Extension Factory Builder
10/09/2012 à 11:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président tunisien Moncef Marzouki à Tunis, le 30 juillet 2012. Le président tunisien Moncef Marzouki à Tunis, le 30 juillet 2012. © AFP

Dans un entretien au figaro.fr, publié dimanche 9 septembre, le président tunisien Moncef Marzouki a tenu à minimiser la montée de l'islamisme dans son pays, dont il déplore l'image qu'en véhiculent les médias français.

La Tunisie « n'est pas en train de basculer dans l'islamisme à outrance ». Dimanche, Moncef Marzouki est monté au créneau pour dédramatiser la période troublée que traverse son pays. Dans un entretien accordé au site internet du quotidien français Le Figaro, le président tunisien s'est dit « scandalisé » et « blessé » par l'image de son pays véhiculée en France.

« La situation est difficile, complexe (...) mais la Tunisie n'est pas en train de basculer dans l'islamisme à outrance. Prétendre cela relève du fantasme », a déclaré M. Marzouki, alors que les incidents liés à la mouvance radicale salafiste se sont multipliés au cours des derniers mois.

« J'aime la France, mais je suis accablé, scandalisé, blessé, indigné par l'image qu'on y donne de la Tunisie, à savoir un pays qui va basculer dans l'escarcelle de l'islamisme, qui est sur le point de verser dans le salafisme », a-t-il déploré.

Le moindre petit incident, qui n'a strictement aucun impact sur la société tunisienne, est grossi...

« Le moindre petit incident, qui n'a strictement aucun impact sur la société tunisienne, est grossi, comme cette malheureuse attaque d'un élu français qui a déclenché un branle-bas de combat médiatique. Je ne veux pas dire que ce n'est pas un acte condamnable, mais il y a des millions de touristes en Tunisie et ils ne sont jamais agressés », a-t-il souligné.

De fait, un élu régional socialiste français a porté plainte après avoir été violemment agressé mi-août à Bizerte (nord) par des salafistes, alors qu'il se trouvait en vacances avec sa famille. Tunis avait présenté ses excuses à l'élu, Jamel Gharbi. « Ces incidents sont insignifiants pour ce qui est de leur capacité à transformer la société tunisienne, mais ils sont malheureusement hypersignifiants par leur capacité de nuisance sur l'image de la Tunisie », a estimé M. Marzouki.

Tensions avec Ennahdha

Interrogé d'autre part sur une « dérive autoritaire » du parti islamiste Ennahdha, qui domine le gouvernement et l'Assemblée constituante en Tunisie, M. Marzouki, membre d'un des deux partis de gauche alliés aux islamistes, a évoqué une « tentation » et une « tentative » de « mainmise sur un certain nombre de rouages de l'État ». Mais « dès qu'on les met en garde, ils reculent », a-t-il poursuivi.

« La troïka au pouvoir fonctionne », a-t-il aussi assuré. « Évidemment, il y a des tensions, des crispations, mais c'est naturel (...) Des laïcs de gauche avec des islamistes conservateurs, ce n'est pas évident », a-t-il concédé.

Après les premières élections libres en Tunisie, en octobre 2011, le parti vainqueur Ennahdha s'est allié avec le Congrès pour la République (CPR, gauche nationaliste, fondé par M. Marzouki), et Ettakatol (gauche). « Le projet d'une société pluraliste, tolérante, où la femme est l'égale de l'homme, une société ouverte sur le monde tout en étant attachée à ses racines n'est pas remis en cause par Ennahdha, mais par sa fraction d'extrême droite qui est très minoritaire dans le pays, c'est-à-dire les salafistes. Ce projet est également attaqué par une infime minorité d'extrême gauche qui voudrait nous ramener à la révolution culturelle », a estimé M. Marzouki. « Jamais les libertés n'ont été autant protégées dans ce pays », a-t-il affirmé.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Quelques jours avant les élections législatives, la Tunisie semble se préparer à troquer la transition contre une situation aléatoire.[...]

Législatives tunisiennes : lobby tout-terrain

Des stades aux mosquées en passant par les soirées privées, en Tunisie tous les moyens sont bons pour gagner des voix aux législatives.[...]

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Dans l'intérieur du pays, électeurs et formations politiques tunisiennes se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Législatives tunisiennes : l'abstention, le vrai outsider

Quels que soient les résultats des législatives tunisiennes du 26 octobre, vainqueurs et vaincus devront relativiser leurs performances. En cause : l'abstention qui risque à nouveau de battre des[...]

Tunisie - Sfax : "La ville est abandonnée"

Dans l'intérieur de la Tunisie, électeurs et formations politiques se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Tunisie : la montée de Slim Riahi inquiète les ténors

Grâce à ses moyens financiers très importants, Slim Riahi commence à agréger derrière lui un électorat urbain peu politisé. Peut-il faire de l'ombre aux favoris de la[...]

Législatives tunisiennes : "Le poids d'Ennahdha sera contrebalancé", selon Ghazi Gherairi

L'ancien porte-parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Ghazi Gherairi, analyse les enjeux des législatives du 26 octobre. Au sein de l'Assemblée, et aussi[...]

Législatives tunisiennes : aux urnes citoyens !

Le scrutin du 26 octobre approche à grands pas, mais les citoyens tunisiens ne se mobilisent guère. Les enjeux sont pourtant cruciaux : les députés défendront leur vision de[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers