Extension Factory Builder
10/09/2012 à 15:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Orma sont des nomades alors que les Pokomos sont principalement des sédentaires. Les Orma sont des nomades alors que les Pokomos sont principalement des sédentaires. © AFP

Au Kenya, 38 personnes sont mortes lundi 10 septembre dans des affrontements interethniques opposant les Pokomos aux Ormas. Ces violences pourraient être un acte de représailles, suite à un raid qui a fait douze victimes vendredi dernier.

Mis à jour à 17h31.

La Croix-Rouge kenyane  a annoncé que 38 personnes, selon un dernier bilan, ont trouvé la mort lundi 10 septembre au cours d’affrontements interethniques dans la région rurale Tana River. L’organisation humanitaire ajoute qu’on compte cinq femmes, huit enfants, douze hommes et sept policiers parmi les victimes.

Des habitations ont également été incendiées au cours de l'attaque menée par un groupe de quelque 300 personnes. Sous couvert de l’anonymat, un policier a confié à l’AFP que des Pokomos s’en seraient pris à un village orma. Les affrontements se sont arrêtés mais les tensions demeurent fortes sur place.

Représailles ?

En août dernier, le sud-est du Kenya a déjà été en proie à de très violents affrontements interethniques qui ont entraîné la mort de cinquante-deux personnes appartenant toutes à l’ethnie orma, suite à une attaque menée par les Pokomos. Il s’agissait de la vague de violences la plus meurtrière depuis les affrontements postélectoraux de 2007-2008, lors desquels plus de 1 000  personnes avaient été tuées.

Un député local a interprété le raid de lundi comme un acte de représailles après une série de violences ayant commencé dix jours plus tôt. Le 1er septembre, la Croix-Rouge kenyane avait rendu compte d’une attaque similaire, qui avait causé la mort d’une personne. Vendredi dernier, toujours dans la région de Tana River, ce sont douze personnes qui ont été tuées par balles au cours d’une expédition punitive. Ni la police ni la Croix-Rouge n’ont voulu indiquer si une ethnie s’en était prise à l’autre. Les assaillants ont également emporté un butin constitué de 300 bovins et de 400 chèvres.

Nomades contre sédentaires

Les heurts opposent de façon récurrente les Ormas et les Pokomos. Les premiers sont des éleveurs nomades alors que les seconds sont principalement des éleveurs sédentaires. La pierre d’achoppement entre les deux communautés, installées le long de la rivière Tana, repose sur des questions d'accès à la terre et aux points d'eau. En 2001, des affrontements entre les deux tribus avaient déjà fait plus de 130 morts.

Les autorités locales dénoncent la passivité des forces de l’ordre, qui seraient au fait des attaques à venir mais ne feraient rien pour endiguer les violences. Neuf policiers ont toutefois trouvé la mort dans l'attaque d'aujourd'hui, et c'est peut-être le signe d'une plus grande implication des forces de l'ordre kényanes dans le conflit.

Conciliation impossible

En réaction aux violences d’août, dix suspects, dont des chefs locaux, ont été arrêtés par la police et inculpés ; cette dernière a également organisé une réunion de conciliation entre les deux communautés, sans résultat apparent pour l’instant.

Il convient de distinguer ces affrontements interethniques, à l’origine de plus de 200 morts au Kenya depuis le début de l’année, des affrontements interreligieux, moins présents et meurtriers dans le pays. Le 27 août dernier, suite au meurtre d’un prêcheur musulman radical, accusé d’entretenir des liens avec les islamistes somaliens shebab, la ville de Mombasa, au Sud-Est, avait été le théâtre de deux jours d'émeutes qui avaient entraîné la mort d’une personne, et du pillage de deux églises. Les forces de l’ordre avaient alors été immédiatement déployées et le retour au calme avait été rapide.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Kenya

Kenya - CPI : Uhuru Kenyatta dans le rôle du martyr

Kenya - CPI : Uhuru Kenyatta dans le rôle du martyr

Accusé de crimes contre l'humanité, le président kényan a comparu devant la Cour pénale internationale. En s'y rendant de son plein gré, il a montré sa bonne volonté.[...]

Kenya : Kenyatta à la CPI pour une audience "cruciale"

En acceptant de se présenter mercredi à La Haye, le président kényan, Uhuru Kenyatta, devient le premier chef d'État en exercice à comparaître devant la Cour pénale[...]

Ebola : les 10 pays africains les plus exposés à l'arrivée d'un malade sur leur sol

Des chercheurs américains ont tenté de recenser les pays les plus exposés à l’arrivée d’un malade atteint d’Ebola sur leur sol. Sans céder à la panique, certains[...]

Kenya - CPI : le président Kenyatta en route pour La Haye

Uhuru Kenyatta était attendu mardi à La Haye. Le président kénya doit comparaître mercredi devant la Cour pénale internationale (CPI).[...]

Kenya : le président Kenyatta accepte de se présenter en personne devant la CPI

Le président kényan, Uhuru Kenyatta, a indiqué lundi qu'il déferera à la convocation de la Cour pénale internationale (CPI). Durant son séjour à La Haye, ses pouvoirs seront[...]

Recalculé, le PIB du Kenya bondit de 25 %

Le PIB du Kenya a été revu à la hausse, il s'établit désormais à environ 53,3 milliards de dollars pour l'année 2013 contre 42,6 milliards auparavant, soit une progression de 25 %.[...]

Marathon : record du monde historique pour le Kényan Dennis Kimetto à Berlin

Le Kenya a encore frappé dimanche à Berlin. En bouclant son marathon en 2 heures, 2 minutes et 57 secondes, Dennis Kimetto a amélioré le record du monde de la discipline de près de 30 secondes.[...]

Kenya : un an après, hommage aux victimes de l'attaque du Westgate

Le Kenya a rendu hommage ce dimanche, sous haute sécurité, aux 67 victimes de l'attaque du centre commercial Westgate, perpétrée il y a un an jour pour jour dans la capitale Nairobi par un commando[...]

CPI : vers un nouveau report du procès Kenyatta ?

La procureure de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, a affirmé vendredi que l'accusation ne disposait pas de preuves suffisantes.[...]

E-santé : le top 5 des applications mobiles en Afrique

Recevoir des informations sur son dossier médical en temps réel, géolocaliser le médecin le plus proche, tout savoir sur les symptômes d'Ebola. Grâce aux smartphones, les Africains[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers