Extension Factory Builder
14/09/2012 à 11:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Blaise Compaoré est appelé à se recentrer sur les questions de politique intérieure. Blaise Compaoré est appelé à se recentrer sur les questions de politique intérieure. © Ahmed Ouoba/AFP

La dernière campagne de sensibilisation n'a réussi à faire inscrire sur les listes électorales que 55% des Burkinabè en âge de voter. Insuffisant pour l'opposition, qui réclame un report des prochaines législatives et municipales prévues le 2 décembre.

Dans une lettre adressée au président Blaise Compaoré, publiée jeudi 13 septembre, l’opposition burkinabè réclame le report au premier semestre 2013 des élections législatives et municipales prévues le 2 décembre prochain. La missive est signée de dix-sept partis qui motivent leur action par le souhait de permettre l'inscription d'électeurs supplémentaires.

« Si près de la moitié des Burkinabè ne se sont pas inscrits c'est parce que la période choisie pour l'enrôlement a coïncidé avec la saison des pluies, période pendant laquelle plus de 80% des populations sont astreintes aux travaux champêtres », expliquent les signataires. Ils relèvent également des « insuffisances » dans la campagne de sensibilisation et de communication qui « n'ont pas permis de toucher et de sensibiliser tous les citoyens en âge de voter ».

Selon la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), seules 4,426 millions de personnes se sont inscrites sur les listes électorales, sur un potentiel de 8 millions d'électeurs, soit 55% des Burkinabè en âge de voter. « Nous nous trouvons donc dans une situation où de façon manifeste et objective, près de la moitié de notre population n'a pas pu accomplir cet acte volontaire qu'est l'inscription sur le fichier électoral », a expliqué au cours d'une conférence de presse, François Ouindlassida Ouédraogo, candidat malheureux du Parti pour la démocratie et le progrès/parti socialiste (PDP/PS) à la présidentielle de 2010.

"Session de rattrapage"

En conséquence, les opposants demandent une « session de rattrapage ou de ratissage plus efficace » qui se déroulerait en dehors de la saison des pluies, « éventuellement au courant de décembre 2012 ou janvier 2013 », « ce qui aura directement pour conséquence le report, au premier semestre 2013, de la date des élections couplées, législatives et municipales ».

Ce sont les premières élections depuis la crise qui a frappé le régime Compaoré au premier semestre 2011, avec de violentes manifestations populaires et une vague de mutineries sans précédent. « Rien ne s'oppose juridiquement à un report », estiment les opposants, qui rappellent que le mandat des députés court jusqu'à la fin du mois de juin 2013.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina Faso : des élus appellent à un référendum pour modifier la Constitution

Burkina Faso : des élus appellent à un référendum pour modifier la Constitution

Des députés du parti au pouvoir au Burkina Faso et de la majorité présidentielle ont appelé samedi le président Blaise Compaoré à convoquer un référendum pour[...]

Frank Timis, l'empereur contesté

Il a fait ses premières armes dans les gisements d'or de sa Roumanie natale avant de débarquer, il y a dix ans, en Afrique de l'Ouest. Son appétit pour les richesses du sous-sol semble insatiable. Mais[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Trafic de bébés : la fuite de Hama Amadou au Burkina divise le Niger

Acharnement de l'État à son encontre pour les uns, comportement indigne pour les autres : au Niger, la fuite burkinabè du président de l'Assemblée nationale, opposant numéro un[...]

Ballaké, l'une des grandes voix d'Afrique s'est éteinte

Le chanteur Burkinabè Ballaké s'est éteint. Florent Mazzoleni rend hommage cet artiste qui comptait parmi les dernières grandes voix africaines.[...]

Mali : les groupes armés du nord peaufinent leurs revendications à Ouagadougou

Les principaux mouvements armés du Nord du Mali sont réunis depuis mardi à Ouagadougou. Objectif : harmoniser leur plateforme de revendications avant un second round de négociations décisif avec[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Au Burkina, les étudiants font de la résistance contre Blaise Compaoré

Pour beaucoup d'étudiants, pas question de laisser Blaise Compaoré briguer un cinquième mandat en 2015. Reportage sur le campus de Ouagadougou, potentielle bombe à retardement.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex