Extension Factory Builder
07/09/2012 à 14:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao donne une conférence de presse le 28 avril 2011 à Ouagadougou Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao donne une conférence de presse le 28 avril 2011 à Ouagadougou © AFP

La campagne électorale pour les élections législatives et municipales au Burkina Faso aura lieu du 17 au 30 novembre prochain. Si le nombre d’inscrits est bien en deçà des objectifs établis par la Ceni, il est toutefois en hausse par rapport à 2010.

Les dates de la campagne électorale pour les élections législatives et municipales burkinabè qui se tiendront le 2 décembre prochain sont désormais connues. Suite au Conseil des ministres, qui s’est réuni ce jeudi 6 septembre, le gouvernement du a publié un communiqué dans lequel il précise que la campagne électorale pour ces élections se déroulera du 17 au 30 novembre.

C’est la première fois que les deux types d’élections sont organisés simultanément au Burkina Faso.

Le 2 décembre prochain, les Burkinabè éliront 127 députés (111 lors du précédent mandant mais leur nombre a été revu à la hausse) et les conseillers municipaux. Ces derniers seront ensuite charger de désigner les maires des 302 communes rurales et 49 communes urbaines que compte le pays.

Un nombre d’inscrits décevant mais en hausse.

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a annoncé que plus de 4,426 millions de personnes sont inscrites sur les listes électorales des législatives et des municipales, soit 55% des citoyens burkinabais en âge de voter. Ce chiffre est assez décevant pour la Ceni qui s’était fixée pour objectif d’enregistrer huit millions de nationaux sur les listes, notamment les étrangers vivant au Burkina depuis plus de 15 ans.

Signe encourageant toutefois : le nombre d'inscrits pour 2012 est supérieur à celui de la dernière présidentielle, remportée en 2010 par Blaise Compaoré, qui préside aux destinées du pays depuis 1987. Il y a deux ans, seulement 3,2 millions d'électeurs environ avaient fait l’effort de s’inscrire.

Un deuxième élément plutôt positif est à souligner. Régulièrement accusé de fraudes par l’opposition, le parti au pouvoir a décidé de répondre aux demandes de cette dernière en introduisant une innovation technique : les inscriptions ont été effectuées par système biométrique. Ce dernier, qui reconnaîtra chaque individu à partir de ses empreintes digitales et de ses caractéristiques faciales, permettra de s’assurer que chaque citoyen n’est inscrit et ne va voter qu’une seule fois. S’il n’est pas infaillible, son utilisation devrait toutefois permettre de limiter les cas de fraudes.

Ces élections sont les premières à prendre place depuis la crise sans précédent qui a frappé le régime Compaoré au premier semestre 2011. Cette crise s’était traduite par de violentes manifestations populaires et une vague de mutineries.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina-France : Michel Kafando en visite à Paris début mai

Burkina-France : Michel Kafando en visite à Paris début mai

Le président de transition burkinabè, Michel Kafando, doit effectuer sa première visite en France dans les prochains jours. Il sera reçu à l’Élysée par François Holla[...]

Burkina : des milliers de manifestants en faveur du nouveau code électoral

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Ouagadougou en faveur du nouveau code électoral, qui exclut des prochaines élections d'octobre les partisans de l'ancien président Blaise[...]

Annick Girardin, première ministre française en visite au Burkina depuis la chute de Compaoré

Annick Girardin, la secrétaire d’Etat française au Développement et à la Francophonie arrive ce samedi le 25 avril à Abidjan, première étape d’une tournée en[...]

Élections : la carte interactive de la biométrie en Afrique

En Afrique comme ailleurs, les élections riment parfois avec fraudes ou, tout au moins, soupçons de votes multiples, de bourrages d'urnes et de manipulations en tous genres... Alors, pour réconcilier les[...]

Burkina Faso : code électoral sous surveillance

Les conséquences de l'adoption du nouveau code électoral burkinabè - qui exclut des prochaines consultations présidentielle et législatives les partisans de Blaise Compaoré - sont[...]

Burkina Faso : l'affaire Thomas Sankara, chronique d'un déni de justice

Alors que l'enquête vient d'être relancée par la justice militaire du Burkina, retour sur dix-huit années de blocages judiciaires autour de l'assassinat de Thomas Sankara.[...]

Présidentielle burkinabè : la veuve de Sankara, dernière chance des sankaristes ?

Les mouvements sankaristes burkinabè tenteront-ils un coup de poker, en désignant la veuve de Thomas Sankara candidate à la présidentielle d’octobre ? Ou le coup de théâtre se[...]

Burkina : Mariam Sankara bientôt de retour à Ouagadougou ?

Selon plusieurs sources, Mariam Sankara se rendra dans les prochaines semaines au Burkina.[...]

Burkina : trois ex-ministres de Compaoré sortent de prison, un autre y entre

Selon des sources judiciaires et sécuritaires burkinabè, trois anciens ministres de Blaise Compaoré, interpellés pour des malversations présumées, ont été remis mardi en[...]

Burkina Faso : Djibrill Bassolé, ou l'art du rebond

À Ouagadougou, les ambitions présidentielles de l'ancien ministre ne sont un secret pour personne. Rencontre avec un homme qui a presque réussi à faire oublier qu'il avait été un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120907130717 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120907130717 from 172.16.0.100