Extension Factory Builder
10/09/2012 à 19:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sakhr El-Materi était réfugié au Qatar depuis la chute du régime Ben Ali. Sakhr El-Materi était réfugié au Qatar depuis la chute du régime Ben Ali. © AFP

Le Qatar a annoncé, lundi 10 septembre, qu'il allait expulser Sakhr el-Materi, le gendre du président déchu Zine el-Abidine Ben Ali. La destination future de celui-ci est inconnue pour le moment.

C'est une petite victoire pour les révolutionnaires tunisiens. Lundi, le Qatar a annoncé sa décision d'expulser Sakhr el-Materi, gendre de Zine el-Abidine Ben Ali. Personnalité parmi les plus proches de l'ancien président tunisien, mais aussi parmi les plus détestées du pays, il était établi à Doha depuis le soulèvement qui a renversé le régime de son beau-père en janvier 2011.

« À la demande du président Moncef Marzouki (...), l'émir du Qatar, Cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani, a décidé par décret l'expulsion de Sakhr el-Materi », a declaré un porte-parole de la présidence tunisienne. Cette annonce coïncide avec le voyage, lundi, du président tunisien Moncef Marzouki pour le Qatar. Il doit y assister à une conférence sur la restitution des biens spoliés dans les pays du « Printemps arabe », à l'invitation de l'émir qatari.

Selon la communication de la présidence tunisienne, le Qatar a assuré Moncef Marzouki de sa disposition à apporter tout le soutien technique et juridique nécessaire à l'identification des comptes bancaires et avoirs détournés par les proches de l'ex-raïs.

Dauphin potentiel

Sakhr el-Materi, homme d'affaires de 31 ans, était réputé être le gendre préféré de l'ancien couple présidentiel. Il était souvent présenté comme un dauphin potentiel de Ben Ali avant le soulèvement populaire de l'hiver 2011.

Il avait fui la Tunisie avant la chute du régime pour se réfugier au Qatar avec son épouse Nesrine, la fille aînée de Ben Ali. Patron de Princess Holding, il était actif dans tous les domaines d'activité économique en Tunisie. Ses avoirs ont été confisqués ou placés sous administration de l'État. Il est sous le coup de condamnations à de la prison ferme dans de multiples affaires de corruption et continue d'être l'objet de poursuites judiciaires.

"Restituer les avoirs détournés"

« La Tunisie continuera de demander à tous les pays qui accueillent des proches de l'ancien président de les livrer à la justice de leur pays et de restituer leurs avoirs détournés », a ajouté le porte-parole de la présidence.

En juillet, l'État tunisien avait annoncé la cession de ses parts saisies dans le capital de l'opérateur Tunisiana, détenu à 75% par Qatar Telecom, ainsi que dans la société Ennakl Automobiles, concessionnaire de Volkswagen.

Tunis a plusieurs fois demandé, en vain, l'explusion de Ben Ali, réfugié en Arabie Saoudite avec son épouse Leïla Trabelsi depuis leur fuite du 14 janvier 2011. L'ex-président a été condamné à la réclusion à perpétuité dans plusieurs affaires pour corruption ou complicité de meurtres de manifestants lors du soulèvement qui l'a chassé du pouvoir.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Afflux de milliers de migrants libyens à la frontière tunisienne

Afflux de milliers de migrants libyens à la frontière tunisienne

Fuyant les combats entre milices à Tripoli ou à Benghazi, plusieurs milliers de Libyens tentent de passer la frontière tunisienne, ce qui pose des problèmes sanitaires et sécuritaires.[...]

Du Maroc à l'Égypte, opération barricades contre le terrorisme

Face à la menace de multiples groupes armés, les pays d'Afrique du Nord se retranchent derrière leurs frontières. Mais la nécessité de passer à l'offensive se fait de plus[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Tunisie : Ali Laarayedh... consensuel, vraiment ?

Son passage au gouvernement n'a pas laissé que des bons souvenirs aux Tunisiens, entre échec économique et complaisance envers les salafistes. Pourtant, Ennahdha a fait d'Ali Laarayedh son[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Tunisie : deux soldats tués dans un échange de tirs avec des "terroristes"

Deux soldats tunisiens ont été tués samedi dans un échange de tirs avec des "terroristes" près de la frontière algérienne, a annoncé le ministère de la[...]

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers