Extension Factory Builder
10/09/2012 à 18:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des combattants du Mujao, à Gao, en août 2012. Des combattants du Mujao, à Gao, en août 2012. © AFP

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) aurait, selon des témoins, coupé le pied gauche et la main droite d’un présumé voleur, à Gao, lundi 10 septembre. Un châtiment exécuté en place publique, alors que trois autres de même nature auraient eu lieu précédemment, "en privé", et qu'un cinquième serait en préparation.

Mis à jour le 11/09 à 09h32.

Le Mujao a une nouvelle fois appliqué sa « justice », pour le moins sommaire, au Mali. Lundi 10 septembre, des témoins, joints par l’agence de presse Xinhua, ont rapporté que les islamistes avaient coupé la main droite et le pied gauche d’un présumé voleur, sur la place publique de Gao.

« Lorsque les gens du Mujao ont amené cet homme à la place publique de Gao, nous leur avons demandé ce qu'ils reprochaient à ce jeune d'une trentaine d'années. Les mêmes gens du Mujao nous ont fait savoir que cet homme et quatre autres personnes avaient volé », ont indiqué les témoins de la scène.

"Personne ne peut nous empêcher de faire ça"

Selon ces mêmes personnes, au moins trois des quatre autres voleurs présumés avaient déjà subi le même châtiment « en privé ». « Ils avaient déjà coupé les pieds gauches et les mains droites des autres voleurs [l'un d'eux serait en fait dans l'attente de l'application de la peine, NDLR]. Ils nous ont dit : "Nous avons décidé d'amener le 5e sur la place publique de Gao afin que tout le monde le voit"», ont encore expliqué les témoins. Les responsables du Mujao reprocheraient à ces cinq condamnés de s’être attaqués à des voyageurs, il y a environ un mois, alors que ceux-ci partaient à Niamey, au Niger.

Ces mêmes islamistes avaient pratiqué, mercredi 8 août à Ansongo, leur première amputation d'un voleur présumé. « C'est la loi de Dieu. (...) Personne ne peut nous empêcher de faire ça », avaient-ils alors déclaré. Ils avaient également assuré qu'ils ne s’arrêteraient pas là. Ils ont vraisemblablement tenu parole.

(Avec Xinhua)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : 3 Casques bleus blessés dans l'explosion d'une mine, le chef de la Minusma indemne

Mali : 3 Casques bleus blessés dans l'explosion d'une mine, le chef de la Minusma indemne

Trois Casques bleus ont été blessés au Mali, jeudi, dans l'explosion d'une mine au passage de leur convoi dans lequel avait pris place le commandant en chef de la Minusma, le général danois Micha[...]

Terrorisme : quand Hollande joue les cow-boys au Mali

Au Mali, le président français n'hésite plus à ordonner des assassinats ciblés contre les chefs jihadistes. Une "neutralisation" sans autre forme de procès.[...]

"O Ka" : Souleymane Cissé le justicier

À partir de l'expulsion de ses soeurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.[...]

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers