Extension Factory Builder
14/09/2012 à 10:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Khalil Chammam : 'Si la violence continue, c’est que certains fuient leurs responsabilités'. Khalil Chammam : "Si la violence continue, c’est que certains fuient leurs responsabilités". © DR

Khalil Chammam, le capitaine d’une Espérance de Tunis déjà qualifiée pour les demi-finales de la Ligue des Champions, estime son équipe capable de conserver son titre. Mais le défenseur international livre aussi ses vérités sur le football tunisien.

Jeune Afrique : L’Espérance de Tunis retrouvera en demi-finale soit le TP Mazembe, soit Al-Ahly. Conserver votre titre sera forcément compliqué…

Khalil Chammam : Bien sûr. On affrontera obligatoirement une des meilleures équipes d’Afrique. Nous avons une revanche à prendre sur le TP Mazembe depuis la finale de 2010 (0-5, 1-1). À ce niveau, toutes les équipes se valent (le dernier qualifié est Sunshine Stars du Nigeria). Peut-être que par rapport à Mazembe ou Al-Ahly, nous avons moins d’individualités. Des joueurs comme Banana ou Darragi sont partis en Europe. Mais je pense que notre effectif est plus équilibré.

Le football tunisien est gangréné par la violence. Lors du match de Ligue des Champions à Sousse (2-0, le 25 août), avez-vous craint pour votre sécurité ?

Oui, même si les policiers ont bien fait leur travail. Cette violence est un vrai problème. Rien n’est fait. L’État et les clubs devraient agir. Et si la violence continue, c’est que certains fuient leurs responsabilités. On joue nos matches de championnat à huis clos, et ce n’est pas idéal pour la motivation. C’est pénalisant pour les finances des clubs qui sont souvent en difficulté. On parle de professionnalisme en Tunisie, mais il n’y a pas les bases. On joue sur des terrains de mauvaise qualité, et le suivi des jeunes joueurs n’est pas satisfaisant. Dans les pays arabes, c’est toujours pareil. On se contente de ce qu’on a, alors qu’il faut se donner les moyens de réussir, et travailler davantage.

Malgré tout, l’équipe nationale parvient à obtenir de bons résultats…

C’est vrai. La sélection tunisienne fait partie des bonnes sélections africaines. Pas encore des meilleures. L’avantage que nous avons, c’est que l’effectif est jeune, et qu’il a encore le temps de travailler et de s’améliorer. Mais il faut être réaliste : nous avons encore du retard sur la Côte d’Ivoire ou le Ghana. Nous ne parviendrons à rivaliser avec les meilleurs sur la durée que s’il y a une stabilité au niveau du staff technique. On a des ambitions, celles d’aller à la CAN 2013 et à la Coupe du Monde 2014.

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de Tozeu[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Gabon - Tropicale Amissa Bongo : le Tunisien Rafaa Chtioui s'épanouit loin de l'Europe

Ancien grand espoir du cyclisme ayant évolué dans des formations européennes, le Tunisien Rafaâ Chtioui, vainqueur dimanche de la 10e Tropicale Amissa Bongo, la plus grande course d'Afrique,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120914101002 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120914101002 from 172.16.0.100