Extension Factory Builder
07/09/2012 à 12:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le El Mansour, un cinéma dakarois à rénover. Le El Mansour, un cinéma dakarois à rénover. © AFP

Réalisatrice et productrice depuis 15 ans, Mariama Sylla Faye a formé le Collectif des cinéastes sénégalais indignés pour s’élever contre l’abandon du cinéma par les autorités sénégalaises. Le collectif interpelle les nouvelles autorités, dans l'espoir que leur volonté de rupture avec les années Wade s'applique aussi au 7e art.

Jeune Afrique : Comment faites vous matériellement pour réaliser et produire des films au Sénégal ?

Mariama Sylla Faye* : Nous comptons surtout sur les aides étrangères, européennes essentiellement, qui ont tendance à se raréfier. C'est une honte. Nous sommes financés par la coopération. On vit au jour le jour. Notre combat ne revient pas à faire de bons films, mais à terminer les films.

Malgré ces difficultés, le cinéma intéresse-t-il encore les jeunes ?

Oui, les jeunes ont envie de faire des films. Regardez Alain Gomis, 40 ans, qui a réalisé son troisième long métrage, « Aujourd'hui » et a été à la Berlinale. Heureusement, l'arrivée du numérique facilite un peu les choses.

Dans les années 1970, il y avait des salles et un public. Où sont-ils passés ?

En 1976, le cinéma a généré 81 milliards de francs CFA de bénéfices (123 millions d’euros). À l'époque il y avait 80 salles qui fonctionnaient et tous les films sénégalais étaient projetés. Un exploitant de salle m'a dit qu'un film sénégalais lui avait rapporté 1,5 millions de francs CFA en un week-end ! À l'époque, la société nationale de la cinématographie appartenait à l'État. Mais en 1990, un plan de restructuration a été imposé par le FMI, et l'État a réduit ses dépenses au minimum. La société a été liquidée et les salles ont été vendues à des commerçants qui les ont transformées en souk.

Pourquoi personne n'a essayé de rouvrir des salles depuis ?

Le dernier cinéma a fermé à Dakar il y a 6 ou 7 ans. Depuis, plus rien. En 2009, la mairie avait promis de rénover ce cinéma désaffecté, El Mansour, le seul à n'avoir pas été détruit. Mais rien n’est fait. Léopold Sédar Senghor nous avait bercé de culture, Abdou Diouf a crée la rupture et Abdoulaye Wade a piétiné tout ça. Aujourd’hui, ce qui intéresse les gens c'est la lutte, les muscles, l'argent facile... D'où la nécessité pour l'État d'enseigner l'amour de la culture aux Sénégalais, de les encourager à se rendre dans les vernissages, à lire des livres !

Qu'est ce que le gouvernement sénégalais peut entreprendre comme action ?

Nous réclamons l'audit des 3 milliards de francs CFA qui ont été alloués au cinéma pendant les mandats de l’ancien chef de l’État. Et nous voulons que l'enveloppe qui va être votée pour 2013 aille aux cinéastes, à la réorganisation du secteur et aux jeunes. Nous souhaitons que le ministère de tutelle organise la formation pour qu'il y ait des diplômes homologués et sérieux. Enfin, nous exigeons de savoir exactement où vont les fonds d’aide alloués chaque année par la direction de la cinématographie, qui a un budget important.

Est ce qu’une industrie comme Bollywood (Inde) pourrait être un modèle à suivre ?

Je ne suis pas contre Bollywood parce que ces industries commencent à créer de la qualité. Et puis au moins, ce type d’industrie assure des réseaux de production et la distribution. Certes, ce sont les films d'auteurs qui font la différence et ouvrent la porte des grands rendez-vous cinématographiques du monde à la culture africaine. Mais s'il y peut y avoir au Sénégal une floraison de films comme en Inde ou au Nigéria et que les gens vont les voir dans des petites salles ou les achètent et se rendent dans des petites salles, cela finira ensuite par faire germer des productions de qualité.

___

Propos recueillis à Dakar par Maud Jullien

* Mariama Sylla Faye a 37 ans. Elle a réalisé le documentaire "Derrière le silence", présenté en compétition officielle au Fespaco et au festival du film de Milan en 2005,  et "Tirailleur Marc Gueye, ma plume mon combat", paru en 2010 et également présenté en compétition officielle au Fespaco. Elle est également à la tête de la société de production "Guiss Guiss communication". Elle a étudié le cinéma à Louis Lumière et Eurodoc.  


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Chine : adieu, la croissance à 2 chiffres !

Article pr�c�dent :
RDC : Gracias 99 % finnois

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers, vivote depuis des mois à Tanger et tente d'oublier une expérience récente dans une famille aisée de la ville, faite d'exploitation et de [...]

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Bien sûr, Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck n'ont pas une goutte de sang en commun. Mais tous ont grandi dans l'ombre du "Vieux", rêvant de lui succéder. Abdoulaye Wade les a[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Jeune Afrique TV

Toutes les vidéos
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120907110622 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120907110622 from 172.16.0.100