Extension Factory Builder
11/09/2012 à 13:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dominique de Villepin a été entendu dans une nouvelle affaire. Dominique de Villepin a été entendu dans une nouvelle affaire. © AFP

L’ancien ministre des Affaires étrangères Dominique de Villepin est une nouvelle fois au centre de l'actualité judiciaire en France. Placé en garde à vue, et entendu par des enquêteurs dans le cadre de "l’affaire Relais et Châteaux", il est soupçonné d'avoir menacé plusieurs témoins encombrants afin de protéger un de ses proches.

Dominique de Villepin a été mis en examen et placé en garde à vue dans le cadre d'une affaire pour abus de confiance et escroquerie, le 11 septembre à Paris, par les gendarmes. L’ancien Premier ministre a été sommé de s’expliquer sur le rôle qu’il a tenu dans le « dossier Relais et Châteaux ».

"L’affaire Relais et Châteaux"

Le président et fondateur du parti République solidaire, qui n’a pu se présenter à la présidentielle française d’avril dernier, faute de parrainages suffisants, est l’un des meilleurs amis de l’ancien président de Relais et Châteaux, Régis Bulot, incarcéré depuis novembre dernier dans le cadre de l'affaire du même nom, rapporte Le Monde. M. Bulot, âgé de 64 ans, a été mis en examen pour abus de confiance, escroquerie en bande organisée et blanchiment d’argent. Il est soupçonné d’avoir détourné 1,6 million d’euros au sein de la chaîne d’hôtels de luxe et de restaurants gastronomiques, entre 2002 et 2008. Ces sommes auraient été reversées en liquide par des fournisseurs à qui des prestations avaient été surfacturées.

Le système de surfacturation était en fait bien rôdé : comme le détaille le quotidien français, M. Bulot aurait instauré un système de commissions occultes pour l’impression du guide de la prestigieuse enseigne, publié chaque année.

Pressions

Craignant que l’arrivée d’un nouveau président à la tête du groupe en 2006 ne fasse resurgir ces combines douteuses, M. Bulot aurait demandé de l’aide à son vieil ami. Ce dernier aurait alors fait pression sur le nouveau président du groupe, Jaume Tapiès, afin qu’il se fasse discret sur cette affaire. L’opération aurait été un succès puisque le 12 janvier 2010, au cours d’une conversation téléphonique, relatée par Le Monde, l’ancien Premier ministre se vantait auprès de son ami d’ « avoir fait une trouille dix fois au-dessus de ce qu'ils imaginaient » à la nouvelle équipe dirigeante de la chaîne hôtelière.

Mais le nouveau président de la chaîne hôtelière aurait également fait des confidences à M. de Villepin, ce qui lui fera dire, au cours de la même conversation : « Ce qu'ils m'ont dit, permet de faire le plus gros feu d'artifice des prochaines années, à supposer que l'affaire Clearstream s'arrête. » L’ancien premier Ministre aurait lâché à Jaume Tapiès : « Si un jour on s'intéresse à savoir quel est l'homme politique qui a couché avec qui dans quelle chambre, vous êtes morts... ».

Cette déclaration renvoie à un second volet de l’affaire : les généreuses gratifications accordées par la chaîne d’hôtels de luxe à ces plus généreux clients. Le Monde évoque des nuitées gratuites, gracieusement accordées à Xavier Darcos, ancien ministre déléguée à la Coopération, au Développement et à la Francophonie notamment. Sans surprise, M. Bulot jure que son ami M. de Villepin n’a, pour sa part, jamais bénéficié de tels avantages.

Une vieille connaissance des parquets

Reste à voir quel est le degré d’implication M. de Dominique de Villepin dans le dossier. Les menaces semblent en effet être allées très loin puisqu’un restaurateur du groupe, Alain Ducasse, serait allé jusqu’à déclarer au cours d’une conversation téléphonique qu’il fallait « vite couper la tête » au successeur de M. Bulot.

Dominique de Villepin est un habitué des affaires judicaires. Relaxé dans l’affaire Clearstream, qu’il décrit comme une « chasse à l’homme » menée par Nicolas Sarkozy, l’ancien ministre des Affaires étrangères a également été cité dans l’affaire Bourgi, et accusé par Ziad Takieddine d’avoir tenu un rôle important dans l’organisation des réseaux chiraquiens qui avaient pour mission de récolter l’argent des rétro-commissions du contrat Agosta.

(Avec agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des[...]

Aqpa - Yémen : 205 attaques, dont celle de "Charlie Hebdo", en seulement trois mois

Comme une ONG sérieuse, Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a publié un rapport trimestriel de ses activités, incluant notamment l'attaque en France contre le journal "Charlie[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120911122540 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120911122540 from 172.16.0.100