Extension Factory Builder
18/09/2012 à 08:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La presse ivoirienne, foncièrement partisane, est divisée en deux camps opposés. La presse ivoirienne, foncièrement partisane, est divisée en deux camps opposés. © AFP

Lundi 17 septembre, le Conseil national de la presse (CNP) a décidé de lever la suspension de parution qui frappait depuis cinq jours l'ensemble de la presse pro-Gbagbo. Mais la méfiance demeure entière entre les médias de l'opposition ivoirienne et le pouvoir d'Alassane Ouattara.

La décision prise le 12 septembre par le Conseil national de la presse (CNP) de suspendre tous les quotidiens pro-Gbagbo pendant une durée d’une à deux semaines a été levée provisoirement, lundi 17 septembre au soir. « Nous avons décidé de suspendre la sanction qui frappait ces journaux, dans le cadre des médiations en cours avec le Groupement des éditeurs de presse de Côte d'Ivoire (patronat) et la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR) », a déclaré le président du CNP, Raphaël Lakpé, qui dit vouloir « donner une chance à ces médiations, afin de voir quels sont les engagements que les responsables des journaux sanctionnés ont pris et les garanties qu'ils les respecteront »

Ladite suspension  avait été jugée partiale par de nombreux observateurs, diplomates et associations de défense des droits de l’homme, dans la mesure où elle était très longue (jusqu’à douze parutions, du jamais vu en Côte d’Ivoire), du fait aussi que M. Lakpé n’est pas réputé être une personnalité indépendante du pouvoir (il a travaillé pour un journal pro-Ouattara, Le Patriote), et enfin car les faits reprochés aux intéressés paraissaient mineurs.

"Tentative de falsification"

Les six journaux concernés avaient notamment été accusés par le CNP d’avoir des pratiques « de nature à faire perdurer la crise postélectorale », car ils avaient publié en quatrième de couverture des photographies d’anciens ministres de Laurent Gbagbo, avec des légendes mentionnant les intitulés de leurs postes, alors que Ouattara avait décrété en avril 2011 nul et non avenu le gouvernement nommé par son rival pendant la crise postélectorale.

Réagissant à la décision du CNP dans un communiqué, les quotidiens pro-Gbagbo se sont félicités de la « victoire de la vérité sur la tentative de falsification de l'histoire de la Côte d'Ivoire ». Ils avaient reçu le soutien non partisan de l’ONG Reporters Sans Frontières, qui, le 12 septembre, avait appelé « le CNP et son président Raphael Lakpé à de la retenue. Car, si les emprisonnements ne sont plus une menace, les journalistes doivent faire face aux interdictions de parution à sens unique du CNP. »

Écueils futurs

Bert Koenders, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en Côte d'Ivoire, a également salué dans un communiqué la décision du CNP qu'il a jugée « de nature à contribuer à la création d’un environnement propice au dialogue républicain. »

Mais le fond de l’affaire n’est pas définitivement réglé pour autant. Dans leur communiqué, les journaux pro-Gbagbo se réjouissent de pouvoir désigner les personnalités pro-Gbagbo par leurs titres d'ancien Premier ministre (comme Gilbert Aké N'Gbo) ou d'anciens ministres. Or le CNP estime de son côté avoir reçu l'assurance que les manquements, objets de la sanction, seront corrigés. Ce qui pourrait créer de nouvelles difficultés.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : payez (mieux) ceux que vous publiez !

Côte d'Ivoire : payez (mieux) ceux que vous publiez !

Le Conseil national de la presse exige des éditeurs qu’ils appliquent la convention collective et augmentent le salaire des journalistes. OK, disent les patrons, mais pas avant 2015.[...]

Hervé Renard : "La Côte d'Ivoire, c'est un nouveau palier"

Quelques heures après sa nomination pour deux ans à la tête des Éléphants ivoiriens, Hervé Renard (45 ans) a livré ses premières impressions à "Jeune[...]

Ebola : ouverture d'un sommet régional à Conakry

Les présidents de la Guinée, du Liberia, de la Sierra Leone et de la Côte d'Ivoire sont attendus vendredi à Conakry pour participer à un sommet régional consacré à [...]

Notation : 10 pays africains passés au crible

Le Rwanda a été noté B+ par l'agence Fitch Ratings. Comment expliquer que ce pays, avec un PIB de 7,5 milliards de dollars, soit mieux noté que le Ghana (48 milliards de dollars) ou l'Égypte (272[...]

Gervais Coulibaly : "Il est temps de mettre fin aux problèmes électoraux de la Côte d'Ivoire"

Le président de Cap Unir pour la démocratie et le développement (Cap-UDD) et ancien porte-parole de l’ex-président Laurent Gbagbo, Gervais Coulibaly, fera partie de la nouvelle Commission[...]

Côte d'Ivoire : Hervé Renard nommé sélectionneur des Éléphants

Ancien sélectionneur de la Zambie et de l’Angola, Hervé Renard revient en Afrique. Il a en effet été choisi pour succéder à Sabri Lamouchi, qui a démissionné[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Côte d'Ivoire : Abidjan et ses drôles de dames

Trois filles ont débarqué sur les bords de la lagune Ébrié. L'une y a créé sa société, une autre y est auditrice financière pour un grand cabinet, la[...]

Ebola : viande de brousse, le goût du risque

Vecteur potentiel du redoutable virus Ebola, la viande de brousse a été interdite dans les pays touchés par l'épidémie. Une mesure qui ne décourage pas certains consommateurs.[...]

Côte d'Ivoire : le duo Renard-Beaumelle à la tête des Éléphants ?

De cinq noms, la "short-list" de la fédération ivoirienne est passée à trois, après que les Français Francis Gillot et Luiz Fernandez ont été [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers