Extension Factory Builder
10/09/2012 à 14:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nouakchott dénonce un 'assassinat collectif'. Nouakchott dénonce un "assassinat collectif". © AFP

Alors que la moitié des prédicateurs qui ont succombé aux balles de l’armée malienne, dans la nuit de samedi 8 à dimanche 9 septembre, sont des ressortissants mauritaniens,  Nouakchott dénonce un "assassinat collectif" et réclame une "enquête indépendante" afin que lumière soit faite sur ce "crime odieux".

Suite à la fusillade qui a éclaté, pour des raisons obscures, dans la nuit de samedi à dimanche et entraîné la mort de 16 prédicateurs de la secte pacifique Dawa, le gouvernement mauritanien a fait part de son indignation. L’armée malienne a ouvert le feu sur les 16 religieux, dont la moitié étaient de nationalité mauritanienne, car leur voiture aurait refusé de se soumettre à un contrôle routier exercé par les forces de l’ordre. L’armée se justifie en soulignant qu’elle a ouvert le feu sur une voiture qu’étaient censés occuper de « présumés islamistes ». Cet incident a eu lieu dans le centre du Mali, dans la localité de Diabali (environ 175 km au nord de Ségou), quasiment aux limites de la zone contrôlée par les forces régulières maliennes, acculées par les islamistes d’Ansar Eddine et du Mujao.

L’incompréhension et l’indignation de Nouakchott

Dans un communiqué au ton très ferme, Nouakchott a fait part de son indignation en dénonçant un « assassinat collectif » pour qualifier le drame, dans la mesure où les victimes étaient des prédicateurs désarmés.

« Le gouvernement de la République islamique de Mauritanie a appris, avec une indicible consternation, le massacre barbare perpétré dans la nuit du samedi 8 (au) dimanche 9 septembre 2012 dans la localité de Diabali par une unité de l'armée régulière malienne, à l'endroit de seize paisibles prédicateurs musulmans, pour la plupart mauritaniens, qui se rendaient à Bamako », affirme notamment le communiqué, publié dans la nuit de dimanche à lundi.

Nouakchott « dénonce avec la dernière énergie la cruauté de cet assassinat collectif injustifiable de prêcheurs innocents désarmés, par des hommes en armes, revêtus de l'uniforme de l'armée régulière » malienne. Et exprime « sa profonde indignation devant cet acte criminel inqualifiable, commis de sang-froid, sans avertissements, sommations ni interpellations, contre des prédicateurs n'ayant d'autres armes que leur foi, venus porter le message de la paix, de la fraternité et de la tolérance » dans un pays voisin.

Une enquête va être ouverte

Logiquement, la Mauritanie « exige l'ouverture diligente d'une enquête indépendante, aux fins d'élucider les circonstances de ce crime odieux et d'en identifier les auteurs, en vue de les traduire en justice ». Nouakchott précise qu’il « souhaite vivement être associé à cette enquête qui doit être conduite avec le maximum de professionnalisme et de rigueur ».

Le gouvernement malien a déjà fait savoir qu’il « regrette vivement ce douloureux événement ». Au lendemain de la fusillade, il avait également annoncé qu’une « enquête diligente » verrait le jour, enquête dont les résultats seront publiés au Mali et en Mauritanie. Dans un geste visant à prévenir d’éventuelles tensions, le Mali avait annoncé envoyer son ministre des Affaires étrangères, Tièman Coulibaly, sur place afin qu’il manifeste de « vive voix la compassion et les regrets du peuple malien » à la Mauritanie.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Karim Miské, talent sans frontières

Tantôt à Nouakchott, tantôt à Paris. Une caméra dans une main, un stylo dans l'autre. L'écrivain et documentariste franco-mauritanien Karim Miské explore depuis vingt-cinq ans[...]

Traversées mauritanides : les mots pour le lire

Mi-décembre se tiendra la 5e édition du festival Traversées mauritanides à Nouakchott et à Nouadhibou. Une plongée au coeur des lettres francophones et arabophones.[...]

Mauritanie : Nouakchott croule sous les déchets

Depuis le mois de mai, le ramassage des ordures laisse à désirer à Nouakchott, devenu une véritable décharge à ciel ouvert. Face à ce désastre, des habitants se[...]

Mauritanie : entre les Flam le torchon brûle

Un an après le retour au pays de leurs leaders, les militants de la cause négro-mauritanienne des Forces de libération africaines de Mauritanie (Flam) s'entre-déchirent. Faut-il intégrer[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers