Extension Factory Builder
10/09/2012 à 14:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nouakchott dénonce un 'assassinat collectif'. Nouakchott dénonce un "assassinat collectif". © AFP

Alors que la moitié des prédicateurs qui ont succombé aux balles de l’armée malienne, dans la nuit de samedi 8 à dimanche 9 septembre, sont des ressortissants mauritaniens,  Nouakchott dénonce un "assassinat collectif" et réclame une "enquête indépendante" afin que lumière soit faite sur ce "crime odieux".

Suite à la fusillade qui a éclaté, pour des raisons obscures, dans la nuit de samedi à dimanche et entraîné la mort de 16 prédicateurs de la secte pacifique Dawa, le gouvernement mauritanien a fait part de son indignation. L’armée malienne a ouvert le feu sur les 16 religieux, dont la moitié étaient de nationalité mauritanienne, car leur voiture aurait refusé de se soumettre à un contrôle routier exercé par les forces de l’ordre. L’armée se justifie en soulignant qu’elle a ouvert le feu sur une voiture qu’étaient censés occuper de « présumés islamistes ». Cet incident a eu lieu dans le centre du Mali, dans la localité de Diabali (environ 175 km au nord de Ségou), quasiment aux limites de la zone contrôlée par les forces régulières maliennes, acculées par les islamistes d’Ansar Eddine et du Mujao.

L’incompréhension et l’indignation de Nouakchott

Dans un communiqué au ton très ferme, Nouakchott a fait part de son indignation en dénonçant un « assassinat collectif » pour qualifier le drame, dans la mesure où les victimes étaient des prédicateurs désarmés.

« Le gouvernement de la République islamique de Mauritanie a appris, avec une indicible consternation, le massacre barbare perpétré dans la nuit du samedi 8 (au) dimanche 9 septembre 2012 dans la localité de Diabali par une unité de l'armée régulière malienne, à l'endroit de seize paisibles prédicateurs musulmans, pour la plupart mauritaniens, qui se rendaient à Bamako », affirme notamment le communiqué, publié dans la nuit de dimanche à lundi.

Nouakchott « dénonce avec la dernière énergie la cruauté de cet assassinat collectif injustifiable de prêcheurs innocents désarmés, par des hommes en armes, revêtus de l'uniforme de l'armée régulière » malienne. Et exprime « sa profonde indignation devant cet acte criminel inqualifiable, commis de sang-froid, sans avertissements, sommations ni interpellations, contre des prédicateurs n'ayant d'autres armes que leur foi, venus porter le message de la paix, de la fraternité et de la tolérance » dans un pays voisin.

Une enquête va être ouverte

Logiquement, la Mauritanie « exige l'ouverture diligente d'une enquête indépendante, aux fins d'élucider les circonstances de ce crime odieux et d'en identifier les auteurs, en vue de les traduire en justice ». Nouakchott précise qu’il « souhaite vivement être associé à cette enquête qui doit être conduite avec le maximum de professionnalisme et de rigueur ».

Le gouvernement malien a déjà fait savoir qu’il « regrette vivement ce douloureux événement ». Au lendemain de la fusillade, il avait également annoncé qu’une « enquête diligente » verrait le jour, enquête dont les résultats seront publiés au Mali et en Mauritanie. Dans un geste visant à prévenir d’éventuelles tensions, le Mali avait annoncé envoyer son ministre des Affaires étrangères, Tièman Coulibaly, sur place afin qu’il manifeste de « vive voix la compassion et les regrets du peuple malien » à la Mauritanie.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

Mokhtar Belmokhtar, 'le Ben Laden du Sahara'

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Justice : deux Mauritaniens condamnés à mort pour l'assassinat des touristes français en 2007

Deux Mauritaniens ont été condamnés à mort par la cour d'appel du tribunal de Nouakchott, pour l'assassinat de quatre touristes français en 2007, a-t-on appris mercredi.[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Mobutu, Bédié, Ben Ali... Ces chefs d'État africains qui ont fui leurs palais

Délogés par des coups d'État, des rébellions ou des révolutions, de nombreux chefs d'État africains ont définitivement quitté leurs palais dans des conditions parfois[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Mauritanie : réélu, Aziz change de Premier ministre

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, investi le 2 août pour un second mandat, a nommé mercredi un nouveau Premier ministre, Yahya Ould Hademine. Cet ancien ministre de l'Équipement et des[...]

Mauritanie : le président Aziz investi pour un second mandat

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, réélu en juin avec près de 82% des voix, a été investi samedi pour un second mandat de cinq ans, promettant de continuer à lutter[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Mauritanie : la nouvelle vie d'Ahmed Baba Miské

L'ancien diplomate et militant de la libération des peuples, Ahmed Baba Miské, couche désormais sur le papier sa très longue expérience africaine. Rencontre.[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers