un échange téléphonique en juillet sur le sujet. Mais certains diplomates français critiquent la médiation de Blaise Compaoré, jugé trop personnelle, dans le cadre de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Il s’agira pour les deux hommes d’harmoniser leurs visions afin de restaurer la paix et la sécurité dans la région.

Le président burkinabè recevra ensuite à sa résidence de La Celle-Saint-Cloud à l’Ouest de Paris, Vincent Bolloré, patron du groupe du même nom très présent dans les activités portuaires, l’agro-industrie et la communication en Afrique. Mercredi, Compaoré aura plusieurs entretiens avec la presse française avant d’avoir la visite en milieu d’après-midi, toujours à La Celle-Saint-Cloud, d’une vieille connaissance en la personne de l’ex-président français, Nicolas Sarkozy.

Michel Rocard aussi

Compaoré et Sarkozy ont entretenu de bonnes relations durant le mandat de l’ex-président français. Ils ont notamment collaboré très étroitement lors de la crise postélectorale ivoirienne pour installer Alassane Ouattara au pouvoir.

En fin de journée, le chef de l’État rencontrera les délégués du conseil supérieur des Burkinabè en France. Enfin, jeudi 20 septembre, il aura dans la matinée deux derniers entretiens avec les dirigeants d’Alcatel et Michel Rocard, l’ancien Premier ministre socialiste au tropisme africain bien connu.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président[...]

Burkina : quand Zida et Kafando font le ménage dans les écuries de Compaoré

Depuis leur arrivée aux affaires, les autorités de la transition burkinabè, guidées par le Premier ministre, Isaac Zida, et le président, Michel Kafando, mènent progressivement une[...]

Crise postélectorale ivoirienne : Ouattara promet 15 millions d'euros aux victimes

Le président ivoirien a annoncé lundi soir la création d'un fonds de 15 millions d'euros pour "l'indemnisation" des victimes de la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait environ 3[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Récit - Burkina Faso : Thomas Sankara, 16 h 30, le 15 octobre 1987

Des acteurs du drame de la mise à mort de Thomas Sankara et de ses camarades, seul le commanditaire du meurtre demeure inconnu. Mais tous les regards se tournent vers l'ancien frère d'armes, Blaise[...]

Burkina : le gouvernement suspend le CDP, le parti de Blaise Compaoré

Le ministère de l'Administration territoriale a officiellement annoncé lundi la suspension du CDP, le parti de Blaise Compaoré. La Fedap-BC, une association de soutien à l'ancien président, et[...]

Burkina : Sankara, enfin toute la vérité ?

Le mythe est intact, mais l'Histoire reste à écrire. Vingt-sept ans après, les tombeurs de Blaise Compaoré s'apprêtent à rouvrir le dossier explosif de l'assassinat de l'ancien[...]

Burkina : Zida nationalise une entreprise du clan Compaoré

Le Premier ministre burkinabè Isaac Zida a annoncé samedi la nationalisation d'une entreprise appartenant au clan de l'ex-président Blaise Compaoré, affichant la volonté des autorités[...]

Burkina : manifestation pour Norbert Zongo, 16 ans après sa mort

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Ouagadougou en hommage à Norbert Zongo, un journaliste burkinabè assassiné il y a seize ans, le 13 décembre 1998 sous la présidence[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers