Extension Factory Builder
10/09/2012 à 17:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nabil Mekloufi, l'un des chefs d'Al-Qaïda au Sahel, a perdu la vie ce week-end. Nabil Mekloufi, l'un des chefs d'Al-Qaïda au Sahel, a perdu la vie ce week-end. © DR

Nabil Makloufi, chef adjoint d’Aqmi pour la région du Sahel, a trouvé la mort samedi soir dans un accident de voiture dans le nord du Mali. L’Algérien semblait appelé à prendre prochainement du galon.

On l’aurait plus sûrement imaginé mourir les armes à la main, « en martyr ». Finalement, c’est un banal accident de voiture qui aura eu raison de Nabil Makloufi, chef adjoint d’Al-Qaïda au Sahel. « Nabil Makloufi a été rappelé à Dieu samedi soir. Il est mort avec d'autres "frères" dans un accident de voiture entre Gao (nord-est) et Tombouctou (nord-ouest) », au Mali, a précisé un responsable d’Aqmi pour la région de Gao à l’AFP.

Un responsable du groupe Ansar Dine à Tombouctou a confirmé l’information et précisé que c’était Nabil Makloufi lui-même qui était au volant du véhicule lorsque l'accident est survenu. L’information relatant la mort de l’Algérien a également été relayée par Sahara Medias. Ce site privé mauritanien d'information est généralement bien au fait des activités des groupes armés dans le nord du Mali. D’après le site, l'accident a eu lieu « à quelque 200 kilomètre à l'ouest de la ville de Gao ».

Le djihadiste était davantage connu sous le nom de Nabil Abou Alqama, pseudonyme qu’il avait adopté pour la lutte armée. Il coordonnait les actions d'Al-Qaïda dans le nord du Mali, zone au centre des attentions depuis qu’elle est tombée aux mains des islamistes, il y a plus de cinq mois. Sahara Medias rapporte que le quadragénaire occupait le poste de chef adjoint d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) pour la zone du Sahara.

Il avait débuté sa « carrière » au sein des GIA (Groupe islamiste armé) dans son pays natal avant de rejoindre le GSPC algérien (Groupement salafiste pour la prédication et le combat), précise Le Matin DZ. La radio RFI rapporte quant à elle que Nabil Mekloufi avait été arrêté par les services secrets algériens il y a quelques années mais avait réussi à s’échapper avant de prendre les chemins du maquis.

Katibas rivales

Il a ensuite gravi progressivement les échelons au sein d’Aqmi (nouvelle appellation adoptée par le GSPC à partir de 2007 après son ralliement à Al-Qaïda) jusqu’à devenir, il y a trois ans, l’homme chargé par Abdelmalek Droukdel de coordonner les différentes katibas dans la zone saharienne. Avant leur réunification, qu’il a amorcée, les différents groupuscules se livraient une lutte sans merci pour la prise d’otage. Certains experts estiment toutefois que l’Algérien a plutôt échoué dans la mission qui lui avait été fixée et que les katibas, loin d’être unies, sont toujours en situation de rivalité.

D'après plusieurs services de sécurité au Sahel, Nabil Makloufi était également le gestionnaire des stocks de l'armement d'Aqmi au Sahel, notamment des explosifs. Il occupait aussi la fonction de chef du Nord-Mali pour la libération d'otages européens, en relation avec les chefs des katibas (unités combattantes) qui les détiennent.

Négociations et formations

L’autorité de Nabil Makloufi était d’ailleurs acceptée par les chefs de katibas tels qu’Abou Zeïd et Mokhtar Belmokhtar. Un ancien médiateur malien, qui aurait travaillé « sur un dossier » avec l’Algérien, relate que ce dernier participait directement aux négociations pour fixer le montant des rançons des otages. Par ailleurs, il incombait également à Nabil Makloufi de s’occuper de la formation des jeunes recrues d’Aqmi.

Le Matin DZ fait état de plusieurs sources qui avançant que Nabil Makloufi serait prochainement désigné « émir du Sahara », autrement dit, numéro un d’Al-Qaïda au Sahel. Son décès pourrait donc poser de sérieux problèmes d’organisation à la nébuleuse terroriste alors qu’une intervention armée de la Cedeao se profile à l'horizon.

(Avec agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Lutte contre Ebola : le Mali sera-t-il le 'troisième bon élève' ?

Lutte contre Ebola : le Mali sera-t-il le "troisième bon élève" ?

À en croire un expert français de retour de Bamako, les 10 à 15 jours prochains détermineront si le Mali est capable de stopper l'épidémie d'Ebola. Ce qui fera de lui le "troisi&egrav[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

En raison de la chute de Blaise Compaoré, les groupes rebelles maliens se sont retrouvés à Niamey avant la reprise des négociations à Alger.[...]

Nord-Mali : deux soldats tués et cinq autres blessés par une mine

Une voiture de l'escorte du ministre malien du Développement rural a sauté mardi sur une mine dans le nord du pays. Deux militaires ont été tués et cinq autres grièvement blessés,[...]

Ebola au Mali : nouveau cas positif, 310 personnes sous surveillance sanitaire

Un nouveau cas d'Ebola a été déclaré samedi au Mali et cette personne a été admise dans une unité de soins intensifs à Bamako, a indiqué un communiqué du[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Mali : IBK et le Boeingate, suite

Ibrahim Boubacar Keïta ne s'est toujours pas exprimé sur les soupçons de fraude qui le visent après la publication du rapport du Vérificateur général sur l'achat de l'avion[...]

Mali : en déplacement, IBK montre l'exemple dans la lutte contre Ebola

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s'est rendu lundi à Kourémalé, dans le sud du pays, près de la frontière avec la Guinée, pour une visite symbolique consacrée[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : précautions et inquiétude chez les Français du Mali

Depuis l'annonce d'un cinquième cas d'Ebola au Mali, la communauté française, forte de 6.000 ressortissants et de 1.400 militaires, y observe avec inquiétude l'arrivée de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces