Extension Factory Builder
14/09/2012 à 10:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation de journalistes tunisiens, le 22 août 2012 à Tunis. Manifestation de journalistes tunisiens, le 22 août 2012 à Tunis. © AFP

Le directeur du groupe de presse Dar Assabah, Lotfi Touati, est accusé d'avoir volontairement renversé un de ses journalistes, Khalil Hannechi, jeudi 13 septembre à Tunis.  

L'affaire risque d'aggraver un peu plus les tensions entre le pouvoir et les médias tunisiens. Le 13 septembre, le directeur du groupe de presse Dar Assabah, Lotfi Touati, en conflit ouvert avec ses rédactions, a percuté en voiture un de ses journalistes. Un témoin assure que le reporter, qui ne souffrirait pas de blessures graves, a été fauché à dessein.

« Nous avons été informés d'un accident de la circulation impliquant le directeur (Lotfi Touati) du (groupe) Dar Assabah et un journaliste. Nous avons deux versions contradictoires », a indiqué le porte-parole du ministère, Khaled Tarrouche. « Selon le conducteur, le journaliste a fait exprès de se jeter devant sa voiture et le journaliste affirme qu'il a été heurté volontairement », a-t-il poursuivi, précisant qu'une enquête était en cours.

Rafik Abdallah, un collègue de la victime et témoin des faits, a lui accusé M. Touati d'avoir percuté à dessein le journaliste Khalil Hannechi et de l'avoir traîné sur plusieurs dizaines de mètres. « Khalil Hannechi a demandé à parler avec Lotfi Touati qui était dans sa voiture. Il a refusé catégoriquement, a fait un "démarrage américain" et a roulé avec (le journaliste) sur son capot sur deux cents mètres », a raconté M. Abdallah.

« Il a ensuite freiné brusquement, (M. Hannechi) est tombé et a été touché à la tête », a-t-il poursuivi, ajoutant que le journaliste du quotidien arabophone Assabah avait été hospitalisé. De son côté, la responsable syndicale au sein du groupe de presse Dar Assabah, Sana Farhat, a dénoncé un acte criminel.

Ennahdha dans le viseur

D'après un autre collègue de la victime, Jamel Ferchichi, présent à l'hôpital, M. Hannechi est en état de choc mais les médecins se sont voulus rassurants sur son état de santé, attendant des résultats d'examens plus approfondis.

L' Association des jeunes journalistes dont Khalil Hannechi est membre a dénoncé une tentative de meurtre, réclamé des poursuites judicaires et estimé que le gouvernement dominé par les islamistes d'Ennahdha était aussi responsable. « Le gouvernement assume la responsabilité de ce qui est arrivé à notre collègue et a la responsabilité de protéger tous les journalistes contre toute agression », a indiqué l'association dans un communiqué.

Le groupe de presse Dar Assabah publie les quotidiens Assabah (en arabe) et Le Temps (en français). Ces rédactions luttent depuis août contre l'arrivée de M. Touati, qui a été nommé par le gouvernement dominé par Ennahdha.

Ennahdha est accusé par les rédactions de plusieurs médias publics de chercher à contrôler leur ligne éditorial par le biais des nominations de nouveaux directeurs, dont certains ont servi le régime déchu de Zine El Abidine Ben Ali. Le groupe de presse Dar Assabah était contrôlé jusqu'à la révolution par Sakhr El Materi, gendre du président déchu.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex