Extension Factory Builder
11/09/2012 à 09:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des djihadistes d'Ansar Eddine, mouvement allié à Aqmi. Des djihadistes d'Ansar Eddine, mouvement allié à Aqmi. © Reuters

Selon plusieurs témoignages, les seize prédicateurs islamistes d'une secte pakistanaise abattus par l'armée malienne, dans la nuit du 8 au 9 septembre, ont été froidement exécutés. Un massacre qui donne du grain à moudre à la propagande islamiste.

Dans la nuit du 8 au 9 septembre, entre 21 heures et 1 heure du matin, seize prédicateurs islamistes – huit mauritaniens et huit maliens - de la secte pacifique basée au Pakistan, Jama'at Tabligh, ainsi que leur chauffeur, ont été fusillés par l'armée malienne dans le petit village de Diabali (Centre), à 430 km au Nord de Bamako.

Un agent de renseignement apparemment malhonnête aurait été à l’origine du drame. « Il a dit aux militaires maliens : "il y a une voiture pleine de salafistes qui fonce vers vous, donc vous n’avez pas besoin d’aller au Nord-Mali pour les tuer"», témoigne Sid'Ali Ould Oumar, parent d’une des victimes maliennes.

« Le poste d’entrée à Diabali a bien enregistré les prêcheurs à leur arrivée dans le village, mais c’est à la sortie que les militaires les ont arrêtés avant de les massacrer », affirme Moussa Boubacar Bâ, chargé de la jeunesse au Haut Conseil islamique du Mali (HCI). Une information confirmée par une source de la gendarmerie qui ajoute : « Les militaires les ont amené dans l’obscurité dans la périphérie du village avant de les fusiller, l’un après l’autre ».

"Bastonné et torturé"

Même le chauffeur des religieux, Khatra Ould Elbéchir, a été exécuté. Son frère Hassan, contacté par Jeune Afrique, raconte la scène. « Quand les militaires ont commencé à tirer sur les prêcheurs, il a fui mais a été aussitôt rattrapé. On l’a bastonné et torturé avant de le tuer, pourtant il est très connu à Diabali comme chauffeur de transports en commun », affirme-t-il.

À Bamako, ce 10 septembre, le ministère de la Sécurité intérieure et les imams rencontrait les organisateurs du congrès annuel de la secte pour tenter d’apaiser les esprits. « Jama'at Tabligh est un mouvement islamique que je connais très bien, explique Moussa Boubacar Bâ. C’est l’un des mouvements les plus pacifiques au monde et il n’accepte jamais de se mêler de politique. Ses membres prêchent dans les mosquées et dans les rues en demandant aux jeunes de ne pas se droguer, de ne pas boire d’alcool... et dénoncent toutes les pratiques contraires à l’islam de manière pacifique. Ils respectent les non-musulmans et disent que ce sont des gens qui n’ont pas encore compris le message du prophète », poursuit-il.

Instrumentalisation

La secte a commencé avec des prêches pacifiques. Mais à la fin du compte, on s’est retrouvé avec des djihadistes qui contrôlent la ville.

Un habitant de Kidal

Et d’ajouter : « Le chef d’Ansar Eddine, Iyad Ag Ghali, comme d’autres leaders des groupes islamistes armés qui contrôlent le Nord-Mali étaient membres de Jama'at Tabligh. Le jour où il a commencé la politique au nom de l’islam et a pris les armes, le mouvement l’a exclu ». Mais à Kidal, on se rappelle avec amertume de l’introduction de la secte. « Chez nous aussi, elle a commencé avec des prêches pacifiques. Mais à la fin du compte, on s’est retrouvé avec des djihadistes qui contrôlent la ville », explique Mossa Ag Ibrahim, un habitant de Kidal.

Des djihadistes qui aujourd’hui tentent d’instrumentaliser le massacre de Diabali. « L’armée malienne a retrouvé ses vieilles pratiques en massacrant ses propres civils sans défense et a démontré une fois de plus son amateurisme. Pourtant elle sait bien où se trouvent les islamistes armées, pourquoi ne vient-elle pas les chercher ? » ironise Sanda Abou Mohamed, porte-parole d’Ansar Eddine à Tombouctou. De son côté, Oumar Ould Hamaha, le chef militaire du Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao, proche d'Aqmi), qui contrôle la ville de Gao, va plus loin.

« Depuis ce massacre de civils musulmans, nous avons compris que le gouvernement malien est un gouvernement mécréant. Nos frères musulmans de Bamako peuvent préparer nos matelas, on arrive… Nous allons planter le drapeau noir de l’islam sur Koulouba », martèle-t-il.

_______

Par Baba Ahmed, à Bamako
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces