Extension Factory Builder
08/09/2012 à 16:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En RDC, la nostalgie à l'encontre de Mobutu est de plus en plus fréquente. En RDC, la nostalgie à l'encontre de Mobutu est de plus en plus fréquente. © AFP

Le 7 septembre 1997, le président du Zaïre décédait à Rabat, au Maroc, loin des siens. Cette mort en exil était l'épilogue d'une lente agonie. Jeune Afrique revient sur les traces du Léopard. Le jugement des Congolais oscille entre l'indulgence pour un homme, le regret d'un orgueil perdu et le souvenir cauchemardesque d'une dictature à bout de souffle.

Quinze années déjà que sa dépouille, rongée par le cancer, s’en est allée reposer au fond d’une sépulture d’exil à Rabat, au Maroc. Quinze années pendant lesquelles son ombre, sa toque, ses lunettes fumées, sa canne sculptée, sa gestuelle et sa voix métallique n’auront cessé de hanter ses concitoyens. Aujourd'hui, beaucoup de Congolais ont avec celui qui les dirigea de 1965 à 1997 une relation qui s’apparente au syndrome de Stockholm. De Mobutu, ils ont oublié la mégalomanie, le chaos sécuritaire des dix dernières années, la corruption, l’asphyxie économique, la police politique, les disparitions, l’agonie d’un pays saigné à blanc...Pour retenir l'orgueil perdu, et se remémorer l’époque de l’« Authenticité », du boom du cuivre, de l’abacost et des pagnes obligatoires, de la rumba triomphante et des exploits des Léopards...

À lire aussi dans Jeune Afrique n°2696

Togo : dialogue de sourds. Le ton monte entre le pouvoir et l’opposition. Les élections législatives, prévues en novembre, sont au cœur du bras de fer.

Algérie : succession acte I. Avec la nomination d’Abdelmalek Sellal au poste de Premier ministre, le président Bouteflika prépare 2014 et sa probable sortie.

« Il était certes un dictateur, il a volé, mais il a rendu la citoyenneté aux Congolais et promu la laïcité. La façon d’être zaïrois était typique. Avec Mobutu, nous avions acquis une « personnalité » et on pouvait défendre cette identité. En outre, il a été l’artisan de l’unité nationale. Le Congolais se sentait uni à son sol. Ce qui se passait à Goma ou à Lubumbashi était l’affaire de tous les Zaïrois », explique l'historien Kambayi Bwatshia.

Indulgence ?

« En ce temps-là,  nous vivions en paix et personne  ne venait nous humilier chez nous », répondent bon nombre de Congolais. La Gécamines était florissante et le Zaïre était le premier pays d’Afrique subsaharienne à participer à la Coupe du monde de football (en 1974). Il pouvait organiser le combat de boxe Ali-Foreman à Kinshasa, financer la construction de l’université de Nouakchott, payer les fonctionnaires de certains pays frères, former les militaires des armées de quelques États africains...Les Congolais n’ont pas oublié le « grand chef » qui rassurait et incarnait l’idéal de grandeur, la fierté d’être soi-même, Africain, dans la dignité. Les références, aujourd’hui, semblent provenir d’ailleurs.

« Les aspects positifs de son œuvre politique demeurent. Tôt ou tard, ils seront sauvegardés », veut croire Vunduawe te Pemako, un éternel mobutiste (vice-Premier ministre, ministre, directeur de cabinet) aujourd'hui député. Le mobutisme a toujours été une forme de croyance. Un rêve aussi, de grandeur que seul le maréchal avait donné l’impression de tutoyer. Mobutu, le magicien.

Lire notre dossier complet dans Jeune Afrique n°2696, en vente en kiosque du 9 au 15 septembre 2012

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

En fin de contrat avec le TP Mazembe, Patrice Carteron va finalement prolonger son aventure à la tête des Corbeaux. Avec comme objectif principal la reconquête de la Ligue des Champions.[...]

RDC : deux morts à Beni, les tueries se poursuivent

Depuis octobre, plus de 350 personnes ont été tuées à Beni, dans l'est de la RDC. Dans le même territoire, une nouvelle embuscade attribuée aux ADF a fait jeudi deux morts.[...]

CPI : le procès de Jean-Pierre Bemba s'ouvrira le 29 septembre

La Cour pénale internationale a annoncé vendredi que le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba s'ouvrirait le 29 septembre.[...]

RDC : l'UDPS favorable au dialogue proposé par Kabila

L'UDPS, formation d'opposition très affaiblie, estime que le dialogue avec l'administration Kabila "doit mener à de bonnes élections".[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

RDC : pourquoi Kabila veut négocier avec l'opposition

Après avoir dépêché un émissaire - Kalev Mutond, le patron de l'Agence nationale de renseignements - auprès de ses opposants "radicaux" (Vital Kamerhe, les partisans[...]

RDC - Neeskens Kebano : "Je vis ma meilleure saison depuis que je suis professionnel"

Neeskens Kebano, qui a renoncé à la possibilité de jouer en équipe de France pour porter le maillot des Léopards, a été élu Soulier d’Ebène du championnat de[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

RDC : pourquoi l'hommage de Zoé Kabila aux "kadogo" fait polémique sur Twitter

Le député congolais Zoé Kabila, frère du président de la RDC, a tenu à rendre un hommage samedi sur Twitter aux "kadogos qui ont fait le choix de laisser leurs stylos pour les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers