Extension Factory Builder
13/09/2012 à 12:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une voiture incendiée près de l'ambassade américaine au Caire, le 13 septembre 2012. Une voiture incendiée près de l'ambassade américaine au Caire, le 13 septembre 2012. © AFP

Des manifestants yéménites ont pris d'assaut, jeudi 13 septembre, l'ambassade américaine à Sanaa. Comme en Libye et en Égypte, ils protestent contre la diffusion d'"Innocence of Muslims", un film anti-islam produit aux États-Unis. On compterait un mort parmi les assaillants.

La vague de colère provoquée par le film islamophobe « Innocence of Muslims » (« L'innocence des Musulmans »), à l'origine de l'attaque meurtrière contre le consulat américan de Benghazi, en Libye, continue de déferler dans le monde arabo-musulman. Dans la matinée du 13 septembre, plusieurs milliers de manifestants ont pris d'assaut l'ambassade des États-Unis à Sanaa, avant d'être dispersés par la police.

Les manifestants sont entrés dans l'enceinte de l'ambassade, aux cris de "O prophète, O Mohammad", et ont mis le feu à des véhicules diplomatiques qui y étaient stationnés. La police yéménite a réussi à les disperser après des échauffourées, évacuant les jeunes gens qui avaient pénétré à l'intérieur du bâtiment. La police, tirant en l'air et faisant usage de canons à eau, a réussi à disperser rapidement les manifestants, selon un correspondant de l'AFP sur place. Mais les protestataires sont revenus à la charge un peu plus tard et l'un d'eux été tué et cinq blessés par des tirs de la police qui les a empêchés de pénétrer de nouveau dans l'enceinte de la chancellerie, selon les services de sécurité.

La vidéo polémique diffusée sur internet, très dénigrante pour l'islam, a provoqué de vives réactions dans plusieurs pays arabes. En Libye, l'attaque du 11 septembre du consulat des États-Unis à Benghazi a coûté la vie à quatre Américains, dont l'ambassadeur Chris Stevens. En Égypte, des heurts opposaient jeudi matin devant l'ambassade des États-Unis au Caire des manifestants égyptiens à la police.

Coopération

Le président égyptien, l'islamiste Mohamed Morsi, a condamné jeudi les « atteintes » contre le prophète Mahomet après la diffusion du film, tout en rejetant la violence. « Nous, les Égyptiens, nous refusons tout type d'agression ou d'insulte à notre prophète (...) » a déclaré M. Morsi dans une allocution diffusée par la télévision d'État. « J'appelle tout le monde à ne pas contrevenir à la loi en Égypte et (...) à ne pas agresser les ambassades », a-t-il ajouté.

Plus tôt jeudi, la Maison Blanche a indiqué que le président Barack Obama avait appelé les dirigeants d'Égypte et de Libye pour discuter de leur coopération dans le domaine de la sécurité après l'attaque de Benghazi et les manifestations du Caire.

M. Obama a demandé à la Libye de collaborer avec Washington afin d'arrêter et traduire en justice les auteurs des meurtres de l'ambassadeur américain et de trois autres Américains. Il a aussi pressé l'Égypte de respecter ses engagements en matière de protection des légations des États-Unis et de leur personnel.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le nom du nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion est désormais connu. Il s'agit de Abdellatif Zaghnoun, actuel directeur général des impôts. Pur produit [...]

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

Les négociations interlibyennes, qui se déroulent actuellement à Genève, pourraient se délocaliser en Libye, du moins si les conditions de sécurité y sont "suffisantes",[...]

Abdellah Taïa, une errance parisienne

Tourmenté, l'écrivain Abdellah Taïa semble l'être autant que les personnages de son nouveau roman, une prostituée et un transsexuel exilés en France. Comme eux, il poursuit une longue[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

Tunisie : la demi-surprise du chef

En désignant Habib Essid, un technocrate indépendant, au poste de Premier ministre, le président se prémunit contre l'accusation de monopolisation du pouvoir par un seul parti.[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord de paix peut être signé au Mali dans moins de six mois"

Présent à Addis-Abeba pour le Sommet de l'Union africaine, le ministre algérien des Affaires étrangères et médiateur en chef des négociations de paix au Mali, Ramtane Lamamra, se[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

Tunisie : pourquoi le Sud a choisi Marzouki à la présidentielle

Négligés depuis l'indépendance par le pouvoir central, les électeurs tunisiens du Sud ont massivement voté pour le président sortant, perçu comme l'homme de la vraie rupture[...]

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

L'archevêque émérite Desmond Tutu est l'ancien président de The Elders et le co-fondateur de Filles, pas épouses : le partenariat mondial pour la fin du mariage des enfants. Nyaradzayi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120913113354 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120913113354 from 172.16.0.100