Extension Factory Builder
07/09/2012 à 14:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao donne une conférence de presse le 28 avril 2011 à Ouagadougou Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao donne une conférence de presse le 28 avril 2011 à Ouagadougou © AFP

La campagne électorale pour les élections législatives et municipales au Burkina Faso aura lieu du 17 au 30 novembre prochain. Si le nombre d’inscrits est bien en deçà des objectifs établis par la Ceni, il est toutefois en hausse par rapport à 2010.

Les dates de la campagne électorale pour les élections législatives et municipales burkinabè qui se tiendront le 2 décembre prochain sont désormais connues. Suite au Conseil des ministres, qui s’est réuni ce jeudi 6 septembre, le gouvernement du a publié un communiqué dans lequel il précise que la campagne électorale pour ces élections se déroulera du 17 au 30 novembre.

C’est la première fois que les deux types d’élections sont organisés simultanément au Burkina Faso.

Le 2 décembre prochain, les Burkinabè éliront 127 députés (111 lors du précédent mandant mais leur nombre a été revu à la hausse) et les conseillers municipaux. Ces derniers seront ensuite charger de désigner les maires des 302 communes rurales et 49 communes urbaines que compte le pays.

Un nombre d’inscrits décevant mais en hausse.

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a annoncé que plus de 4,426 millions de personnes sont inscrites sur les listes électorales des législatives et des municipales, soit 55% des citoyens burkinabais en âge de voter. Ce chiffre est assez décevant pour la Ceni qui s’était fixée pour objectif d’enregistrer huit millions de nationaux sur les listes, notamment les étrangers vivant au Burkina depuis plus de 15 ans.

Signe encourageant toutefois : le nombre d'inscrits pour 2012 est supérieur à celui de la dernière présidentielle, remportée en 2010 par Blaise Compaoré, qui préside aux destinées du pays depuis 1987. Il y a deux ans, seulement 3,2 millions d'électeurs environ avaient fait l’effort de s’inscrire.

Un deuxième élément plutôt positif est à souligner. Régulièrement accusé de fraudes par l’opposition, le parti au pouvoir a décidé de répondre aux demandes de cette dernière en introduisant une innovation technique : les inscriptions ont été effectuées par système biométrique. Ce dernier, qui reconnaîtra chaque individu à partir de ses empreintes digitales et de ses caractéristiques faciales, permettra de s’assurer que chaque citoyen n’est inscrit et ne va voter qu’une seule fois. S’il n’est pas infaillible, son utilisation devrait toutefois permettre de limiter les cas de fraudes.

Ces élections sont les premières à prendre place depuis la crise sans précédent qui a frappé le régime Compaoré au premier semestre 2011. Cette crise s’était traduite par de violentes manifestations populaires et une vague de mutineries.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front un[...]

Trafic de bébés : la fuite de Hama Amadou au Burkina divise le Niger

Acharnement de l'État à son encontre pour les uns, comportement indigne pour les autres : au Niger, la fuite burkinabè du président de l'Assemblée nationale, opposant numéro un[...]

Ballaké, l'une des grandes voix d'Afrique s'est éteinte

Le chanteur Burkinabè Ballaké s'est éteint. Florent Mazzoleni rend hommage cet artiste qui comptait parmi les dernières grandes voix africaines.[...]

Mali : les groupes armés du nord peaufinent leurs revendications à Ouagadougou

Les principaux mouvements armés du Nord du Mali sont réunis depuis mardi à Ouagadougou. Objectif : harmoniser leur plateforme de revendications avant un second round de négociations décisif avec[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Au Burkina, les étudiants font de la résistance contre Blaise Compaoré

Pour beaucoup d'étudiants, pas question de laisser Blaise Compaoré briguer un cinquième mandat en 2015. Reportage sur le campus de Ouagadougou, potentielle bombe à retardement.[...]

Afrique subsaharienne : ces étonnants banquiers qui aiment le risque

D'un bout à l'autre du continent, des banques rivalisent d'ingéniosité pour offrir aux Africains des services financiers adaptés à leurs besoins.[...]

Burkina Faso : manifestation d'ampleur contre un potentiel référendum

Des dizaines de milliers de personnes ont marché samedi matin à Ouagadougou, renforçant l'opposition burkinabè dans son combat contre un éventuel référendum constitutionnel, qui[...]

Newton Ahmed Barry, journaliste burkinabè : "Je crains pour ma vie"

Les tensions politiques au Burkina Faso se traduisent par une insécurité de plus en plus grande pour les journalistes. Newton Ahmed Barry, le rédacteur en chef du bimensuel[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex