Extension Factory Builder
10/09/2012 à 19:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sakhr El-Materi était réfugié au Qatar depuis la chute du régime Ben Ali. Sakhr El-Materi était réfugié au Qatar depuis la chute du régime Ben Ali. © AFP

Le Qatar a annoncé, lundi 10 septembre, qu'il allait expulser Sakhr el-Materi, le gendre du président déchu Zine el-Abidine Ben Ali. La destination future de celui-ci est inconnue pour le moment.

C'est une petite victoire pour les révolutionnaires tunisiens. Lundi, le Qatar a annoncé sa décision d'expulser Sakhr el-Materi, gendre de Zine el-Abidine Ben Ali. Personnalité parmi les plus proches de l'ancien président tunisien, mais aussi parmi les plus détestées du pays, il était établi à Doha depuis le soulèvement qui a renversé le régime de son beau-père en janvier 2011.

« À la demande du président Moncef Marzouki (...), l'émir du Qatar, Cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani, a décidé par décret l'expulsion de Sakhr el-Materi », a declaré un porte-parole de la présidence tunisienne. Cette annonce coïncide avec le voyage, lundi, du président tunisien Moncef Marzouki pour le Qatar. Il doit y assister à une conférence sur la restitution des biens spoliés dans les pays du « Printemps arabe », à l'invitation de l'émir qatari.

Selon la communication de la présidence tunisienne, le Qatar a assuré Moncef Marzouki de sa disposition à apporter tout le soutien technique et juridique nécessaire à l'identification des comptes bancaires et avoirs détournés par les proches de l'ex-raïs.

Dauphin potentiel

Sakhr el-Materi, homme d'affaires de 31 ans, était réputé être le gendre préféré de l'ancien couple présidentiel. Il était souvent présenté comme un dauphin potentiel de Ben Ali avant le soulèvement populaire de l'hiver 2011.

Il avait fui la Tunisie avant la chute du régime pour se réfugier au Qatar avec son épouse Nesrine, la fille aînée de Ben Ali. Patron de Princess Holding, il était actif dans tous les domaines d'activité économique en Tunisie. Ses avoirs ont été confisqués ou placés sous administration de l'État. Il est sous le coup de condamnations à de la prison ferme dans de multiples affaires de corruption et continue d'être l'objet de poursuites judiciaires.

"Restituer les avoirs détournés"

« La Tunisie continuera de demander à tous les pays qui accueillent des proches de l'ancien président de les livrer à la justice de leur pays et de restituer leurs avoirs détournés », a ajouté le porte-parole de la présidence.

En juillet, l'État tunisien avait annoncé la cession de ses parts saisies dans le capital de l'opérateur Tunisiana, détenu à 75% par Qatar Telecom, ainsi que dans la société Ennakl Automobiles, concessionnaire de Volkswagen.

Tunis a plusieurs fois demandé, en vain, l'explusion de Ben Ali, réfugié en Arabie Saoudite avec son épouse Leïla Trabelsi depuis leur fuite du 14 janvier 2011. L'ex-président a été condamné à la réclusion à perpétuité dans plusieurs affaires pour corruption ou complicité de meurtres de manifestants lors du soulèvement qui l'a chassé du pouvoir.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex