Extension Factory Builder
09/09/2012 à 10:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Messe à la mémoire du président Mobutu Sese Seko à Rabat. Messe à la mémoire du président Mobutu Sese Seko à Rabat. © Clarisse Juompan-Yakam pour JA

Une messe à la mémoire de l'ancien président Mobutu Sese Seko a réuni, vendredi 7 septembre, à la cathédrale de Rabat, la proche famille élargie à de fidèles amis et à d’anciens collaborateurs. Jeune Afrique y était.

Les proches de l'ancien chef d'État Mobutu Sese Seko (resté au pouvoir en République démocratique du Congo - ou Zaïre - de 1965 à 1997), ont voulu de la discrétion pour la commémoration, à Rabat (Maroc), du quinzième anniversaire de sa disparition: pas d’annonce faite aux médias, le lieu et l’heure de la manifestation communiqués à un cercle d’amis proches et aux seuls membres de la famille. Et l’interdiction formelle à toute personne autre que le photographe officiel de prendre des photos. Résultat : une cathédrale joliment décorée aux rangs clairsemés, où trônaient deux énormes portraits du défunt, mais aussi des participants profondément recueillis.

Pour Nzanga Mobutu, héritier de la famille, l’autre explication à ces rangs épars, c’est la multiplication des commémorations cette année. « Habituellement, toute la famille se retrouve à Rabat. Mais cette, fois, des messes sont organisées à Paris, Bruxelles et Kinshasa », a-t-il tenu à préciser. Soudé, passant indifféremment de l’anglais au français, le clan Mobutu cultive son jardin secret, et se fait peu disert. Par exemple, sur l’implication ou non de l’État marocain dans l’organisation de la messe. Mais, présent sur les lieux, Jeune Afrique a pu constater qu’il y avait de fidèles amis marocains. À l’instar d’Ahmed Snoussi, ancien ambassadeur du Maroc à Alger et ex-représentant permanent du Maroc aux Nations unies, en charge notamment du dossier du Sahara occidental. Conseiller éphémère (et malgré lui, affirme-t-il) de Patrice Lumumba, Ahmed Snoussi avait fait la connaissance de Mobutu qui en était le secrétaire d'État à la primature dans les années 60. Une solide amitié unissait les deux hommes depuis lors.

Cérémonie intime

Côté congolais, le sénateur Édouard Mokolo wa Mpombo, tout droit venu de Kinshasa, assistait à cet hommage intime. Personnage important de la deuxième République congolaise, Édouard Mokolo wa Mpombo avait été recruté par le président Mobutu à sa sortie de l’université et l’avait accompagné tout au long de sa vie, tour à tour comme conseiller, chef des services de renseignements, ambassadeur (en Côte d’Ivoire en 1976 et en France en 1980), ministre et coordonnateur du Bureau national des consultations populaires, pendant la transition démocratique.

Autre personnalité congolaise remarquée, Seti Yale, le tout-puissant conseiller à la sécurité du maréchal, rentré depuis 2011 en RDC et qui s'est vu restituer ses biens, notamment sa belle maison de Kinshasa au bord du fleuve, réquisitionnée un temps par les services de renseignements. Était également prévu le général Kpama Baramoto, rentré en RDC en mars 2012, après quinze ans d'exil en Belgique. Sous le régime du président Mobutu Sese Seko, le général Kpama Baramoto, 65 ans, dirigeait la Garde civile. Avec d’autres chefs militaires de l’époque, il avait quitté le pays, la veille de l’entrée des troupes de Laurent-Désiré Kabila dans la ville de Kinshasa.

"L’attachement au mobutisme est palpable"

Si la communauté congolaise du Maroc ne constituait pas le gros des effectifs, elle était elle aussi bien représentée, en particulier par des étudiants. Venu tout droit de Kinshasa, le prêtre qui officiait a longuement retracé la vie et la carrière de l’illustre disparu, saluant un « grand homme d’État, qui véhiculait une idéologie forte, l’authenticité, et une doctrine, le mobutisme ». Précisant aussi que l’instabilité actuelle dans le pays est une des conséquences de sa disparition. Pendant près de deux heures, les enfants et les petits-enfants du maréchal se sont succédé pour des lectures et des chansons religieuses.

Après la messe, un cocktail a réuni les participants dans la résidence où Mobutu a fini ses jours, sise dans le très huppé quartier des ambassadeurs, à deux jets de pierre de celle de la famille Bongo Ondimba. Dans la salle de réception éclairée d’immenses lustres, Nzanga Mobutu s’est détendu. Devant le carré dressé en l’honneur de son frère Ndokula, décédé en novembre 2011, Nzanga Mobutu nous a présenté à sa mère, Bobi Ladawa, et s’est souvenu des funérailles du maréchal, où la résidence n’avait pas désempli pendant une dizaine de jours. « Chaque fois que je me déplace, quelle que soit la région, l’attachement au mobutisme est palpable », a-t-il souligné.

"Il voulait un Congo un et indivisible"

Le chef de famille a aussi déploré que certains continuent à taper sur leur père, quinze ans après. « Il a failli à certains égards : c’était un homme. En revanche, nul ne peut l’accuser de n’avoir pas rassemblé les Congolais. Il voulait un Congo un et indivisible, et c’est bien ce que réclament tous nos compatriotes, au-delà des partis. »
Et le retour de la dépouille de Mobutu au Congo ? Elle est acquise, dit Nzanga Mobutu, l’assemblée nationale l’ayant approuvée à l’unanimité. Mais pas question de permettre aux autorités de Kinshasa de faire un coup politique en la rapatriant sans réhabiliter sa mémoire. « Elle a été salie et continue de l’être de manière irrationnelle par le pouvoir actuel. En tant que fils, je suis torturé de ne pouvoir accomplir la volonté de mon père de reposer à Gbadolite. »

Quand on évoque les dissensions familiales qui freineraient ce retour, il balaie l’idée d’un revers de la main, affirmant que la famille parle d’une seule et même voix. Uni, le clan Mobutu l’est assurément.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

L'architecte marocain Rachid Andaloussi a dessiné, avec Christian de Portzamparc, le projet CasArts, à Casablanca. Un théâtre conçu comme une "medina culturelle" qui vise à remett[...]

Au Maroc, le combat d'une mère célibataire contre l'exclusion

"Je me bats pour mon fils malgré les regards et les jugements impitoyables", lance avec détermination Khadija, une mère célibataire de 27 ans, dans un rare témoignage sur le combat[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Maroc : nouvel assaut massif de migrants subsahariens sur la barrière de Melilla

Plusieurs centaines de migrants subsahariens ont tenté mardi d'entrer dans l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc. Par ailleurs, 470 autres ont été secourus dans le détroit de Gibraltar.[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Maroc : quand le PAM fait sa mue

Créé en 2008 par Fouad Ali El Himma, un proche du roi du maroc, le Parti Authenticité et Modernité (PAM) tente de se donner une nouvelle image. Notamment en multipliant les incursions sur le[...]

Sahara : l'autonomie, sinon rien

L'arrivée au pouvoir en 1999, à trois mois d'intervalle, d'Abdelaziz Bouteflika et de Mohammed VI avait suscité l'espoir raisonné d'un new deal entre les deux frères ennemis du[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

L'Inquisition en scooter

Voici, pour dire adieu au ramadan, une petite histoire qui s'est déroulée à Amsterdam, la semaine dernière. Elle met en jeu une famille marocaine vivant au Maroc et qui passe les vacances[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers