Extension Factory Builder
12/09/2012 à 19:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L’ex-ministre est accusé d’avoir pris part à une 'escroquerie internationale'. L’ex-ministre est accusé d’avoir pris part à une "escroquerie internationale". © AFP

Arrêté depuis le 1er septembre, l’ancien ministre togolais Pascal Bodjona s’est vu signifier, mardi 11 septembre, son inculpation pour "complicité d'escroquerie" par la justice togolaise. Il est soupçonné d'avoir joué un rôle important dans une arnaque à la nigériane qui a couté 48 millions de dollars à un homme d'affaires émirati.

Pascal Bodjona « a été inculpé et placé sous mandat de dépôt mardi soir » par le juge d'instruction, a indiqué à l’AFP Me Raphaël Kpandé-Adzaré, l'un des avocats de l’ancien ministre togolais. Ce sont des faits de « complicité d'escroquerie » qui sont reprochés à M. Bodjona, arrêté le 1er septembre à Lomé et gardé depuis à la gendarmerie nationale dans le cadre de l'affaire, qualifiée « d’escroquerie internationale ».

Me Kpandé-Adzaré clame l'innocence de son client, faisant état d’un « acharnement contre » l'ancien ministre, dans le cadre d’une « procédure irrégulière et complètement viciée ». Proche du président Faure Gnassingbé, Pascal Bodjona a occupé les fonctions de ministre de l'Administration territoriale et de porte-parole du gouvernement togolais de décembre 2007 jusqu’à son éviction surprise du gouvernement, à l’occasion d’un remaniement le 31 juillet dernier.

Le nom de M. Bodjona apparaît dans le cadre d’une affaire d’escroquerie, qui se chiffrerait à 48 millions de dollars. L’affaire met aux prises Bertin Sow Agba, homme d'affaires togolais, et un homme d'affaires émirati, El Youssef Abass. Résident à Abu Dhabi, ce dernier prétend avoir été la cible d’un réseau organisé par M. Agba dans le but de le voler.

Le magot de Robert Gueï

Les membres du réseau seraient parvenus à tromper l’Emirati en utilisant une technique appelée « l’escroquerie à la nigériane » : des individus font croire qu’ils vont bénéficier d’une somme d’argent importante, léguée par un défunt mais bloquée dans une banque. Ils demandent alors une certaine somme à la future victime afin d’être en mesure, prétendent-ils de lever une somme suffisante pour débloquer le magot de la personne décédée. Intéressée par un pourcentage sur la somme finale une fois celle-ci débloquée, la victime peut alors tomber dans le piège et avancer l’argent réclamé. Les faussaires disparaissent alors avec l’argent de la victime.

Cette méthode aurait été employée par M. Agba dans cette affaire, qui se serait présenté comme le mandataire d'un ayant-droit du défunt président ivoirien Robert Gueï. L'histoire est classique : ce dernier aurait laissé à sa mort une fortune estimée à 275 millions de dollars, bloquée sur un compte en banque au Togo. Le prétendu ayant-droit aurait alors demandé l’aide de M. Abass afin de pouvoir accéder au pactole, lui faisant miroiter un alléchant pourcentage. Abass ne reverra évidemment jamais la somme avancée.

Transfert d'argent

La presse togolaise rapporte que l’Emirati aurait été conduit au domicile de M. Bodjona, alors directeur de cabinet (il a occupé le poste de 2005 à 2007) du président Faure Gnassingbé. Peut-être une manoeuvre pour crédibiliser l'affaire.

D’autre part, c’est M. Bodjona qui aurait pris en charge le transfert de l’argent de M. Abass via le Ghana, se faisant alors passer frauduleusement pour le ministre de l’Intérieur. Il se retrouverait donc sérieusement impliqué dans cette affaire. L’homme d’affaire émirati a, d’après une source proche du dossier, « déposé une plainte le 31 août contre M. Bodjona qui comparaissait » initialement au seul titre de témoin dans cette affaire. « Saisi de cette plainte, le parquet l'a transmise à la gendarmerie qui l'a [M. Bodjona] interpellé le 1er septembre » a poursuivi la même source, s’exprimant à l’AFP.

« L'homme d'affaires émirati avait entre-temps accepté un règlement à l'amiable, mais les tractations n'ont rien donné  », a révélé cette source. Ces derniers jours, les avocats de M. Agba ont, pour leur part, défendu l’innocence de leur client et sommé la justice togolaise de le libérer. Les avocats assurent que la Cour suprême a prononcé le 20 juin la remise en liberté provisoire de leur client suite au versement d'une caution de 150 millions de francs CFA (environ 228 000 euros).

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Togo : à Lomé, une manifestation de l'opposition dégénère

Togo : à Lomé, une manifestation de l'opposition dégénère

Le vendredi 21 novembre a été choisi par une partie de l’opposition togolaise réunie au sein du CAP 2015  (Combat pour l’alternance pacifique en 2015) pour exiger des réformes avant [...]

Bénin - Togo : dans les petites localités, le virus Ebola inquiète

Partout en Afrique de l’Ouest, les campagnes de prévention contre l’épidémie d'Ebola s’intensifient surtout dans les capitales et les grandes villes. Mais la contagion ne partant presque[...]

Togo : à Lomé, la police disperse une manifestation d'opposants à Faure Gnassingbé

Des milliers d'opposants ont manifesté vendredi près de l'Assemblée nationale, à Lomé. Ils ont été dispersé par les tirs de gaz lacrymogène de la police.[...]

France - Togo : Kofi Yamgnane piégé...

En 2010, l'ancien ministre de François Mitterrand avait été empêché in extremis de briguer la présidence togolaise. Il était bien résolu à tenter de nouveau sa[...]

Togo : quels candidats pour la présidentielle de 2015 ?

Dans moins de six mois, le Togo organisera une élection présidentielle. Qui seront les challengers du président sortant en 2015 ? Éléments de réponse.[...]

Togo : combien de mandats Faure Gnassingbé peut-il effectuer ?

Depuis la modification constitutionnelle du 31 décembre 2002, le président de la République togolaise est élu à un scrutin uninominal à un seul tour pour un mandat[...]

Présidentielle togolaise 2015 : Faure Gnassingbé, comme dans un fauteuil ?

Faure Gnassingbé n'a peut-être pas réussi à faire oublier qu'il était le fils de son père, mais il a gagné en popularité. Merci l'économie. De quoi envisager[...]

Mode : la vague "nappy" déferle en Afrique

Depuis le début des années 2000, la diaspora vante les bienfaits d'être "nappy". Et en Afrique francophone, certaines adeptes multiplient les initiatives pour se libérer du conformisme[...]

Hydrocarbures : Ouest-Africains, ne comptez pas sur le pipeline !

Censé alimenter le Bénin, le Togo et le Ghana, le gazoduc d'Afrique de l'Ouest ne tient pas ses promesses. Des dysfonctionnements qui commencent à avoir un réel impact sur les économies[...]

Justice française : le Franco-Togolais Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence

Le candidat proclamé à la présidentielle togolaise Kofi Yamgnane a été mis en examen mercredi dans la soirée pour "trafic d'influence".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers