Extension Factory Builder
10/09/2012 à 15:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Orma sont des nomades alors que les Pokomos sont principalement des sédentaires. Les Orma sont des nomades alors que les Pokomos sont principalement des sédentaires. © AFP

Au Kenya, 38 personnes sont mortes lundi 10 septembre dans des affrontements interethniques opposant les Pokomos aux Ormas. Ces violences pourraient être un acte de représailles, suite à un raid qui a fait douze victimes vendredi dernier.

Mis à jour à 17h31.

La Croix-Rouge kenyane  a annoncé que 38 personnes, selon un dernier bilan, ont trouvé la mort lundi 10 septembre au cours d’affrontements interethniques dans la région rurale Tana River. L’organisation humanitaire ajoute qu’on compte cinq femmes, huit enfants, douze hommes et sept policiers parmi les victimes.

Des habitations ont également été incendiées au cours de l'attaque menée par un groupe de quelque 300 personnes. Sous couvert de l’anonymat, un policier a confié à l’AFP que des Pokomos s’en seraient pris à un village orma. Les affrontements se sont arrêtés mais les tensions demeurent fortes sur place.

Représailles ?

En août dernier, le sud-est du Kenya a déjà été en proie à de très violents affrontements interethniques qui ont entraîné la mort de cinquante-deux personnes appartenant toutes à l’ethnie orma, suite à une attaque menée par les Pokomos. Il s’agissait de la vague de violences la plus meurtrière depuis les affrontements postélectoraux de 2007-2008, lors desquels plus de 1 000  personnes avaient été tuées.

Un député local a interprété le raid de lundi comme un acte de représailles après une série de violences ayant commencé dix jours plus tôt. Le 1er septembre, la Croix-Rouge kenyane avait rendu compte d’une attaque similaire, qui avait causé la mort d’une personne. Vendredi dernier, toujours dans la région de Tana River, ce sont douze personnes qui ont été tuées par balles au cours d’une expédition punitive. Ni la police ni la Croix-Rouge n’ont voulu indiquer si une ethnie s’en était prise à l’autre. Les assaillants ont également emporté un butin constitué de 300 bovins et de 400 chèvres.

Nomades contre sédentaires

Les heurts opposent de façon récurrente les Ormas et les Pokomos. Les premiers sont des éleveurs nomades alors que les seconds sont principalement des éleveurs sédentaires. La pierre d’achoppement entre les deux communautés, installées le long de la rivière Tana, repose sur des questions d'accès à la terre et aux points d'eau. En 2001, des affrontements entre les deux tribus avaient déjà fait plus de 130 morts.

Les autorités locales dénoncent la passivité des forces de l’ordre, qui seraient au fait des attaques à venir mais ne feraient rien pour endiguer les violences. Neuf policiers ont toutefois trouvé la mort dans l'attaque d'aujourd'hui, et c'est peut-être le signe d'une plus grande implication des forces de l'ordre kényanes dans le conflit.

Conciliation impossible

En réaction aux violences d’août, dix suspects, dont des chefs locaux, ont été arrêtés par la police et inculpés ; cette dernière a également organisé une réunion de conciliation entre les deux communautés, sans résultat apparent pour l’instant.

Il convient de distinguer ces affrontements interethniques, à l’origine de plus de 200 morts au Kenya depuis le début de l’année, des affrontements interreligieux, moins présents et meurtriers dans le pays. Le 27 août dernier, suite au meurtre d’un prêcheur musulman radical, accusé d’entretenir des liens avec les islamistes somaliens shebab, la ville de Mombasa, au Sud-Est, avait été le théâtre de deux jours d'émeutes qui avaient entraîné la mort d’une personne, et du pillage de deux églises. Les forces de l’ordre avaient alors été immédiatement déployées et le retour au calme avait été rapide.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Kenya

Ne soyez pas vache avec Malia Obama

Ne soyez pas vache avec Malia Obama

Proposer des vaches et des chèvres en échange d’un mariage est-il insultant ou valorisant pour une future épouse ? C’est sans doute surprenant pour la première fille de Barack Obama, le pr[...]

Kenya : attaque meurtrière des Shebab contre des policiers près de Garissa

La localité de Garissa fait depuis plusieurs jours l'objet d'affrontements entre les Shebab somaliens et les policiers kényans. Début avril, les insurgés y avaient massacré près de 150[...]

Un Kényan offre 50 vaches pour épouser Malia, la fille aînée de Barack Obama

Un avocat kényan veut épouser Malia, la fille aînée de Barack Obama. Pour appuyer sa demande, Felix Kiprono offre à la famille de l'élue de son cœur 50 vaches, des moutons et des[...]

Religion : béatification d'Irene Stefani, "mère pitié" vénérée au Kenya

Des dizaines de milliers de catholiques se sont réunis samedi à Nyeri, à 150 kilomètres au nord de la capitale kényane Nairobi, pour la cérémonie de béatification de la[...]

Burundi : Nkurunziza fait le ménage, Kenyatta appelle au report des élections

Au lendemain du putsch manqué contre lui, le président burundais a annoncé lundi un remaniement qui a notamment balayé les ministres de la Défense et des Affaires étrangères. De[...]

Perpétuité pour un lieutenant de Ben Laden lié aux attentats de 1998 à Nairobi et Dar es-Salaam

Khalid al-Fawwaz a été condamné à la réclusion à perpétuité, en lien avec les attentats meurtriers contre deux ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en[...]

États-Unis : Ce qu'il faut savoir de la visite de John Kerry au Kenya

La première visite de John Kerry vise à réchauffer les relations entre le Kenya et les États-Unis avant la visite de Barack Obama en juillet prochain.   [...]

Santé : le savon de virginité, plebiscité mais dangereux

Il ne coûte pas cher et promet de resserrer les muqueuses grâce à ses vertus astringentes. Mais les médecins contestent l'efficacité du "savon de virginité" et[...]

Airtel Trace Music Star : la star Akon adoube Mayunga, un jeune prodige tanzanien

Les chaînes musicales de Trace ont diffusé le 18 avril la finale d'Airtel Trace Music Star. Un concours étalé sur six mois à l'issue duquel le jury présidé par la star[...]

Terrorisme : les tueurs de l'attaque de Garissa étaient-ils tous kényans ?

Et si le commando islamiste qui a attaqué le 2 avril l'université kényane de Garissa, faisant 148 morts dont 142 étudiants, était uniquement composé de Kényans ? C'est en tout cas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers