Extension Factory Builder
17/09/2012 à 16:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mariam Sankara accuse le président burkinabè d'être responsable de la mort de son mari. Mariam Sankara accuse le président burkinabè d'être responsable de la mort de son mari. © DR

Habituellement très discrète, la veuve de Thomas Sankara, Mariam Sankara, a décidé de briser le silence qu’elle s’impose depuis des années. Dans une lettre adressée à François Hollande, datée du 13 septembre, signée de sa main et dont nous reproduisons de larges extraits ci-dessous, elle tente de "le dissuader" de recevoir Blaise Compaoré à l’Élysée, tout en lui demandant "d’exiger" de son hôte que "justice soit rendue au feu président Thomas Sankara".

Durant trois jours à compter du 17 septembre, le président du Burkina Faso doit effectuer « une visite d’amitié » à Paris. Il devrait être reçu par son homologue français mardi à 16 heures au palais de l’Élysée. Il sera notamment question de la coopération entre les deux pays et de la crise au Mali.

La veuve de l’ancien chef d’État burkinabé s’est installée en France, dans la région de Montpellier, après l’assassinat de son mari, le 15 octobre 1987. Elle y a élevé leurs deux enfants (qui sont aujourd’hui étudiants aux États-Unis) en prenant soin de ne pas attirer l’attention des médias.

"C’est un sanguinaire"

Pour elle, la venue de Compaoré dans son pays d’accueil est inacceptable. « Blaise Compaoré n’est pas le démocrate qu’il prétend être », écrit-elle. « C’est un sanguinaire » qu’elle accuse d’être à l’origine de l’assassinat de son mari, et dont elle rappelle les immixtions dans plusieurs conflits de la région durant les vingt dernières années (en Angola, au Libéria et en Côte d’Ivoire notamment).

« Monsieur le Président, conclut-elle, je suis persuadée que la vision politique que vous incarnez permettra de faire avancer [la vérité sur la mort de Thomas Sankara, NDLR] ». Elle l’appelle notamment à soutenir la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire « pour situer les responsabilités » dans la mort de Sankara et à exiger de Compaoré que la plainte qu’elle a déposée voici plusieurs années à Ouagadougou soit suivie d’effets.

Un rassemblement « contre la réception de Compaoré à l’Élysée » est prévu ce lundi 17 septembre, à 18h30 à Paris, à l’appel d’une trentaine d’associations, de collectifs et de partis.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre gal[...]

Le prochain président burkinabè, pour l'Élysée, ce sera Kaboré !

La présidence française (notamment les conseillers chargés de l'Afrique) est convaincue que le chef de l'État burkinabè élu à l'issue du scrutin du mois d'octobre ne[...]

Burkina Faso : des états généraux pour "réhabiliter la confiance entre les citoyens et la justice"

Débutés mardi, les états généraux de la justice burkinabè ont notamment pour but de définir d'ici à samedi les moyens de "rendre effective l'indépendance de la[...]

Burkina Faso : retour au pays d'un militant du "Balai citoyen" arrêté en RDC

Arrêté dimanche à Kinshasa à l’issue d’une conférence de presse avec des mouvements pro démocratie, un militant du "Balai citoyen", Sibiri Ouédraogo, est[...]

"Y'en a marre", "Balai citoyen", "Filimbi"... : l'essor des sentinelles de la démocratie

Apparu au Sénégal en 2011, "Y'en a marre" a inspiré plusieurs mouvements citoyens dans différents pays d'Afrique francophone. Du Sénégal à la RDC en passant par le[...]

Fespaco : un jury mal inspiré

Le palmarès du Fespaco 2015 restera dans les mémoires. Non pas en raison des films que le jury présidé par le Ghanéen Kwaw Paintsil Ansah a entendu distinguer en leur accordant[...]

Cinéma : l'exception burkinabè

Alors que le Fespaco et ses traditionnelles bousculades viennent de s'achever, les salles obscures du Burkina continuent d'attirer les mordus du septième art.[...]

Burkina : Djibrill Bassolé va se présenter à la présidentielle

Mis en disponibilité par l'armée pour se consacrer à la politique, Djibrill Bassolé, ex-chef de la diplomatie burkinabè sous Blaise Compaoré, devrait officiellement se déclarer[...]

RDC : ce que Kinshasa reproche à "Y'en a marre", "Balai citoyen" et "Filimbi"

Les services de sécurité de la RDC ont procédé dimanche à l’arrestation de quatre membres des mouvements citoyens sénégalais "Y’en a marre" et burkinabè[...]

Le Burkina Faso suspend la licence d'exportation de Pan African Minerals

Les autorités burkinabé ont suspendu la licence d'exportation de la compagnie minière Pan African Minerals qui exploite le gisement de manganèse de Tambao.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120917144919 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120917144919 from 172.16.0.100