Extension Factory Builder
12/09/2012 à 09:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président malien par intérim Dioncounda Traoré, le 23 août 2012 à Bamako. Le président malien par intérim Dioncounda Traoré, le 23 août 2012 à Bamako. © AFP

Le président malien par intérim, Dioncounda Traoré, a écrit, jeudi 30 août, au secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU). Il lui demande "appui et accompagnement" pour aider le Mali à sortir de la crise.

Le président malien par intérim Dioncounda Traoré accélère le rythme pour tenter de résoudre la crise malienne. Une semaine après avoir formellement demandé l'intervention militaire de la Cedeao, la présidence malienne a annoncé avoir écrit au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, pour lui demander « appui et accompagnement » et permettre à son pays de sortir du marasme.

Le président « Dioncounda Traoré a écrit à Ban Ki-moon. Il demande au SG (secrétaire général) des Nations unies appui et accompagnement pour le Mali », annonce la présidence malienne sur son compte Twitter (@PresidenceMali). Aucune précision supplémentaire n'a été fournie pour le moment.

Une source officielle malienne a confirmé l'information, indiquant que la lettre adressée à M. Ban datait du 30 août, soit deux jours avant la demande formelle d'appui à la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao). Selon la même source, le président malien demande à l'ONU « l'appui et l'accompagnement nécessaires au renforcement de ses capacités, notamment en matière d'assistance humanitaire, de négociation et de réforme des forces de défense et de sécurité».

Rapportant les termes de la lettre, cette source a expliqué que l'appui et l'accompagnement sollicités visent à permettre au pays de résoudre « la pire crise de son existence », avec « les deux tiers de son territoire occupés par des groupes armés » et « les fondements de sa démocratie (qui) sont également menacés ».

Réapparition du capitaine Sanogo

Dans sa lettre datée du 1er septembre et adressée au président de la Cedeao, le chef de l'État ivoirien Alassane Ouattara, Dioncounda Traoré avait sollicité l'aide de l'organisation régionale, notamment au plan logistique, pour reconquérir le nord du Mali occupé depuis plus de cinq mois par des groupes islamistes intégristes armés et alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Il avait toutefois indiqué qu'il ne voulait pas de déploiement de troupes étrangères « combattantes », mais souhaitait un soutien logistique ainsi qu'une participation au maintien de l'ordre une fois les villes du Nord reconquises. La Cedeao dit avoir une force, aux contours encore flous, de quelque 3 300 hommes à la disposition du Mali.

Dans une déclaration télévisée diffusée lundi soir, le chef des auteurs du coup d'État du 22 mars au Mali, le capitaine Amadou Haya Sanogo, a affirmé que les modalités d'une éventuelle aide militaire régionale seront définies par « les services techniques maliens au niveau (des) forces armées et de sécurité » en concertation « avec les autres acteurs extérieurs concernés ».

La Cedeao prévoit, le 17 septembre prochain à Abidjan, une réunion des ministres de la Défense, des Affaires étrangères et de l'Intégration africaine sur la situation au Mali, qui doit être précédée d'une rencontre des chefs d'état-major.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Crash du vol AH5017 : l'enquête s'annonce délicate

Crash du vol AH5017 : l'enquête s'annonce délicate

Le travail des enquêteurs, notamment français, attendus samedi sur le site du crash d'un avion ayant fait 118 victimes dans le nord du Mali s'annonce délicat en raison de la désintégration de l'[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Mali : le gouvernement et six groupes armés signent à Alger une "feuille de route" pour la paix

Après d'âpres tractations et plusieurs mois de blocage, le gouvernement malien et six groupes armés ont signé jeudi à Alger un document sur la "cessation des hostilités". Une[...]

L'épave "désintégrée" du vol AH5017 localisée vers Gossi dans le nord du Mali

L'état-major de l'armée burkinabè a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi avoir localisé dans le nord du Mali l'épave "désintégrée" du DC9[...]

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Réunis à Alger, les groupes armés du Nord-Mali et les autorités maliennes tentent de se mettre d'accord sur une feuille de route commune pour la suite des négociations de paix. [...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers