Extension Factory Builder
13/09/2012 à 12:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une voiture incendiée près de l'ambassade américaine au Caire, le 13 septembre 2012. Une voiture incendiée près de l'ambassade américaine au Caire, le 13 septembre 2012. © AFP

Des manifestants yéménites ont pris d'assaut, jeudi 13 septembre, l'ambassade américaine à Sanaa. Comme en Libye et en Égypte, ils protestent contre la diffusion d'"Innocence of Muslims", un film anti-islam produit aux États-Unis. On compterait un mort parmi les assaillants.

La vague de colère provoquée par le film islamophobe « Innocence of Muslims » (« L'innocence des Musulmans »), à l'origine de l'attaque meurtrière contre le consulat américan de Benghazi, en Libye, continue de déferler dans le monde arabo-musulman. Dans la matinée du 13 septembre, plusieurs milliers de manifestants ont pris d'assaut l'ambassade des États-Unis à Sanaa, avant d'être dispersés par la police.

Les manifestants sont entrés dans l'enceinte de l'ambassade, aux cris de "O prophète, O Mohammad", et ont mis le feu à des véhicules diplomatiques qui y étaient stationnés. La police yéménite a réussi à les disperser après des échauffourées, évacuant les jeunes gens qui avaient pénétré à l'intérieur du bâtiment. La police, tirant en l'air et faisant usage de canons à eau, a réussi à disperser rapidement les manifestants, selon un correspondant de l'AFP sur place. Mais les protestataires sont revenus à la charge un peu plus tard et l'un d'eux été tué et cinq blessés par des tirs de la police qui les a empêchés de pénétrer de nouveau dans l'enceinte de la chancellerie, selon les services de sécurité.

La vidéo polémique diffusée sur internet, très dénigrante pour l'islam, a provoqué de vives réactions dans plusieurs pays arabes. En Libye, l'attaque du 11 septembre du consulat des États-Unis à Benghazi a coûté la vie à quatre Américains, dont l'ambassadeur Chris Stevens. En Égypte, des heurts opposaient jeudi matin devant l'ambassade des États-Unis au Caire des manifestants égyptiens à la police.

Coopération

Le président égyptien, l'islamiste Mohamed Morsi, a condamné jeudi les « atteintes » contre le prophète Mahomet après la diffusion du film, tout en rejetant la violence. « Nous, les Égyptiens, nous refusons tout type d'agression ou d'insulte à notre prophète (...) » a déclaré M. Morsi dans une allocution diffusée par la télévision d'État. « J'appelle tout le monde à ne pas contrevenir à la loi en Égypte et (...) à ne pas agresser les ambassades », a-t-il ajouté.

Plus tôt jeudi, la Maison Blanche a indiqué que le président Barack Obama avait appelé les dirigeants d'Égypte et de Libye pour discuter de leur coopération dans le domaine de la sécurité après l'attaque de Benghazi et les manifestations du Caire.

M. Obama a demandé à la Libye de collaborer avec Washington afin d'arrêter et traduire en justice les auteurs des meurtres de l'ambassadeur américain et de trois autres Américains. Il a aussi pressé l'Égypte de respecter ses engagements en matière de protection des légations des États-Unis et de leur personnel.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Un an et demi après une attaque terroriste qui a entraîné la mort de 40 salariés et la destruction d'une partie de ses infrastructures, le complexe gazier d'In Amenas, en Algérie, redémarre[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Amara Benyounes : "Bouteflika, la Constitution algérienne et nous"

Leader de la troisième force politique du pays, le ministre du Commerce revient sur le processus de révision du texte fondamental. Et détaille les amendements proposés par son mouvement.[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Libye : violents combats à Benghazi, l'aéroport touché

De violents entre les forces du général rebelle Khalifa Haftar et des miliciens islamistes ont fait samedi au moins dix morts à Benghazi, la grande ville de l'est de la Libye. L'aéroport a[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Libye : Mohamed Ali Ghatous kidnappé à Misrata

L'ex-directeur de cabinet de l'ancien Premier ministre libyen Ali Zeidan, Mohamed Ali Ghatous, a été kidnappé le 19 août.[...]

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex