Extension Factory Builder
14/09/2012 à 16:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hillary Clinton et Saad Eddine El Otmani. Hillary Clinton et Saad Eddine El Otmani. © AFP

Le royaume chérifien et les États-Unis ont lancé, jeudi 13 septembre, un "dialogue stratégique". Souhaité par Mohammed VI et Hillary Clinton, ce nouveau pacte vise à renforcer les collaborations politique, militaire, économique et culturelle entre les deux pays.

La tornade anti-américaine n’a pas franchi l’Atlas. Pendant que les autres pays musulmans s’enflamment contre le film anti-islam « Innocence of Muslims », le Maroc, lui, entretient des relations plus que cordiales avec la patrie de l’Oncle Sam. Jeudi s’est ouvert à Washington la première session du Dialogue stratégique entre le royaume chérifien et les États-Unis. Souhaité par le Roi Mohammed VI, ce partenariat d’exception a pour objectif d’approfondir encore davantage les « excellentes relations »  entre les deux pays. Quatre domaines de coopération sont visés : politique, sécurité, économie et culture.

Ce nouveau pacte couronne des décennies de collaboration étroite entre le royaume et les États-Unis. Les deux pays sont en effet des alliés de (très) longue date. Le Maroc fut, par exemple, le premier à reconnaître l’indépendance des États-Unis en 1777. Ils entretiennent depuis des relations bilatérales cordiales et ininterrompues. Le royaume est également le principal allié des Américains en Afrique du Nord depuis les premières années de la Guerre froide. Pendant que le frère ennemi algérien collaborait avec l’URSS, le royaume exprimait ouvertement ses sympathies atlantistes. Le Maroc a ainsi été désigné allié majeur « hors OTAN », le plus haut degré de collaboration militaire en dehors des membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord.

La question du Sahara

Aux États-Unis, ce projet de Dialogue stratégique avec le Maroc a été porté par Hillary Clinton. La secrétaire d’État américaine, qui quittera son poste même en cas de réélection de Barack Obama, entretient une relation personnelle avec Mohammed VI depuis la présidence de son mari Bill Clinton. À Washington, elle n’a pas manqué de rendre hommage au souverain alaouite. « Les États-Unis voient en le Maroc un pays leader et un modèle et pour cela le Roi Mohammed VI mérite un grand hommage pour les réalisations accomplies en matière de réformes », a-t-elle déclaré.

La secrétaire d’État américaine en a profité pour réaffirmer son soutien à Rabat sur le dossier du Sahara, sujet ô combien sensible.  « Nous l’avons clairement spécifié : le plan marocain d’autonomie au Sahara est sérieux, réaliste et crédible », a-t-elle souligné.

  



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : Curzio Malaparte, tout oser... ou presque

Maroc : Curzio Malaparte, tout oser... ou presque

Ayant pour seuls armes une feuille de papier et un crayon, ils croquent, à pleines dents, les thèmes les plus tabous de la société : religion, sexe, chefs d'Etat, tout y passe ! Portraits choisis de c[...]

Jean-Pierre Bat : "Houphouët-Boigny était la tête de pont du système" de la Françafrique

Les archives de Jacques Foccart, le premier "Monsieur Afrique" de la Ve République livrent leurs secrets. Entretien avec le chercheur qui a la charge de ce fonds d'une richesse exceptionnelle.[...]

Ciments du Maroc consolide ses positions

Dans un marché local toujours en berne, la filiale d'Italcementi se bat pour rester numéro deux. Et permettre au groupe italien de poser ses premiers jalons au sud du Sahara.[...]

Nabil Dirar (AS Monaco) : "Je ne regrette pas d'avoir choisi le Maroc"

À 29 ans, le milieu de terrain marocain est l'un des cadres de l’AS Monaco, plus que jamais en lice pour disputer la prochaine Ligue des champions après sa victoire à Lens (3-0) dimanche. Nabil Dirar[...]

Maroc : la polémique darija divise le royaume

Faut-il ou non introduire l'arabe dialectal dans les cursus scolaires ? La question divise le royaume. Éléments de réponse.[...]

Longtemps déserté, le Sahara marocain attire enfin les patrons

Fin mars, les provinces du Sud étaient au centre d'un nouveau forum de l'investissement à Laayoune. À la clé, soixante projets et 6 milliards de dirhams pour une région[...]

Maroc - Laurent Sablé : "Fini les procès, place au sport !"

Au terme d'une procédure internationale d'arbitrage, la suspension des Lions de l'Atlas des CAN 2017 et 2019 a été annulée. Entretien avec l'un des avocats de la partie marocaine.[...]

Finance : le marocain OCP lève un milliard de dollars sur les marchés internationaux

Pour sa deuxième incursion sur les marchés internationaux en à peine un an, le géant marocain des phosphates OCP a émis un eurobond d'un milliard de dollars. L'emprunt, d'une maturité de[...]

Maroc : l'avant-projet de réforme du code pénal est-il rétrograde ?

La réforme du code pénal marocain devait permettre des avancées démocratiques. C'est raté : son avant-projet est contesté par la société civile, qui le trouve[...]

Accident d'autocar au Maroc : les victimes méritent-elles le deuil national ?

Depuis le tragique accident d’autocar, les messages de condoléances et de soutien aux familles des victimes se muent en une gronde sur les réseaux sociaux demandant un deuil national.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120914125940 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120914125940 from 172.16.0.100