Extension Factory Builder
11/09/2012 à 17:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ahmed Chafik devra répondre à des accusations de corruption. Ahmed Chafik devra répondre à des accusations de corruption. © AFP

Alors qu’il se trouve aux Émirats arabes unis, Ahmed Chafiq vient d’apprendre qu’il sera arrêté dès qu'il posera le pied sur le sol égyptien. L'ultime Premier ministre de l’ère Moubarak se voit reprocher des faits de corruption.

La décision d'arrêter Ahmed Chafiq vient d’être prononcée ce mardi 11 septembre par la justice égyptienne. L’ancien - et ultime - Premier ministre de l'ex-raïs Hosni Moubarak a trouvé refuge aux Émirats arabes unis depuis sa défaite au second tour de la présidentielle, en juin, face à Mohammed Morsi, candidat des Frères Musulmans.

La justice égyptienne souhaite avoir M. Chafiq à sa disposition dans le cadre d’une enquête pour corruption. Depuis le mois dernier, il avait déjà été placé sur la liste des personnes susceptibles d’être arrêtées lors de leur entrée sur le sol égyptien et à toute sortie du territoire est également interdite.

Un cacique de l’ancien régime

À 71 ans, Ahmed Chafiq est un cacique de l’ancien régime. Militaire de carrière, il a occupé le poste de commandement en chef de l’armée de l’air de 1996 à 2002. Hosni Moubarak lui avait ensuite taillé sur mesure le poste de ministre de l’Aviation civile, qu’il a occupé jusqu’en 2011. Dans ce rôle, il a connu une certaine réussite, en pilotant, avec succès, la rénovation de l’aéroport du Caire et en faisant d’Egypt Air l’une des compagnies aériennes de référence du continent africain. Depuis juin dernier, Chafiq était surveillé de près par la justice égyptienne qui souhaitait déjà l’entendre.

Ses activités en 2002, alors qu’il occupait la présidence d’une association de pilotes militaires en parallèle à son poste de ministre, ont suscité les interrogations de la justice. Il est soupçonné d’avoir vendu un terrain de 40 000 hectares qui était la propriété de son association à un prix moindre aux fils de l’autocrate déchu, Gamal et Alaa Moubarak. Dans cette affaire, la justice égyptienne a prononcé le renvoi au tribunal du septuagénaire. Les deux bénéficiaires, actuellement en détention préventive au Caire, seront, pour leur part, traduits devant une cour pénale.

Hosni Moubarak avait désigné Chafiq Premier ministre le 29 janvier 2011, quelques jours seulement avant sa chute, dans une tentative désespérée du raïs pour calmer la rue cairote. Mais l’homme avait démissionné un mois plus tard, le 3 mars 2011. Au cours de la révolution égyptienne, il s’était toutefois démarqué du régime chancelant en se montrant très ferme à l’égard des manifestants pro-Moubarak qui s’en étaient pris aux révolutionnaires.

Fuite ou exil

Candidat à la présidentielle de juin, il avait terminé second lors du premier tour avec 23,6% des suffrages, avant d’être défait par Mohammed Morsi au deuxième tour (51,73% contre 48,27% des voix).

Après sa défaite, Ahmed Chafiq avait quitté l’Égypte pour les Émirats, le 26 juin, en compagnie de sa famille. Il avait fait savoir par la voix de son avocat qu’il ne s’agissait en aucun cas d’une fuite, mais le doute est permis. D’autant plus que l’ancien Premier ministre avait d’abord assuré qu’il ne faisait que transiter par le petit émirat du Golfe, avant d’effectuer la Omra (petit pèlerinage) à La Mecque. Plus de deux mois après, lui qui disait vouloir fonder un parti en Égypte n’a toujours pas regagné les rives du Nil.

Homme réputé intègre, Chafiq a longtemps représenté l'un des seuls membres du régime Moubarak à ne pas être  éclaboussé par des scandales de corruption, de détournement de fonds publics ou d'enrichissement personnel. Il a toujours réfuté les accusations de corruption le concernant et argué qu’elles obéissaient à des motivations politiques, mais a annoncé qu’il retournerait edans son pays « le moment venu ». Le quotidien égyptien Al-Ahram évoque des « raisons de sécurité » pour expliquer ce qu'il faut bien qualifier d'exil.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : 33 morts dans la collision de deux bus dans le sud

Égypte : 33 morts dans la collision de deux bus dans le sud

Trente-trois Egyptiens ont été tués et 41 personnes blessées, dont des étrangers, dans la collision vendredi de deux autocars près de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, dans[...]

Gaza : vers un accord a minima entre Israël et les Palestiniens ?

Israéliens et Palestiniens se sont mis d'accord lundi soir sur la prolongation de vingt-quatre heures du cessez-le-feu en vigueur à Gaza. Cette décision adoptée in extremis, peu avant l'expiration de la[...]

Égypte : trois morts dans des heurts en marge de manifestations pro-Morsi

Trois personnes ont péri vendredi en Égypte dans des heurts en marge de manifestations des partisans du président déchu Mohamed Morsi, a affirmé un responsable de la sécurité, au[...]

Égypte : trois morts dans la répression de la commémoration des massacres de 2013

Au moins trois personnes ont été tuées jeudi au Caire en marge de manifestations des partisans du président déchu Mohamed Morsi qui ont peiné à mobiliser à l'occasion du[...]

Fatma, survivante de Rabaa : "Il y avait du sang partout"

Il y a un an, les autorités égyptiennes dispersaient dans le sang deux sit-ins en soutien à Mohamed Morsi, sur les places Nahda et Rabaa. Une répression d’une rare violence que HRW a[...]

Sissi et le massacre de Rabaa al-Adawiya, le Tian'anmen égyptien

Selon l’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, la tuerie de Rabaa al-Adawiya, perpétrée il y a tout juste un an contre des partisans des Frères musulmans, est[...]

Gaza : prolongation de la trêve pendant cinq jours

Après de nouveaux raids aériens sur Gaza en riposte à des tirs de roquettes, l'Égypte a annoncé mercredi soir la prolongation pour une durée de cinq jours de la trêve entre[...]

Égypte : un an après, Sissi veut tourner la page des massacres d'août 2013

Le 14 août 2013, une répression terrible s’est abattue sur les partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi. Un an après, le maréchal au pouvoir, Abdel Fattah al-Sissi, veut[...]

Répression des Frères musulmans : deux dirigeants de HRW interdits de séjour en Égypte

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a annoncé lundi que deux de ses directeurs ont été interdits d'entrer en Égypte où ils devaient présenter un rapport sur la sanglante répression[...]

DP World en pleine tourmente sur le continent

Alors qu'il aligne les bonnes performances à travers le monde, en Afrique, le troisième opérateur portuaire mondial collectionne les ennuis et les scandales. Le dernier en date, à Djibouti,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers