Extension Factory Builder
18/09/2012 à 13:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sylvain Miaka Ouretto, le président par intérim du Front populaire ivoirien (FPI). Sylvain Miaka Ouretto, le président par intérim du Front populaire ivoirien (FPI). © Reuters

Sylvain Miaka Ouretto, le président par intérim du Front populaire ivoirien (FPI, parti de Laurent Gbagbo), confie à Jeune Afrique ses impressions et ses attentes quant à la reprise du dialogue politique en Côte d’Ivoire. Interview.

Jeune Afrique  : Vous avez appelé à la reprise du dialogue politique en Côte d’Ivoire. Quelles sont vos conditions ?

Sylvain Miaka Ouretto : Je ne sais pas si on peut parler de conditions. Mais beaucoup de nos cadres sont emprisonnés, d’autres sont en exil, nos militants sont régulièrement inquiétés et vivent dans l’insécurité permanente. C’est comme si on voulait détruire le FPI. Nous attendons un geste politique fort du président Ouattara. Le FPI veut participer à la recherche de la paix. L’idéal serait de mettre en place un cadre régulier de dialogue qui prenne en compte tous les problèmes du pays (sécurité des Ivoiriens, réconciliation, réforme de l’armée, questions foncières et migratoires, financement des partis, recomposition de la commission électorale…).

Le Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel) demande toujours que vous reconnaissiez la victoire électorale d’Alassane Ouattara ?

Cette demande n’a plus à être posée. Le pouvoir de Laurent Gbagbo est tombé le 11 avril 2011. À compter de cette date, la Côte d’Ivoire a eu un nouveau chef de l’État. Et le FPI a envoyé une délégation officielle, à laquelle je participais, à son investiture à Yamoussoukro en mai 2011. N’était-ce pas une manière de reconnaitre que la crise était derrière nous et que l’on s’inscrivait dans une dynamique de paix. Pourtant, on ne cesse de remettre sur le tapis cette question de la reconnaissance.

Y voyez-vous une volonté de vous faire renier Laurent Gbagbo ?

C’est notre père à tous au FPI. C’est le fondateur du parti et un exemple que nous ne renierons jamais. Il fait actuellement l’objet d’une procédure devant la Cour pénale internationale. Et il se défend. Quant à nous, nous sommes ouverts au dialogue et à jouer notre partition dans le cadre d’un processus de réconciliation. Mais il faut que le dialogue soit franc et sincère.

Quel doit être, selon vous, le bon cadre de discussion ?

Il faut le trouver. À partir de 2007, la Côte d‘Ivoire a fait des avancées sur le chemin de la paix dans le cadre de l’Accord politique de Ouagadougou, sous la houlette du facilitateur, Blaise Compaoré. Dans le cadre des réunions du Conseil permanant de concertation (CPC), les différents acteurs se retrouvaient pour régler les problèmes liés à la pacification et à la conduite des élections.

Cette structure n’a pas fini son travail, notamment sur la sécurisation et la réforme de l’armée. Elle n’est plus opérationnelle aujourd’hui. Récemment, le Premier ministre [Jeannot Kouadio-Ahoussou, NDLR] a proposé de mettre en place un cadre permanent de dialogue à l’issue d’un séminaire avec les acteurs politiques nationaux à Bassam. Le président Ouattara a aussi créé la Commission dialogue vérité et réconciliation (CDVR), une institution dont on peut se servir pour mener à bien le dialogue politique et la réconciliation.
___

Propos recueillis par Pascal Airault


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Le cacao grimpe à son plus haut niveau en trois ans

Le cacao grimpe à son plus haut niveau en trois ans

Le cacao a atteint son plus haut niveau en trois ans (2000 livres la tonne à la Bourse de Londres et 3 234 dollars à celle de New York) grâce à une bonne demande mais aussi en raison d'un regain d'int&ea[...]

Côte d'Ivoire : sale temps pour le lieutenant-colonel Issiaka Ouattara

Le lieutenant-colonel Issiaka Ouattara alias Wattao, figure emblématique des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), vient d'être démis de deux de ses fonctions au sein de[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Football : l'Ivoirien Serge Aurier va signer au PSG

Le latéral droit ivoirien Serge Aurier devrait s'engager mercredi au PSG. Il disputera la Ligue des champions la saison prochaine avec le club français.[...]

Côte d'Ivoire - FPI : Michel Gbagbo, profession médiateur

Michel Gbagbo tente d'éteindre le feu au sein du FPI. Sans grand succès pour le moment.[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Côte d'Ivoire : Hollande et Affi N'Guessan, tête-à-tête entre socialistes

François Hollande et Pascal Affi N'Guessan se connaissent depuis dix ans. Que se sont-ils dit à Abidjan, le 17 juillet, en marge de la minitournée du président français en Afrique ?[...]

Le sport : un acteur de paix et du vivre ensemble

La Voix des jeunes, site fondé par l'Unicef, et "Jeune Afrique" ont lancé un concours d'écriture ouvert aux jeunes. Dans un article ne dépassant pas 4 000 signes, ces derniers étaient[...]

Abidjan veut passer aux "diamants du développement"

 Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines, Jean-Claude Brou, a officiellement lancé ce lundi 21 juillet le projet Droits de propriété et développement du diamant artisanal (DPDDA II), qui[...]

Côte d'Ivoire : Drogba, le retour de l'enfant prodige à Chelsea

Selon le quotidien "L'Équipe", Didier Drogba est attendu dans la semaine à Londres pour parapher un contrat d'un an avec Chelsea. Il devrait par la suite entamer une reconversion dans le staff technique du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers