Extension Factory Builder
09/09/2012 à 10:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Messe à la mémoire du président Mobutu Sese Seko à Rabat. Messe à la mémoire du président Mobutu Sese Seko à Rabat. © Clarisse Juompan-Yakam pour JA

Une messe à la mémoire de l'ancien président Mobutu Sese Seko a réuni, vendredi 7 septembre, à la cathédrale de Rabat, la proche famille élargie à de fidèles amis et à d’anciens collaborateurs. Jeune Afrique y était.

Les proches de l'ancien chef d'État Mobutu Sese Seko (resté au pouvoir en République démocratique du Congo - ou Zaïre - de 1965 à 1997), ont voulu de la discrétion pour la commémoration, à Rabat (Maroc), du quinzième anniversaire de sa disparition: pas d’annonce faite aux médias, le lieu et l’heure de la manifestation communiqués à un cercle d’amis proches et aux seuls membres de la famille. Et l’interdiction formelle à toute personne autre que le photographe officiel de prendre des photos. Résultat : une cathédrale joliment décorée aux rangs clairsemés, où trônaient deux énormes portraits du défunt, mais aussi des participants profondément recueillis.

Pour Nzanga Mobutu, héritier de la famille, l’autre explication à ces rangs épars, c’est la multiplication des commémorations cette année. « Habituellement, toute la famille se retrouve à Rabat. Mais cette, fois, des messes sont organisées à Paris, Bruxelles et Kinshasa », a-t-il tenu à préciser. Soudé, passant indifféremment de l’anglais au français, le clan Mobutu cultive son jardin secret, et se fait peu disert. Par exemple, sur l’implication ou non de l’État marocain dans l’organisation de la messe. Mais, présent sur les lieux, Jeune Afrique a pu constater qu’il y avait de fidèles amis marocains. À l’instar d’Ahmed Snoussi, ancien ambassadeur du Maroc à Alger et ex-représentant permanent du Maroc aux Nations unies, en charge notamment du dossier du Sahara occidental. Conseiller éphémère (et malgré lui, affirme-t-il) de Patrice Lumumba, Ahmed Snoussi avait fait la connaissance de Mobutu qui en était le secrétaire d'État à la primature dans les années 60. Une solide amitié unissait les deux hommes depuis lors.

Cérémonie intime

Côté congolais, le sénateur Édouard Mokolo wa Mpombo, tout droit venu de Kinshasa, assistait à cet hommage intime. Personnage important de la deuxième République congolaise, Édouard Mokolo wa Mpombo avait été recruté par le président Mobutu à sa sortie de l’université et l’avait accompagné tout au long de sa vie, tour à tour comme conseiller, chef des services de renseignements, ambassadeur (en Côte d’Ivoire en 1976 et en France en 1980), ministre et coordonnateur du Bureau national des consultations populaires, pendant la transition démocratique.

Autre personnalité congolaise remarquée, Seti Yale, le tout-puissant conseiller à la sécurité du maréchal, rentré depuis 2011 en RDC et qui s'est vu restituer ses biens, notamment sa belle maison de Kinshasa au bord du fleuve, réquisitionnée un temps par les services de renseignements. Était également prévu le général Kpama Baramoto, rentré en RDC en mars 2012, après quinze ans d'exil en Belgique. Sous le régime du président Mobutu Sese Seko, le général Kpama Baramoto, 65 ans, dirigeait la Garde civile. Avec d’autres chefs militaires de l’époque, il avait quitté le pays, la veille de l’entrée des troupes de Laurent-Désiré Kabila dans la ville de Kinshasa.

"L’attachement au mobutisme est palpable"

Si la communauté congolaise du Maroc ne constituait pas le gros des effectifs, elle était elle aussi bien représentée, en particulier par des étudiants. Venu tout droit de Kinshasa, le prêtre qui officiait a longuement retracé la vie et la carrière de l’illustre disparu, saluant un « grand homme d’État, qui véhiculait une idéologie forte, l’authenticité, et une doctrine, le mobutisme ». Précisant aussi que l’instabilité actuelle dans le pays est une des conséquences de sa disparition. Pendant près de deux heures, les enfants et les petits-enfants du maréchal se sont succédé pour des lectures et des chansons religieuses.

Après la messe, un cocktail a réuni les participants dans la résidence où Mobutu a fini ses jours, sise dans le très huppé quartier des ambassadeurs, à deux jets de pierre de celle de la famille Bongo Ondimba. Dans la salle de réception éclairée d’immenses lustres, Nzanga Mobutu s’est détendu. Devant le carré dressé en l’honneur de son frère Ndokula, décédé en novembre 2011, Nzanga Mobutu nous a présenté à sa mère, Bobi Ladawa, et s’est souvenu des funérailles du maréchal, où la résidence n’avait pas désempli pendant une dizaine de jours. « Chaque fois que je me déplace, quelle que soit la région, l’attachement au mobutisme est palpable », a-t-il souligné.

"Il voulait un Congo un et indivisible"

Le chef de famille a aussi déploré que certains continuent à taper sur leur père, quinze ans après. « Il a failli à certains égards : c’était un homme. En revanche, nul ne peut l’accuser de n’avoir pas rassemblé les Congolais. Il voulait un Congo un et indivisible, et c’est bien ce que réclament tous nos compatriotes, au-delà des partis. »
Et le retour de la dépouille de Mobutu au Congo ? Elle est acquise, dit Nzanga Mobutu, l’assemblée nationale l’ayant approuvée à l’unanimité. Mais pas question de permettre aux autorités de Kinshasa de faire un coup politique en la rapatriant sans réhabiliter sa mémoire. « Elle a été salie et continue de l’être de manière irrationnelle par le pouvoir actuel. En tant que fils, je suis torturé de ne pouvoir accomplir la volonté de mon père de reposer à Gbadolite. »

Quand on évoque les dissensions familiales qui freineraient ce retour, il balaie l’idée d’un revers de la main, affirmant que la famille parle d’une seule et même voix. Uni, le clan Mobutu l’est assurément.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus me[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex