Extension Factory Builder
14/09/2012 à 16:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hillary Clinton et Saad Eddine El Otmani. Hillary Clinton et Saad Eddine El Otmani. © AFP

Le royaume chérifien et les États-Unis ont lancé, jeudi 13 septembre, un "dialogue stratégique". Souhaité par Mohammed VI et Hillary Clinton, ce nouveau pacte vise à renforcer les collaborations politique, militaire, économique et culturelle entre les deux pays.

La tornade anti-américaine n’a pas franchi l’Atlas. Pendant que les autres pays musulmans s’enflamment contre le film anti-islam « Innocence of Muslims », le Maroc, lui, entretient des relations plus que cordiales avec la patrie de l’Oncle Sam. Jeudi s’est ouvert à Washington la première session du Dialogue stratégique entre le royaume chérifien et les États-Unis. Souhaité par le Roi Mohammed VI, ce partenariat d’exception a pour objectif d’approfondir encore davantage les « excellentes relations »  entre les deux pays. Quatre domaines de coopération sont visés : politique, sécurité, économie et culture.

Ce nouveau pacte couronne des décennies de collaboration étroite entre le royaume et les États-Unis. Les deux pays sont en effet des alliés de (très) longue date. Le Maroc fut, par exemple, le premier à reconnaître l’indépendance des États-Unis en 1777. Ils entretiennent depuis des relations bilatérales cordiales et ininterrompues. Le royaume est également le principal allié des Américains en Afrique du Nord depuis les premières années de la Guerre froide. Pendant que le frère ennemi algérien collaborait avec l’URSS, le royaume exprimait ouvertement ses sympathies atlantistes. Le Maroc a ainsi été désigné allié majeur « hors OTAN », le plus haut degré de collaboration militaire en dehors des membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord.

La question du Sahara

Aux États-Unis, ce projet de Dialogue stratégique avec le Maroc a été porté par Hillary Clinton. La secrétaire d’État américaine, qui quittera son poste même en cas de réélection de Barack Obama, entretient une relation personnelle avec Mohammed VI depuis la présidence de son mari Bill Clinton. À Washington, elle n’a pas manqué de rendre hommage au souverain alaouite. « Les États-Unis voient en le Maroc un pays leader et un modèle et pour cela le Roi Mohammed VI mérite un grand hommage pour les réalisations accomplies en matière de réformes », a-t-elle déclaré.

La secrétaire d’État américaine en a profité pour réaffirmer son soutien à Rabat sur le dossier du Sahara, sujet ô combien sensible.  « Nous l’avons clairement spécifié : le plan marocain d’autonomie au Sahara est sérieux, réaliste et crédible », a-t-elle souligné.

  



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Le Maroc hôte du deuxième Forum mondial des droits de l'homme

Le Maroc hôte du deuxième Forum mondial des droits de l'homme

Du 27 au 30 novembre, le Maroc organise le Forum mondial des droits de l'homme. Un événement chargé de symboles pour un pays qui sort d'un passé marqué par de nombreuses violations des droits h[...]

Football : les fédérations d'Afrique australe boudent le Maroc

Dans un communiqué publié le 22 novembre, les fédérations d'Afrique australe expliquent qu'elles déclinent l'invitation de Rabat à venir assister, en décembre, à la Coupe du[...]

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra[...]

Maroc : CGI entame sa sortie de la Bourse de Casa

Le holding CDG Développement vient de déposer un projet d'offre publique de retrait sur les titres CGI. L'autorité de marché a dix jours pour statuer sur le projet. Les premiers détails d'une[...]

Maroc : le corps du délit

En se mettant elles-mêmes en scène, de jeunes artistes marocaines bousculent les stéréotypes liés au statut de la femme. Issues d'une génération décomplexée par[...]

État islamique : Fatiha Mejjati, la veuve noire

Les combattants marocains de l'État islamique (EI) ont leur star. Son nom : Fatiha Mejjati, veuve de Karim Mejjati, membre d'Al-Qaïda tombé en Arabie saoudite en avril 2005. Véritable[...]

Maroc : enquête sur le contrat controversé de Sicpa

Au Maroc, la société suisse chargée du marquage fiscal des boissons et du tabac est loin de faire l'unanimité. Outre des tarifs jugés excessifs, l'opacité de sa gestion pose[...]

Maroc : inondations meurtrières dans le Sud

La région du Sud-est du Maroc a connu des intempéries exceptionnelles dimanche 23 novembre. Bilan provisoire : au moins 32 personnes tuées et 6 portées disparues.  [...]

Le Maroc face à la "Daesh connection"

Plus d'un millier de Marocains ont décidé de rejoindre les rangs de l'État islamique. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs motivations ? Comment sont-ils recrutés ? Comment les autorités[...]

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers