Extension Factory Builder
14/09/2012 à 10:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Khalil Chammam : 'Si la violence continue, c’est que certains fuient leurs responsabilités'. Khalil Chammam : "Si la violence continue, c’est que certains fuient leurs responsabilités". © DR

Khalil Chammam, le capitaine d’une Espérance de Tunis déjà qualifiée pour les demi-finales de la Ligue des Champions, estime son équipe capable de conserver son titre. Mais le défenseur international livre aussi ses vérités sur le football tunisien.

Jeune Afrique : L’Espérance de Tunis retrouvera en demi-finale soit le TP Mazembe, soit Al-Ahly. Conserver votre titre sera forcément compliqué…

Khalil Chammam : Bien sûr. On affrontera obligatoirement une des meilleures équipes d’Afrique. Nous avons une revanche à prendre sur le TP Mazembe depuis la finale de 2010 (0-5, 1-1). À ce niveau, toutes les équipes se valent (le dernier qualifié est Sunshine Stars du Nigeria). Peut-être que par rapport à Mazembe ou Al-Ahly, nous avons moins d’individualités. Des joueurs comme Banana ou Darragi sont partis en Europe. Mais je pense que notre effectif est plus équilibré.

Le football tunisien est gangréné par la violence. Lors du match de Ligue des Champions à Sousse (2-0, le 25 août), avez-vous craint pour votre sécurité ?

Oui, même si les policiers ont bien fait leur travail. Cette violence est un vrai problème. Rien n’est fait. L’État et les clubs devraient agir. Et si la violence continue, c’est que certains fuient leurs responsabilités. On joue nos matches de championnat à huis clos, et ce n’est pas idéal pour la motivation. C’est pénalisant pour les finances des clubs qui sont souvent en difficulté. On parle de professionnalisme en Tunisie, mais il n’y a pas les bases. On joue sur des terrains de mauvaise qualité, et le suivi des jeunes joueurs n’est pas satisfaisant. Dans les pays arabes, c’est toujours pareil. On se contente de ce qu’on a, alors qu’il faut se donner les moyens de réussir, et travailler davantage.

Malgré tout, l’équipe nationale parvient à obtenir de bons résultats…

C’est vrai. La sélection tunisienne fait partie des bonnes sélections africaines. Pas encore des meilleures. L’avantage que nous avons, c’est que l’effectif est jeune, et qu’il a encore le temps de travailler et de s’améliorer. Mais il faut être réaliste : nous avons encore du retard sur la Côte d’Ivoire ou le Ghana. Nous ne parviendrons à rivaliser avec les meilleurs sur la durée que s’il y a une stabilité au niveau du staff technique. On a des ambitions, celles d’aller à la CAN 2013 et à la Coupe du Monde 2014.

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : Béji Caïd Essebsi vainqueur de la présidentielle, Moncef Marzouki reconnaît sa défaite

Tunisie : Béji Caïd Essebsi vainqueur de la présidentielle, Moncef Marzouki reconnaît sa défaite

Selon des résultats partiels officiels, Béji Caïd Essebsi remporte l'élection présidentielle tunisienne. Il devance le président sortant Moncef Marzouki avec 55,68 % des suffrages.[...]

Présidentielle en Tunisie : un grand pas pour une démocratie en herbe

Manifestations de joie, déclarations politiques et commentaires se sont succédés toute la nuit en Tunisie, après le vote de dimanche pour le second tour de la présidentielle. Si les[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Tunisie : Essebsi revendique la victoire à la présidentielle, Marzouki conteste

Béji Caïd Essebsi a revendiqué dimanche soir la "victoire" à l'élection présidentielle tunisienne. Son annonce a été immédiatement contestée par le [...]

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers