Extension Factory Builder
13/09/2012 à 12:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président sénégalais Macky Sall le 6 juillet 2012 à Paris AFP. Le président sénégalais Macky Sall le 6 juillet 2012 à Paris AFP. © Bertrand Guay/AFP

Les députés sénégalais ont adopté en urgence, mercredi 12 septembre au soir, des projets de loi prévoyant la suppression du Sénat et de la vice-présidence de la République. Les budgets de ces institutions - plus de 15 millions d'euros - doivent être redéployés, notamment pour aider les familles touchées par de récentes inondations catastrophiques.

Dans la soirée du mercredi 12 septembre, les députés sénégalais se sont réunis en plénière afin de voter des projets de lois très importants pour l’organisation des pouvoirs de la République. Adoptés à la majorité des présents, ceux-ci prévoient rien de moins que la suppression du Sénat et de la vice-présidence, deux institutions très décriées car elles coûtent beaucoup d’argent en ces temps de crise financière et de restrictions budgétaires.

« Le Sénat et la vice-présidence n'ont été d'aucune valeur ajoutée pour la démocratie sénégalaise », a déclaré à la presse un député de la majorité présidentielle, Moustapha Diakhaté. Les projets de lois seront prochainement présentés au Sénat, qui devra voter en quelque sorte son auto-dissolution, puis au Congrès, c’est à dire à la réunion des deux chambres de la représentation nationale. Enfin, ce sera au président de la République en personne, Macky Sall, de valider les modifications apportées par les élus.

Les 45 membres du Sénat étaient élus par les grands électeurs et 55 étaient nommés par le chef de l'État. Les élections prévues dimanche le 16 septembre pour renouveler cette chambre dont ont été de fait annulées.

Polémique

Le 29 août dernier, Macky Sall avait annoncé vouloir procéder à la suppression du Sénat pour redéployer son budget – pas loin de 8 milliards de F CFA ( plus de 12 millions d’euros) afin de lutter contre les inondations qui ont fait de nombreuses victimes ces dernières semaines au Sénégal.

Quant au poste de vice-président auquel était affecté un budget annuel de deux milliards de francs CFA (plus de 3 millions d'euros), il n'a jamais été occupé depuis sa création en juin 2009. L’institution avait été au cœur d’une immense polémique en juin 2011 quand l’ancien président, Abdoulaye Wade, avait essayé de faire adopter un projet de loi prévoyant qu'en cas de démission, d'empêchement définitif ou de décès en cours de mandat, le président de la République serait remplacé par le vice-président. Beaucoup avaient alors soupçonné Wade de vouloir nommer son fils et ministre, Karim Wade, à ce poste stratégique.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Giresse : 'Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?'

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement viole[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Sénégal : l'affaire Wade

Le procès Karim Wade, véritable marathon judiciaire entamé le 31 juillet 2014 à Dakar, s'est achevé ce 19 février. Jugement attendu le 23 mars. L'enjeu est[...]

Sénégal : Macky Sall fait les yeux doux à la Casamance

Le président sénégalais a entamé jeudi une tournée d'une semaine en Casamance. Annonces en faveur du tourisme local, développement de son assise politique dans la région,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120913115554 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120913115554 from 172.16.0.100