Extension Factory Builder
14/09/2012 à 11:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Blaise Compaoré est appelé à se recentrer sur les questions de politique intérieure. Blaise Compaoré est appelé à se recentrer sur les questions de politique intérieure. © Ahmed Ouoba/AFP

La dernière campagne de sensibilisation n'a réussi à faire inscrire sur les listes électorales que 55% des Burkinabè en âge de voter. Insuffisant pour l'opposition, qui réclame un report des prochaines législatives et municipales prévues le 2 décembre.

Dans une lettre adressée au président Blaise Compaoré, publiée jeudi 13 septembre, l’opposition burkinabè réclame le report au premier semestre 2013 des élections législatives et municipales prévues le 2 décembre prochain. La missive est signée de dix-sept partis qui motivent leur action par le souhait de permettre l'inscription d'électeurs supplémentaires.

« Si près de la moitié des Burkinabè ne se sont pas inscrits c'est parce que la période choisie pour l'enrôlement a coïncidé avec la saison des pluies, période pendant laquelle plus de 80% des populations sont astreintes aux travaux champêtres », expliquent les signataires. Ils relèvent également des « insuffisances » dans la campagne de sensibilisation et de communication qui « n'ont pas permis de toucher et de sensibiliser tous les citoyens en âge de voter ».

Selon la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), seules 4,426 millions de personnes se sont inscrites sur les listes électorales, sur un potentiel de 8 millions d'électeurs, soit 55% des Burkinabè en âge de voter. « Nous nous trouvons donc dans une situation où de façon manifeste et objective, près de la moitié de notre population n'a pas pu accomplir cet acte volontaire qu'est l'inscription sur le fichier électoral », a expliqué au cours d'une conférence de presse, François Ouindlassida Ouédraogo, candidat malheureux du Parti pour la démocratie et le progrès/parti socialiste (PDP/PS) à la présidentielle de 2010.

"Session de rattrapage"

En conséquence, les opposants demandent une « session de rattrapage ou de ratissage plus efficace » qui se déroulerait en dehors de la saison des pluies, « éventuellement au courant de décembre 2012 ou janvier 2013 », « ce qui aura directement pour conséquence le report, au premier semestre 2013, de la date des élections couplées, législatives et municipales ».

Ce sont les premières élections depuis la crise qui a frappé le régime Compaoré au premier semestre 2011, avec de violentes manifestations populaires et une vague de mutineries sans précédent. « Rien ne s'oppose juridiquement à un report », estiment les opposants, qui rappellent que le mandat des députés court jusqu'à la fin du mois de juin 2013.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire m[...]

Burkina Faso : Compaoré - Kaboré, chronique d'un divorce annoncé

Entre Blaise Compaoré et Roch Marc Christian Kaboré, rien ne va plus. Comment en sont-ils arrivés là ?[...]

Crise politique au Burkina Faso : Alassane Ouattara prend les choses en main

Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, est désormais impliqué en personne dans les tentavies de trouver une solution à la crise politique au Burkina Faso. Il a reçu à Abidjan les[...]

Burkina Faso : Zongo et Sankara, les fantômes chahuteurs de Compaoré

Au moment où le régime du président burkinabè, Blaise Compaoré, est fragilisé, deux assassinats officiellement non élucidés remontent à la surface : ceux de Thomas[...]

Les enfants mineurs, victimes de la ruée vers l'or au Burkina Faso

Au Burkina Faso, entre un demi-million et 700 000 adolescents ou pré-adolescents travailleraient dans le secteur minier et risquent quotidiennement leur vie pour trouver de l'or, principal produit d'exportation du pays.[...]

"Une nuit à la présidence" : il était une fois en Afrique, dans la République démocratique populaire...

Rire pour s’insurger. Présidents africains, Premières dames, hommes d’affaires occidentaux, FMI, Banque mondiale en prennent tour à tour pour leur grade dans "Une nuit à la[...]

Burkina Faso : Sankara, es-tu là ?

Est-ce bien l'ancien président Thomas Sankara, assassiné en 1987, qui a été inhumé à Ouagadougou ? Sa famille a saisi la justice. Et attend toujours les réponses.[...]

High Tech : le top 10 des innovations africaines

Dans les domaines de la santé, de la téléphonie mobile, de l'agriculture ou du développement durable, le continent sait être à pointe de la modernité lui aussi. On fait le point[...]

Sécurité aérienne : l'armée française inquiète l'Asecna

La multiplication des vols militaires français en Afrique n'est pas du goût de l'Asecna. En cause : un sérieux manque de transparence.[...]

Burkina Faso : qui a peur de la tombe de Thomas Sankara ?

Le 2 avril prochain, le tribunal de grande instance de Ouagadougou se prononcera sur la demande d'identification du corps qui se trouve dans la tombe supposée de l'ancien président burkinabè Thomas Sankara.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers