Extension Factory Builder
10/09/2012 à 09:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un pick up des rebelles d’ANsar Dine dans le nord du Mali, en août 2012. Un pick up des rebelles d’ANsar Dine dans le nord du Mali, en août 2012. © Romaric Hien/AFP

Seize prédicateurs maliens et mauritaniens, membres présumés de la secte Dawa, ont été tués par l'armée malienne à Diabali, dans le centre du Mali. Ils auraient refusé de s'arrêter à un contrôle routier.

Les conditions dans lesquelles seize prêcheurs islamistes - huit Maliens et huit Mauritaniens - ont perdu la vie à Diabali (Centre, environ 175 km au nord de Ségou) restent obscures. Selon plusieurs sources militaires, des soldats maliens ont ouvert le feu sur le véhicule des religieux, tous membres présumés de la secte pacifiste Dawa, dans la nuit de samedi à dimanche.

L'armée ne compte aucun blessé dans ses rangs. La fusillade s’est déroulée largement au sud de la limite des zones du Nord contrôlées depuis cinq mois par les groupes islamistes armés comme Ansar Eddine, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), ou Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Elle aurait pour origine le fait que le véhiculer des prêcheurs ne se soit pas arrêté au contrôle militaire.

"Regrets du peuple malien"

Le gouvernement malien a annoncé dans un communiqué publié dimanche soir que le bilan était de « huit Maliens et huit Mauritaniens tués par balle », qu’il avait « ordonné l'ouverture immédiate d'une enquête diligente dont les résultats seront » rendus publics au Mali et en Mauritanie. Le Mali « regrette vivement ce douloureux événement » et a dépêché à Nouakchott son ministre des Affaires étrangères, Tièman Coulibaly, pour exprimer à la Mauritanie de « vive voix la compassion et les regrets du peuple malien », poursuit le texte.

Selon une dépêche de l'Agence mauritanienne d'information (AMI, officielle) publiée dimanche soir, ce seraient non pas huit mais douze Mauritaniens appartenant à « un groupe exerçant des activités de prédication » qui auraient été tués « par des forces de sécurité maliennes ». « Les autorités mauritaniennes sont en contact avec les autorités maliennes pour obtenir davantage d'informations (...) ainsi que pour rapatrier les dépouilles des Mauritaniens tués », rapporte l'AMI, citant une source officielle.

Secte d'origine pakistanaise

Selon un responsable au ministère malien de la Sécurité, les 16 personnes tuées étaient des membres de la secte Dawa, originaire du Pakistan, et présente dans plusieurs pays du Sahel. « D'autres personnes membres de cette secte, qui devaient (...) participer à une réunion la semaine dernière sur le territoire malien, ont été arrêtées », a-t-il dit.

« La plupart des hommes tués sont des prédicateurs de la Dawa (...) Ils allaient participer à une rencontre » au Mali, a déclaré de son côté une source sécuritaire sans plus de détails.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Réunis à Alger, les groupes armés du Nord-Mali et les autorités maliennes tentent de se mettre d'accord sur une feuille de route commune pour la suite des négociations de paix. [...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers