Extension Factory Builder
10/09/2012 à 09:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un pick up des rebelles d’ANsar Dine dans le nord du Mali, en août 2012. Un pick up des rebelles d’ANsar Dine dans le nord du Mali, en août 2012. © Romaric Hien/AFP

Seize prédicateurs maliens et mauritaniens, membres présumés de la secte Dawa, ont été tués par l'armée malienne à Diabali, dans le centre du Mali. Ils auraient refusé de s'arrêter à un contrôle routier.

Les conditions dans lesquelles seize prêcheurs islamistes - huit Maliens et huit Mauritaniens - ont perdu la vie à Diabali (Centre, environ 175 km au nord de Ségou) restent obscures. Selon plusieurs sources militaires, des soldats maliens ont ouvert le feu sur le véhicule des religieux, tous membres présumés de la secte pacifiste Dawa, dans la nuit de samedi à dimanche.

L'armée ne compte aucun blessé dans ses rangs. La fusillade s’est déroulée largement au sud de la limite des zones du Nord contrôlées depuis cinq mois par les groupes islamistes armés comme Ansar Eddine, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), ou Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Elle aurait pour origine le fait que le véhiculer des prêcheurs ne se soit pas arrêté au contrôle militaire.

"Regrets du peuple malien"

Le gouvernement malien a annoncé dans un communiqué publié dimanche soir que le bilan était de « huit Maliens et huit Mauritaniens tués par balle », qu’il avait « ordonné l'ouverture immédiate d'une enquête diligente dont les résultats seront » rendus publics au Mali et en Mauritanie. Le Mali « regrette vivement ce douloureux événement » et a dépêché à Nouakchott son ministre des Affaires étrangères, Tièman Coulibaly, pour exprimer à la Mauritanie de « vive voix la compassion et les regrets du peuple malien », poursuit le texte.

Selon une dépêche de l'Agence mauritanienne d'information (AMI, officielle) publiée dimanche soir, ce seraient non pas huit mais douze Mauritaniens appartenant à « un groupe exerçant des activités de prédication » qui auraient été tués « par des forces de sécurité maliennes ». « Les autorités mauritaniennes sont en contact avec les autorités maliennes pour obtenir davantage d'informations (...) ainsi que pour rapatrier les dépouilles des Mauritaniens tués », rapporte l'AMI, citant une source officielle.

Secte d'origine pakistanaise

Selon un responsable au ministère malien de la Sécurité, les 16 personnes tuées étaient des membres de la secte Dawa, originaire du Pakistan, et présente dans plusieurs pays du Sahel. « D'autres personnes membres de cette secte, qui devaient (...) participer à une réunion la semaine dernière sur le territoire malien, ont été arrêtées », a-t-il dit.

« La plupart des hommes tués sont des prédicateurs de la Dawa (...) Ils allaient participer à une rencontre » au Mali, a déclaré de son côté une source sécuritaire sans plus de détails.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : IBK, après la baraka les tracas

Mali : IBK, après la baraka les tracas

Certains louent sa lutte anticorruption et sa fermeté à l'égard des anciens putschistes. D'autres déplorent l'aggravation de la situation sécuritaire dans le Nord et son indécision[...]

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de[...]

Mali : Casques bleus tchadiens excédés

Le 18 septembre, cinq Casques bleus tchadiens de la Minusma ont été tués au passage de leur véhicule sur un engin explosif dans les environs d'Aguelhok. C'est la troisième attaque[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Mali : grand nettoyage à Bamako

Pour revenir dans les bonnes grâces du FMI après plusieurs impairs difficilement justifiables, le Mali met les bouchées doubles pour sanctionner les fonctionnaires indélicats.[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Terrorisme au Mali : identification de Meherig Djafar, le coup de pouce d'Interpol

La récente identification au Mali du jihadiste algérien Meherig Djafar démontre l'importance de la technologie dans la lutte contre le terrorisme.[...]

À Bamako, plusieurs milliers de manifestants disent non à la partition du Mali

Entre deux et trois milles personnes ont défilé jeudi à Bamako pour dénoncer toute velléité de partition du Mali.[...]

Christian Josz (FMI) : "Notre mission au Mali a été un grand succès"

Du 12 au 25 septembre, une mission du Fonds monétaire international a séjourné à Bamako pour faire la lumière sur un marché de 69 milliards de F CFA passé de gré à[...]

Mali - Ousmane Diarra : "Les jihadistes instrumentalisent la pureté de l'enfant"

Dans son troisième roman, La Route des clameurs, le conteur malien revient sur la terreur qui s'est abattue sur son pays. Et dissèque comment la folie s'est emparée des hommes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers