Extension Factory Builder
13/09/2012 à 16:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Eric Gerets toucherait un salaire mensuel de 250 000 euros. Eric Gerets toucherait un salaire mensuel de 250 000 euros. © AFP

La défaite au Mozambique, samedi 9 septembre (0-2), si elle ne disqualifie pas le Maroc pour la CAN 2013, compromet les chances d’Eric Gerets, le sélectionneur belge des Lions de l’Atlas, de conserver son poste. Dominique Cuperly, son adjoint, pourrait lui succéder dans un avenir proche.

Cette fois-ci, la cassure semble définitive. Les derniers soutiens d’Eric Gerets, dont le nombre ne cessait de fondre à vue d’œil depuis l’élimination du Maroc au premier tour de la CAN 2012, se sont rangés derrière l’opinion publique et les médias, qui réclament son départ depuis plusieurs mois.

Selon nos informations, les heures du Lion de Rekem semblent comptées. « Nous sommes arrivés à un point de non-retour », assure Jalal Bouzrara, journaliste à Medi 1 Sat. « Cela devrait bouger très vite. Il a tout le monde contre lui, même ceux qui, comme moi, s’étaient prononcés en faveur de son maintien après la CAN 2012. »

Depuis qu’il s’est installé sur le banc marocain en novembre 2010, Gerets, précédé d’une réputation d’entraîneur charismatique, a souvent été contesté. « Il n’a pas su gérer son groupe. Certains joueurs choisissent le moment où ils veulent venir, comme El Arabi, absent au Mozambique. Ou Taarabt, exclu du groupe, puis rappelé, puis de nouveau exclu et de nouveau rappelé… Gerets n’a pas pu mettre en place son projet », poursuit Bouzrara.

Conditions contractuelles

Mustapha El Haddaoui, ancien international marocain (46 sélections) qui a dirigé en 2010 l’équipe des locaux, a lui aussi son opinion sur l’échec du Belge. « Il ne connaissait pas l’Afrique. Et il aurait été préférable de mettre à ses côtés un adjoint marocain. Gerets n’a pas eu assez de contacts avec les entraîneurs locaux. Il n’a pas écouté les conseils de Nourredine Naybet [un ex-international devenu conseiller du président de la fédération, NDLR]. Son management ne fonctionne pas. Ce sera difficile pour lui de continuer. Même s’il y a un match retour. Et qu’il a un contrat. »

Les conditions contractuelles de l’ex-entraîneur de Marseille laissent supposer que Gerets ne partira pas à n’importe quelle condition. Lié à la Fédération marocaine de Football jusqu’en 2014 et bénéficiant d’un salaire mensuel estimé à 250 000 euros, le technicien belge négocierait actuellement ses indemnités de départ.

Le mieux placé pour lui succéder est son adjoint français Dominique Cuperly (60 ans), même si les pistes locales et notamment celle menant à Mohamed Fakhir, sélectionneur en 2006-2007, ne serait pas définitivement enterrée. Le Ministère des sports a cependant décidé de temporiser avant de prendre une décision concernant Gerets, dont le départ semble pourtant inéluctable.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

La décision est tombée comme un couperet. Le roi du Maroc vient de désavouer le ministre de la Jeunesse et des Sports et demande l'ouverture d'une enquête approfondie sur le scandale de la pelouse du [...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc a confirmé à "Jeune Afrique" avoir envoyé plusieurs F-16 avec leurs pilotes lutter contre l'État islamique en Irak.[...]

Tunisie - Cinéma : la guerre de l'Étoile

Parmi les quinze longs-métrages en compétition au Festival international du film de Marrakech, plusieurs belles surprises. Comme "L'Orchestre des aveugles", de Mohamed Mouftakir.[...]

Maroc : la plus grande ferme éolienne d'Afrique entre en service

 L'exploitation commerciale du parc éolien de Tarfaya, au Maroc, a démarré. D'une capacité globale de 300 mégawatts, cette ferme éolienne peut produire environ 1 000 Gwh[...]

Marocains et Sénégalais, frères spirituels

Témoins des solides liens cultuels et commerciaux entre le royaume chérifien et le Sénégal, des milliers de Marocains vivent à Dakar. Et ils y sont bien dans leurs babouches.[...]

Les pays africains les plus "risqués" pour les entreprises

 Le cabinet de conseil Control Risks présente l'édition 2015 de sa carte annuelle des risques sécuritaires et économiques à travers le monde. Intitulée "le nouveau[...]

Burkina : Blaise Compaoré, jours tranquilles à Casablanca

C'est dans une vaste villa mise à leur disposition par un ami du couple et située non loin de Casablanca que, selon nos informations, l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré et son[...]

Maroc : après la disparition d'Ahmed Zaïdi, naufrage ou renaissance de l'USFP ?

La disparition tragique du député marocain Ahmed Zaïdi a conforté ses camarades dans leur décision de quitter l'Union socialiste des forces populaires (USFP). [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers