Extension Factory Builder
11/09/2012 à 14:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats maliens patrouillent non loin de la frontière mauritanienne, en mai 2012. Des soldats maliens patrouillent non loin de la frontière mauritanienne, en mai 2012. © AFP

Bamako a dépêché une équipe d'enquêteurs à Diabali pour tenter de faire toute la lumière sur le massacre de 16 prédicateurs désarmés, dont huit Mauritaniens, ainsi que leur chauffeur, dans la nuit de samedi 8 septembre. À Nouakchott, l'affaire passe très mal.

Lundi 10 septembre, des enquêteurs désignés par le gouvernement malien se sont rendus dans la zone du massacre qui a fait 16 morts (huit Maliens et huit Mauritaniens) dans la nuit de samedi à dimanche dernier. Cette affaire a suscité la colère de la Mauritanie qui s'est empressée de dénoncer un « assassinat collectif » tout en exigeant une enquête indépendante.

Selon un gendarme malien, « une mission nationale composée de gendarmes, de militaires et de civils » s'est rendue dans la journée de lundi à Niono (centre du Mali), département de la localité où se sont déroulés les faits, Diabali. Elle y a été dépêchée « pour l'enquête sur l'affaire » et devait se rendre directement sur place, a-t-il dit.

Bamako a annoncé cette enquête pour tenter de désamorcer la tension avec son voisin, ulcéré de ce qui s'apparente à une énorme bavure des militaires maliens. Selon plusieurs sources rapportées par Jeune Afrique, les prédicateurs auraient été froidement exécutés après avoir été dénoncés à tort par une source de renseignement vraisemblablement malhonnête.

Tiéman Coulibaly à Nouakchott

Quoi qu'il en soit, le Mali a promis de rendre publics les résultats de l'enquête, ainsi que l'envoi à Nouakchott de son chef de la diplomatie, Tièman Coulibaly. Selon des sources concordantes mauritaniennes, M. Coulibaly n'y était pas encore arrivé lundi soir.

D'après le gouvernement malien, celui-ci sera chargé d'exprimer « de vive voix » aux autorités mauritaniennes « la compassion et les regrets » du Mali après le drame de Diabali. Bamako avait déjà dit ses regrets, sans se prononcer sur les circonstances du massacre, ni sur l'identité des tués et les auteurs des tirs.

Dans un communiqué au ton peu diplomatique, Nouakchott a affirmé que les personnes tuées étaient des « prédicateurs musulmans désarmés ». Il a dénoncé un « assassinat collectif injustifiable » et exigé « une enquête indépendante » en demandant à y être associé. Selon un responsable à Nouakchott, des militaires mauritaniens ont reçu l'ordre de se rendre au Mali par la route pour y récupérer les corps des Mauritaniens.

Protestations à Nouakchott

Ces dernières 24 heures, des Mauritaniens ont organisé devant la présidence, à Nouakchott, deux manifestations de protestation contre la tuerie et réclamé des sanctions contre ses auteurs.

Plusieurs zones d'ombres subsistaient lundi autour du drame, qui s'est déroulé à environ 400 kilomètres au nord-est de Bamako, très au sud de la limite des zones contrôlées depuis plus de cinq mois par plusieurs groupes islamistes armés.

Dimanche, diverses sources maliennes avaient expliqué que l'armée malienne avait tiré, de nuit, sur le véhicule de présumés islamistes ayant refusé d'obtempérer, ce qui, selon une des sources, aurait poussé l'armée à les traiter « comme des ennemis ». Un responsable malien a précisé qu'il s'agissait de membres de la secte Dawa, originaire du Pakistan et présente dans plusieurs pays du Sahel.

Un militaire malien a parlé d'une « erreur » de l'armée, refusant toutefois de la qualifier de bavure, thèse déjà évoquée par certains responsables en privé au Mali. Une responsable de la société civile malienne, Mme Fatoumata Siré Diakité, a jugé la tuerie « regrettable » tandis que l'ONG Human Rights Watch (HRW) a parlé d'un « incident effroyable » dans un message à l'AFP.

Nervosité et suspicion

« Aucun élément ne doit être négligé » dans l'enquête, « le gouvernement malien doit suspendre de leurs fonctions les soldats et leurs supérieurs qui sont impliqués, en vue de traduire en justice les responsables de cet acte, quel que soit leur rang », a déclaré Corinne Dufka, chercheuse senior de HRW sur l'Afrique de l'Ouest. « La justice doit être rendue, et ce, de manière visible », a-t-elle insisté.

Ce nouveau fait d'arme de l'armée malienne intervient dans un contexte de nervosité et de suspicion au Mali. Huit jours plus tôt, le Mujao s'est emparé d'une nouvelle ville, Douentza (région de Mopti, centre), proche du Nord. Les islamistes, qui ont évincé de leurs zones d'anciens alliés rebelles touaregs, ont promis d'instaurer la charia (loi islamique) au nom de laquelle ils ont commis des exactions dans le Nord.

Ils ont récidivé lundi à Gao (nord-est) où, selon des témoins, ils ont coupé la main et le pied de quatre hommes accusés d'avoir braqué un car de voyageurs. Un habitant de Gao a indiqué que le Mujao a promis le même sort à un cinquième présumé braqueur.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Soumaïla Cissé : 'IBK n'a pas de feuille de route' pour le Mali

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

À l'ONU, le gouvernement malien dit vouloir dialoguer avec les groupes rebelles

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères, a affirmé mercredi devant le Conseil de sécurité des Nations unies sa volonté de mener rapidement des négociations avec[...]

Mali : accusé de complicité d'assassinat, Sanogo encourt la peine de mort

Le général putschiste Amadou Haya Sanogo a vu les accusations le visant s'alourdir. En plus de complicité d'enlèvement, il doit répondre depuis le 22 avril du chef de complicité[...]

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces