Extension Factory Builder
17/09/2012 à 16:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mariam Sankara accuse le président burkinabè d'être responsable de la mort de son mari. Mariam Sankara accuse le président burkinabè d'être responsable de la mort de son mari. © DR

Habituellement très discrète, la veuve de Thomas Sankara, Mariam Sankara, a décidé de briser le silence qu’elle s’impose depuis des années. Dans une lettre adressée à François Hollande, datée du 13 septembre, signée de sa main et dont nous reproduisons de larges extraits ci-dessous, elle tente de "le dissuader" de recevoir Blaise Compaoré à l’Élysée, tout en lui demandant "d’exiger" de son hôte que "justice soit rendue au feu président Thomas Sankara".

Durant trois jours à compter du 17 septembre, le président du Burkina Faso doit effectuer « une visite d’amitié » à Paris. Il devrait être reçu par son homologue français mardi à 16 heures au palais de l’Élysée. Il sera notamment question de la coopération entre les deux pays et de la crise au Mali.

La veuve de l’ancien chef d’État burkinabé s’est installée en France, dans la région de Montpellier, après l’assassinat de son mari, le 15 octobre 1987. Elle y a élevé leurs deux enfants (qui sont aujourd’hui étudiants aux États-Unis) en prenant soin de ne pas attirer l’attention des médias.

"C’est un sanguinaire"

Pour elle, la venue de Compaoré dans son pays d’accueil est inacceptable. « Blaise Compaoré n’est pas le démocrate qu’il prétend être », écrit-elle. « C’est un sanguinaire » qu’elle accuse d’être à l’origine de l’assassinat de son mari, et dont elle rappelle les immixtions dans plusieurs conflits de la région durant les vingt dernières années (en Angola, au Libéria et en Côte d’Ivoire notamment).

« Monsieur le Président, conclut-elle, je suis persuadée que la vision politique que vous incarnez permettra de faire avancer [la vérité sur la mort de Thomas Sankara, NDLR] ». Elle l’appelle notamment à soutenir la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire « pour situer les responsabilités » dans la mort de Sankara et à exiger de Compaoré que la plainte qu’elle a déposée voici plusieurs années à Ouagadougou soit suivie d’effets.

Un rassemblement « contre la réception de Compaoré à l’Élysée » est prévu ce lundi 17 septembre, à 18h30 à Paris, à l’appel d’une trentaine d’associations, de collectifs et de partis.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte in[...]

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire[...]

Burkina Faso : Compaoré - Kaboré, chronique d'un divorce annoncé

Entre Blaise Compaoré et Roch Marc Christian Kaboré, rien ne va plus. Comment en sont-ils arrivés là ?[...]

Crise politique au Burkina Faso : Alassane Ouattara prend les choses en main

Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, est désormais impliqué en personne dans les tentavies de trouver une solution à la crise politique au Burkina Faso. Il a reçu à Abidjan les[...]

Burkina Faso : Zongo et Sankara, les fantômes chahuteurs de Compaoré

Au moment où le régime du président burkinabè, Blaise Compaoré, est fragilisé, deux assassinats officiellement non élucidés remontent à la surface : ceux de Thomas[...]

Les enfants mineurs, victimes de la ruée vers l'or au Burkina Faso

Au Burkina Faso, entre un demi-million et 700 000 adolescents ou pré-adolescents travailleraient dans le secteur minier et risquent quotidiennement leur vie pour trouver de l'or, principal produit d'exportation du pays.[...]

"Une nuit à la présidence" : il était une fois en Afrique, dans la République démocratique populaire...

Rire pour s’insurger. Présidents africains, Premières dames, hommes d’affaires occidentaux, FMI, Banque mondiale en prennent tour à tour pour leur grade dans "Une nuit à la[...]

Burkina Faso : Sankara, es-tu là ?

Est-ce bien l'ancien président Thomas Sankara, assassiné en 1987, qui a été inhumé à Ouagadougou ? Sa famille a saisi la justice. Et attend toujours les réponses.[...]

High Tech : le top 10 des innovations africaines

Dans les domaines de la santé, de la téléphonie mobile, de l'agriculture ou du développement durable, le continent sait être à pointe de la modernité lui aussi. On fait le point[...]

Sécurité aérienne : l'armée française inquiète l'Asecna

La multiplication des vols militaires français en Afrique n'est pas du goût de l'Asecna. En cause : un sérieux manque de transparence.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces