Extension Factory Builder
10/09/2012 à 09:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un pick up des rebelles d’ANsar Dine dans le nord du Mali, en août 2012. Un pick up des rebelles d’ANsar Dine dans le nord du Mali, en août 2012. © Romaric Hien/AFP

Seize prédicateurs maliens et mauritaniens, membres présumés de la secte Dawa, ont été tués par l'armée malienne à Diabali, dans le centre du Mali. Ils auraient refusé de s'arrêter à un contrôle routier.

Les conditions dans lesquelles seize prêcheurs islamistes - huit Maliens et huit Mauritaniens - ont perdu la vie à Diabali (Centre, environ 175 km au nord de Ségou) restent obscures. Selon plusieurs sources militaires, des soldats maliens ont ouvert le feu sur le véhicule des religieux, tous membres présumés de la secte pacifiste Dawa, dans la nuit de samedi à dimanche.

L'armée ne compte aucun blessé dans ses rangs. La fusillade s’est déroulée largement au sud de la limite des zones du Nord contrôlées depuis cinq mois par les groupes islamistes armés comme Ansar Eddine, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), ou Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Elle aurait pour origine le fait que le véhiculer des prêcheurs ne se soit pas arrêté au contrôle militaire.

"Regrets du peuple malien"

Le gouvernement malien a annoncé dans un communiqué publié dimanche soir que le bilan était de « huit Maliens et huit Mauritaniens tués par balle », qu’il avait « ordonné l'ouverture immédiate d'une enquête diligente dont les résultats seront » rendus publics au Mali et en Mauritanie. Le Mali « regrette vivement ce douloureux événement » et a dépêché à Nouakchott son ministre des Affaires étrangères, Tièman Coulibaly, pour exprimer à la Mauritanie de « vive voix la compassion et les regrets du peuple malien », poursuit le texte.

Selon une dépêche de l'Agence mauritanienne d'information (AMI, officielle) publiée dimanche soir, ce seraient non pas huit mais douze Mauritaniens appartenant à « un groupe exerçant des activités de prédication » qui auraient été tués « par des forces de sécurité maliennes ». « Les autorités mauritaniennes sont en contact avec les autorités maliennes pour obtenir davantage d'informations (...) ainsi que pour rapatrier les dépouilles des Mauritaniens tués », rapporte l'AMI, citant une source officielle.

Secte d'origine pakistanaise

Selon un responsable au ministère malien de la Sécurité, les 16 personnes tuées étaient des membres de la secte Dawa, originaire du Pakistan, et présente dans plusieurs pays du Sahel. « D'autres personnes membres de cette secte, qui devaient (...) participer à une réunion la semaine dernière sur le territoire malien, ont été arrêtées », a-t-il dit.

« La plupart des hommes tués sont des prédicateurs de la Dawa (...) Ils allaient participer à une rencontre » au Mali, a déclaré de son côté une source sécuritaire sans plus de détails.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a annoncé[...]

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers