Extension Factory Builder
14/09/2012 à 10:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Khalil Chammam : 'Si la violence continue, c’est que certains fuient leurs responsabilités'. Khalil Chammam : "Si la violence continue, c’est que certains fuient leurs responsabilités". © DR

Khalil Chammam, le capitaine d’une Espérance de Tunis déjà qualifiée pour les demi-finales de la Ligue des Champions, estime son équipe capable de conserver son titre. Mais le défenseur international livre aussi ses vérités sur le football tunisien.

Jeune Afrique : L’Espérance de Tunis retrouvera en demi-finale soit le TP Mazembe, soit Al-Ahly. Conserver votre titre sera forcément compliqué…

Khalil Chammam : Bien sûr. On affrontera obligatoirement une des meilleures équipes d’Afrique. Nous avons une revanche à prendre sur le TP Mazembe depuis la finale de 2010 (0-5, 1-1). À ce niveau, toutes les équipes se valent (le dernier qualifié est Sunshine Stars du Nigeria). Peut-être que par rapport à Mazembe ou Al-Ahly, nous avons moins d’individualités. Des joueurs comme Banana ou Darragi sont partis en Europe. Mais je pense que notre effectif est plus équilibré.

Le football tunisien est gangréné par la violence. Lors du match de Ligue des Champions à Sousse (2-0, le 25 août), avez-vous craint pour votre sécurité ?

Oui, même si les policiers ont bien fait leur travail. Cette violence est un vrai problème. Rien n’est fait. L’État et les clubs devraient agir. Et si la violence continue, c’est que certains fuient leurs responsabilités. On joue nos matches de championnat à huis clos, et ce n’est pas idéal pour la motivation. C’est pénalisant pour les finances des clubs qui sont souvent en difficulté. On parle de professionnalisme en Tunisie, mais il n’y a pas les bases. On joue sur des terrains de mauvaise qualité, et le suivi des jeunes joueurs n’est pas satisfaisant. Dans les pays arabes, c’est toujours pareil. On se contente de ce qu’on a, alors qu’il faut se donner les moyens de réussir, et travailler davantage.

Malgré tout, l’équipe nationale parvient à obtenir de bons résultats…

C’est vrai. La sélection tunisienne fait partie des bonnes sélections africaines. Pas encore des meilleures. L’avantage que nous avons, c’est que l’effectif est jeune, et qu’il a encore le temps de travailler et de s’améliorer. Mais il faut être réaliste : nous avons encore du retard sur la Côte d’Ivoire ou le Ghana. Nous ne parviendrons à rivaliser avec les meilleurs sur la durée que s’il y a une stabilité au niveau du staff technique. On a des ambitions, celles d’aller à la CAN 2013 et à la Coupe du Monde 2014.

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Quand l'émir du Qatar bouscule le protocole tunisien

Quand l'émir du Qatar bouscule le protocole tunisien

Lors de sa visite en Tunisie, cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, l'émir du Qatar ne s'est pas encombré du protocole.[...]

Tunisie : les familles des martyrs de la révolution réclament plus de justice

Les familles des martyrs de la révolution se mobilisent ce mercredi dans la capitale tunisienne. Objectif : protester contre la sentence rendue en appel, le 11 avril, par le tribunal militaire de Tunis contre[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Stéphanie Pouessel : "Beaucoup de Tunisiens reconnaissent l'existence d'un vrai problème de racisme"

Docteur en anthropologie, Stéphanie Pouessel a dirigé l’étude "Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires", publié aux éditions Karthala en 2012. Résidente en Tunisie[...]

Microsoft : Jamel Gafsi, numéro 8

Tunisien formé en Allemagne et en France, Jamel Gafsi dirige le Centre d'ingénierie de Microsoft, à Issy-les-Moulineaux. Portrait.[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Street art : Zoo project en toute liberté

L'artiste franco-algérien qui avait rendu hommage aux martyrs de la révolution tunisienne a été retrouvé mort.[...]

Algérie - Tunisie : quand le business finance le terrorisme

En Tunisie, non loin de la frontière avec l'Algérie, le massif du Chaambi sert de repaire à des contrebandiers et à des groupes armés. Et souvent le business finance le terrorisme.[...]

Tunisie : avec Jomâa, la revanche des diplomates

Mis à rude épreuve par les errements de l'ex-troïka au pouvoir, ils forment désormais l'ossature du gouvernement de Mehdi Jomâa, qui a fait de la restauration de l'image de la Tunisie l'une[...]

Leekens en Tunisie : "Il faut regagner la confiance des supporteurs"

Nommé sélectionneur de la Tunisie pour les deux prochaines années, le Belge Georges Leekens s’est installé à Tunis afin de préparer les qualifications pour la CAN 2015 au Maroc.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers