Extension Factory Builder
10/09/2012 à 09:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un pick up des rebelles d’ANsar Dine dans le nord du Mali, en août 2012. Un pick up des rebelles d’ANsar Dine dans le nord du Mali, en août 2012. © Romaric Hien/AFP

Seize prédicateurs maliens et mauritaniens, membres présumés de la secte Dawa, ont été tués par l'armée malienne à Diabali, dans le centre du Mali. Ils auraient refusé de s'arrêter à un contrôle routier.

Les conditions dans lesquelles seize prêcheurs islamistes - huit Maliens et huit Mauritaniens - ont perdu la vie à Diabali (Centre, environ 175 km au nord de Ségou) restent obscures. Selon plusieurs sources militaires, des soldats maliens ont ouvert le feu sur le véhicule des religieux, tous membres présumés de la secte pacifiste Dawa, dans la nuit de samedi à dimanche.

L'armée ne compte aucun blessé dans ses rangs. La fusillade s’est déroulée largement au sud de la limite des zones du Nord contrôlées depuis cinq mois par les groupes islamistes armés comme Ansar Eddine, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), ou Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Elle aurait pour origine le fait que le véhiculer des prêcheurs ne se soit pas arrêté au contrôle militaire.

"Regrets du peuple malien"

Le gouvernement malien a annoncé dans un communiqué publié dimanche soir que le bilan était de « huit Maliens et huit Mauritaniens tués par balle », qu’il avait « ordonné l'ouverture immédiate d'une enquête diligente dont les résultats seront » rendus publics au Mali et en Mauritanie. Le Mali « regrette vivement ce douloureux événement » et a dépêché à Nouakchott son ministre des Affaires étrangères, Tièman Coulibaly, pour exprimer à la Mauritanie de « vive voix la compassion et les regrets du peuple malien », poursuit le texte.

Selon une dépêche de l'Agence mauritanienne d'information (AMI, officielle) publiée dimanche soir, ce seraient non pas huit mais douze Mauritaniens appartenant à « un groupe exerçant des activités de prédication » qui auraient été tués « par des forces de sécurité maliennes ». « Les autorités mauritaniennes sont en contact avec les autorités maliennes pour obtenir davantage d'informations (...) ainsi que pour rapatrier les dépouilles des Mauritaniens tués », rapporte l'AMI, citant une source officielle.

Secte d'origine pakistanaise

Selon un responsable au ministère malien de la Sécurité, les 16 personnes tuées étaient des membres de la secte Dawa, originaire du Pakistan, et présente dans plusieurs pays du Sahel. « D'autres personnes membres de cette secte, qui devaient (...) participer à une réunion la semaine dernière sur le territoire malien, ont été arrêtées », a-t-il dit.

« La plupart des hommes tués sont des prédicateurs de la Dawa (...) Ils allaient participer à une rencontre » au Mali, a déclaré de son côté une source sécuritaire sans plus de détails.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique. Par[...]

Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

En raison de la chute de Blaise Compaoré, les groupes rebelles maliens se sont retrouvés à Niamey avant la reprise des négociations à Alger.[...]

Nord-Mali : deux soldats tués et cinq autres blessés par une mine

Une voiture de l'escorte du ministre malien du Développement rural a sauté mardi sur une mine dans le nord du pays. Deux militaires ont été tués et cinq autres grièvement blessés,[...]

Ebola au Mali : nouveau cas positif, 310 personnes sous surveillance sanitaire

Un nouveau cas d'Ebola a été déclaré samedi au Mali et cette personne a été admise dans une unité de soins intensifs à Bamako, a indiqué un communiqué du[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Mali : IBK et le Boeingate, suite

Ibrahim Boubacar Keïta ne s'est toujours pas exprimé sur les soupçons de fraude qui le visent après la publication du rapport du Vérificateur général sur l'achat de l'avion[...]

Mali : en déplacement, IBK montre l'exemple dans la lutte contre Ebola

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s'est rendu lundi à Kourémalé, dans le sud du pays, près de la frontière avec la Guinée, pour une visite symbolique consacrée[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : précautions et inquiétude chez les Français du Mali

Depuis l'annonce d'un cinquième cas d'Ebola au Mali, la communauté française, forte de 6.000 ressortissants et de 1.400 militaires, y observe avec inquiétude l'arrivée de[...]

Ebola : la France étend ses contrôles aux vols en provenance du Mali

La France a renforcé samedi son dispositif de lutte contre Ebola en étendant ses contrôles de santé, déjà en vigueur pour les passagers des vols directs en provenance de Guinée,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces