Extension Factory Builder
14/09/2012 à 10:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Khalil Chammam : 'Si la violence continue, c’est que certains fuient leurs responsabilités'. Khalil Chammam : "Si la violence continue, c’est que certains fuient leurs responsabilités". © DR

Khalil Chammam, le capitaine d’une Espérance de Tunis déjà qualifiée pour les demi-finales de la Ligue des Champions, estime son équipe capable de conserver son titre. Mais le défenseur international livre aussi ses vérités sur le football tunisien.

Jeune Afrique : L’Espérance de Tunis retrouvera en demi-finale soit le TP Mazembe, soit Al-Ahly. Conserver votre titre sera forcément compliqué…

Khalil Chammam : Bien sûr. On affrontera obligatoirement une des meilleures équipes d’Afrique. Nous avons une revanche à prendre sur le TP Mazembe depuis la finale de 2010 (0-5, 1-1). À ce niveau, toutes les équipes se valent (le dernier qualifié est Sunshine Stars du Nigeria). Peut-être que par rapport à Mazembe ou Al-Ahly, nous avons moins d’individualités. Des joueurs comme Banana ou Darragi sont partis en Europe. Mais je pense que notre effectif est plus équilibré.

Le football tunisien est gangréné par la violence. Lors du match de Ligue des Champions à Sousse (2-0, le 25 août), avez-vous craint pour votre sécurité ?

Oui, même si les policiers ont bien fait leur travail. Cette violence est un vrai problème. Rien n’est fait. L’État et les clubs devraient agir. Et si la violence continue, c’est que certains fuient leurs responsabilités. On joue nos matches de championnat à huis clos, et ce n’est pas idéal pour la motivation. C’est pénalisant pour les finances des clubs qui sont souvent en difficulté. On parle de professionnalisme en Tunisie, mais il n’y a pas les bases. On joue sur des terrains de mauvaise qualité, et le suivi des jeunes joueurs n’est pas satisfaisant. Dans les pays arabes, c’est toujours pareil. On se contente de ce qu’on a, alors qu’il faut se donner les moyens de réussir, et travailler davantage.

Malgré tout, l’équipe nationale parvient à obtenir de bons résultats…

C’est vrai. La sélection tunisienne fait partie des bonnes sélections africaines. Pas encore des meilleures. L’avantage que nous avons, c’est que l’effectif est jeune, et qu’il a encore le temps de travailler et de s’améliorer. Mais il faut être réaliste : nous avons encore du retard sur la Côte d’Ivoire ou le Ghana. Nous ne parviendrons à rivaliser avec les meilleurs sur la durée que s’il y a une stabilité au niveau du staff technique. On a des ambitions, celles d’aller à la CAN 2013 et à la Coupe du Monde 2014.

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : sécurité maximale pour le pèlerinage juif de la Ghriba

La Tunisie a assuré dimanche avoir pris toutes les précautions pour assurer la sécurité du pèlerinage juif de la Ghriba la semaine prochaine, répondant ainsi à Israël qui a[...]

Des Tunisiens déploient "le plus grand drapeau du monde"

Des Tunisiens ont déployé samedi un drapeau de la taille de 19 terrains de football pour battre le record du "plus grand drapeau du monde", un évènement "patriote" qui doit aussi[...]

Tunisie : le gouvernement écarte des menaces d'attentats anti-juifs

Un responsable du ministère tunisien de l'Intérieur a démenti samedi soir l'existence de menaces d'attentat anti-juif ou anti-israélien en Tunisie comme évoqué par le bureau du Premier[...]

Tunisie : Ennahdha, wait and see

Rached Ghannouchi, président d'Ennahdha et artisan du virage pragmatique du mouvement islamiste tunisien, a déjà les yeux tournés vers le prochain congrès du parti.[...]

Tunisie : le trouble jeu de l'UGTT

Couverte de louanges pour son rôle pacificateur durant les quatre années qui ont suivi la révolution, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) inquiète gouvernement et milieux[...]

Tunisie : révolution dans la révolution

Quatre ans après la chute de Ben Ali, le pays a réussi sa transition démocratique. Mais sur le plan économique et social, le peuple s'impatiente. Heureusement, les signaux positifs et, surtout,[...]

Tunisie : 98 migrants perdus en mer arrivés au port de Zarzis

Trois bateaux de pêche ont amené samedi au port de Zarzis (Sud tunisien) 98 migrants africains en perdition en Méditerranée après avoir tenté de rallier illégalement l'île[...]

Tunisie : Ghannouchi tel qu'en lui-même dans "Au sujet de l'islam"

Rached Ghannouchi s'est livré dans un livre d'entretiens réalisé par le journaliste Olivier Ravanello : "Au sujet de l'islam". [...]

Tunisie : Samir el-Wafi, mauvais scoop pour animateur star

Le célèbre présentateur tunisien a été arrêté. Pas pour un délit de presse, mais pour une affaire de droit commun : il est soupçonné de racket.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120914101002 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120914101002 from 172.16.0.100