Extension Factory Builder
13/09/2012 à 16:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Eric Gerets toucherait un salaire mensuel de 250 000 euros. Eric Gerets toucherait un salaire mensuel de 250 000 euros. © AFP

La défaite au Mozambique, samedi 9 septembre (0-2), si elle ne disqualifie pas le Maroc pour la CAN 2013, compromet les chances d’Eric Gerets, le sélectionneur belge des Lions de l’Atlas, de conserver son poste. Dominique Cuperly, son adjoint, pourrait lui succéder dans un avenir proche.

Cette fois-ci, la cassure semble définitive. Les derniers soutiens d’Eric Gerets, dont le nombre ne cessait de fondre à vue d’œil depuis l’élimination du Maroc au premier tour de la CAN 2012, se sont rangés derrière l’opinion publique et les médias, qui réclament son départ depuis plusieurs mois.

Selon nos informations, les heures du Lion de Rekem semblent comptées. « Nous sommes arrivés à un point de non-retour », assure Jalal Bouzrara, journaliste à Medi 1 Sat. « Cela devrait bouger très vite. Il a tout le monde contre lui, même ceux qui, comme moi, s’étaient prononcés en faveur de son maintien après la CAN 2012. »

Depuis qu’il s’est installé sur le banc marocain en novembre 2010, Gerets, précédé d’une réputation d’entraîneur charismatique, a souvent été contesté. « Il n’a pas su gérer son groupe. Certains joueurs choisissent le moment où ils veulent venir, comme El Arabi, absent au Mozambique. Ou Taarabt, exclu du groupe, puis rappelé, puis de nouveau exclu et de nouveau rappelé… Gerets n’a pas pu mettre en place son projet », poursuit Bouzrara.

Conditions contractuelles

Mustapha El Haddaoui, ancien international marocain (46 sélections) qui a dirigé en 2010 l’équipe des locaux, a lui aussi son opinion sur l’échec du Belge. « Il ne connaissait pas l’Afrique. Et il aurait été préférable de mettre à ses côtés un adjoint marocain. Gerets n’a pas eu assez de contacts avec les entraîneurs locaux. Il n’a pas écouté les conseils de Nourredine Naybet [un ex-international devenu conseiller du président de la fédération, NDLR]. Son management ne fonctionne pas. Ce sera difficile pour lui de continuer. Même s’il y a un match retour. Et qu’il a un contrat. »

Les conditions contractuelles de l’ex-entraîneur de Marseille laissent supposer que Gerets ne partira pas à n’importe quelle condition. Lié à la Fédération marocaine de Football jusqu’en 2014 et bénéficiant d’un salaire mensuel estimé à 250 000 euros, le technicien belge négocierait actuellement ses indemnités de départ.

Le mieux placé pour lui succéder est son adjoint français Dominique Cuperly (60 ans), même si les pistes locales et notamment celle menant à Mohamed Fakhir, sélectionneur en 2006-2007, ne serait pas définitivement enterrée. Le Ministère des sports a cependant décidé de temporiser avant de prendre une décision concernant Gerets, dont le départ semble pourtant inéluctable.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Diaporama : les 15 leaders religieux africains les plus influents

Diaporama : les 15 leaders religieux africains les plus influents

Qu'ils soient animistes, chrétiens ou musulmans, les leaders religieux du continent possèdent souvent une influence considérable sur les plans politique et économique. Connaissez vous les plus important[...]

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Jeune patronne d'Oriental Wedding, cette créatrice propose ses caftans aux Franco-Maghrébines à la recherche de robes de mariage traditionnelles... et modernes.[...]

Immunité routière pour diplomates africains à New York ?

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New York.[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

"Bodybuilder" : surprenant Roschdy Zem !

Jamais là où on l'attend, avec "Bodybuilder", l'acteur réalise un troisième film attachant. Et aborde avec originalité l'univers du culturisme et les relations père-fils.[...]

Maroc : Bouchta Charef lâché par son épouse

L'épouse de Bouchta Charef, célèbre jihadiste marocain détenu à Tétouan, a livré un témoignage remettant en cause les accusations de mauvais traitements portées par[...]

Le Maroc boude le blé français

La France, qui a fourni en 2013 près de 70 % des importations de blé du Maroc en blé devrait voir sa part de marché descendre cette année à 20 %. Explications.[...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Maroc : Farid Belkahia, dernier trait de pinceau

Le doyen de l'art moderne marocain, Farid Belkahia, est décédé jeudi 25 septembre à l'âge de 80 ans. Hommage à l'artiste, au voyageur, au sculpteur et au militant...[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers